AU FIL DES HOMELIES

Photos

DEMEURER DANS LA PAROLE

Col 2, 1-4 + 6-9 ; Jn 8, 28-32
St Anselme - (21 avril 1980)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Dendermonde : détail des stalles 
Saint Anselme 

S

aint Anselme est le père d'une nouvelle race de croyants qui perdure jusqu'à maintenant, une race assez curieuse, assez compliquée que l'on appelle habituellement les théologiens. Ce sont des gens très compliqués, parce qu'ils croient et ils ont cette prétention de croire avec toute leur intelligence. Ce qui suppose d'abord d'en avoir, et puis, ce qui suppose surtout de bien s'en servir. C'est là que tout se complique. 

       En effet, saint Anselme appartint à une époque où sortant d'un Moyen-Age assez chaotique, assez difficile, et il n'y a pas que le Moyen-Age, on commence, dans les monastères, à avoir une sorte de répit et de loisir pour réfléchir et méditer et penser. A ce moment-là, aussi, on commence à écrire un certain nombre d'ouvrages de théologie qui sont d'un style un peu nouveau. Car auparavant jusqu'au sixième siècle, les Pères, les grands écrivains chrétiens étaient des gens qui prêchaient au peuple, qui défendaient la foi face aux hérétiques et qui n'avaient pas ce loisir de profiter de leur intelligence pour essayer de comprendre la foi.

       Saint Anselme est le premier à promouvoir cet éveil dans les monastères et il en est le plus grand représentant. Simplement ce qui se passe lorsque l'on veut mettre son intelligence au service de la foi, il se peut de temps en temps que notre intelligence ait envie purement et simplement de réduire la foi à ce qu'elle peut admettre, à ce qu'elle peut comprendre par ses propres forces humaines. C'est là que commence le danger. Et c'est pourquoi l'on peut dire que toute la vie de saint Anselme est marquée par cette parole de Jésus que nous rapporte saint Jean : "Si vous demeurez dans ma parole, alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres." Toute la vie de saint Anselme peut se résumer dans ce désir de rester dans la parole de Dieu. Que la parole humaine, par laquelle nous essayons de comprendre comment Dieu nous aime, comment Dieu nous sauve, que notre parole humaine reste dans la mouvance de la parole de Dieu, perpétuellement interrogés et interpellés par cette parole du Christ qui nous est adressée chaque jour. Et cela pour rester dans la vérité, la vérité qui n'est pas une idée, mais la vérité qui est quelqu'un de chair et de sang, qui est ressuscité pour nous et qui nous a sauvés. Cette vérité nous rendra libres. La liberté étant ce rapport de joie et de plénitude personnelle que nous trouvons quand nous rencontrons le Christ en personne. La liberté n'étant pas un caprice, une manière de faire selon notre tête ou selon nos capacités, mais la liberté étant cette manière de trouver notre propre plénitude, notre véritable épanouissement personnel dans la rencontre vivante du Dieu qui nous sauve.

       Et pour cela, saint Anselme avait une méthode, une méthode infaillible, c'est celle de la prière. Ce grand théologien a enraciné toute sa réflexion, toute la vie de son intelligence dans la prière liturgique, (il était moine) et dans la prière personnelle. Et je voudrais livrer à votre méditation cette prière, la première grande prière d'un grand théologien : "Dis maintenant, ô mon cœur tout entier, dis maintenant à Dieu, je cherche ton visage, Seigneur. C'est ton visage que je cherche. Désormais, toi mon Seigneur et mon Dieu, enseigne à mon cœur où et comment il doit te chercher, où et comment il te trouvera Seigneur, si tu n'es pas ici, où devrais-je te retrouver ? Mais si tu es partout, pourquoi ne pourrais-je pas voir ta présence ? Tu demeures dans une lumière inaccessible, mais où est-elle cette lumière inaccessible et comment pourrais-je accéder jusqu'à elle ? Qui me guidera et me conduira jusqu'à elle pour que je te contemple ? Sous quels aspects, sous quel visage te chercherais je ? Je ne t'ai jamais vu, Seigneur mon Dieu, je ne connais pas ton visage. Que fera donc Seigneur Très Haut, que fera cet obstiné que je suis si près de toi ? Que fera ton serviteur tourmenté de ton amour et rejeté si loin de ta face ? Il désire tellement te voir, et ton visage est si loin de lui, Il désire t'approcher et ta demeure est inaccessible. Il veut te trouver, mais ne sait pas où tu es. Il veut te chercher et il ignore ton aspect. Tu es mon Dieu, Seigneur.

       Tu es mon Dieu, Seigneur, tu es mon maître et je ne t'ai jamais vu. Tu m'as créé, tu m'as recréé, tous mes biens, c'est toi qui me les as donnés et je ne te connais pas encore. J'ai même été créé pour te voir, et je n'ai pas encore fait ce pour quoi j'ai été créé. Et toi, Seigneur jusques-à quand, jusques-à quand Seigneur vas-tu m'oublier, jusques-à quand vas-tu détourner de moi ton visage ? Quand donc nous regarderas-tu et nous exauceras-tu ? Quand éclaireras-tu nos yeux et nous montreras-tu ta face ? Quand te montreras-tu à nous ? Regarde, Seigneur, aie pitié de nous, éclaire-nous, montre-toi à nous, redonne-toi à nous pour notre bonheur".

       Oui, qu'au cours de cette eucharistie, par l'intercession de saint Anselme, nous fassions notre cette prière: "Seigneur, redonne-toi à nous. Pourquoi ? Pour notre bonheur ".

AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public