AU FIL DES HOMELIES

Photos

PASSIONNÉE PAR LE CHRIST ET L'ÉGLISE

1 Jn 5, 5-8 ; Jn 14, 14-26
Ste Catherine de Sienne - (29 avril 1980)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Rome : Sainte Catherine de Sienne 

I

l y a dans l'Église un certain nombre de figures qui nous rappellent que la sainteté et la passion ne s'opposent pas, mais qu'au contraire il n'y a pas de sainteté sans passion, sans vie passionnée. Et c'est le cas, je crois, d'un certain type de sainteté méditerranéenne qui est admirablement illustrée par Catherine de Sienne. Toute la sainteté de Catherine de Sienne est faite de passion, il y a presque même une sorte de violence. C'est un peu comme ces paysages de Sienne, aux couleurs extrêmement vives, ce soleil qui brûle très fort la terre et ces villages, ces villes de l'Ombrie, de la région de l'Italie centrale qui ont à la fois ces couleurs vives et cette passion des habitants. Or la passion de Catherine est une triple passion qui n'en fait qu'une, mais qui se ramifie, qui se diversifie en trois grandes dimensions essentielles. 

       Sa première passion, c'est le Christ. Elle a eu un désir très précoce de vie religieuse, et elle a passé une bonne partie de son enfance et de sa jeunesse à chercher le style de vocation et de vie consacrée qu'elle voulait vivre. Cela suscitait évidemment beaucoup de réticences, car elle était très jeune. C'est vers treize ou quatorze ans qu'elle a fait partie du Tiers-Ordre dominicain de sa ville natale. Mais dès le début, toute sa vie était habitée par cet amour brûlant du Christ qui n'a jamais failli. 

        Sa deuxième passion c'est l'Église, parce que le siècle dans lequel elle a vécu est un siècle porteur de très très grands malheurs dans l'Église. Notamment, c'est l'époque où le Pape est en Avignon au lieu d'être à Rome. Sainte Catherine de Sienne prendra sur elle, avec beaucoup d'audace, d'aller rencontrer Grégoire IX en Avignon et de lui demander de revenir à Rome, par souci de son Église. On ne sait pas exactement quelle a été l'influence sa démarche, il semble que les fidèles de sainte Catherine de Sienne en aient quelque peu exagéré la portée, mais ce qui compte dans tout cela, c'est cet amour extrêmement fort de l'Église rassemblée autour de son pasteur et de ses pasteurs. 

       Enfin je crois que la troisième passion de sainte Catherine de Sienne, c'est son sens de la miséricorde de Dieu pour les pécheurs. Peut-être que l'un des événements les plus bouleversants et les plus significatifs de sa vie, c'est précisément le moment où, à Sienne, dans cette ville où les passions étaient fortes, un jeune homme nommé Tuldo, qui avait essayé de monter une insurrection, car les villes de l'Italie centrale de cette époque ressemblaient à certains petits pays d'Amérique latine aujourd'hui, dans lesquels les révolutions ne cessent pas de s'enchaîner, mois après mois, voire même jour après jour. Ce jeune Tuldo avait ainsi essayé de provoquer un soulèvement dans la ville de Sienne. La justice étant aussi très passionnée, on décida qu'il méritait la mort. Bien entendu, pour ce jeune homme d'à peine vingt ans, la mort c'était l'occasion d'une révolte, d'une sorte de désespoir profond. Sainte Catherine de Sienne pria pendant de longs jours pour que Tuldo se convertisse et elle demanda la grâce de l'accompagner au moment où on allait lui trancher la tête. Au dernier moment, Tuldo comprit l'amour que Dieu lui manifestait à travers sa servante Catherine. Au moment où elle se pencha devant Tuldo pour recueillir sa tête tranchée par la hache, elle eut une vision du Christ que la croix versant son sang à travers le sang de Tuldo ainsi condamné. Elle a écrit là-dessus un fort beau témoignage, montrant comment ce sang du Christ versé pour nous tous sur la croix, était ce même sang qui avait purifié le cœur de Tuldo, au moment de sa mort. Cette passion d'annoncer la mort du Christ comme ce qui nous sauve, ce qui nous régénère, au plus profond de notre mort, cela a été une des grandes dimensions de la vie de sainte Catherine. 

       En célébrant cette eucharistie, demandons au Seigneur, par l'intercession de Catherine de rénover, de régénérer en nous, ce triple amour : cet amour du Christ Sauveur, cet amour de l'Église en son unité, cet amour des pécheurs et ce sens de la miséricorde passionnée qui n'est pas une miséricorde qui viendrait de notre propre cœur, mais qui vient de l'unique Passion qui soit dans le monde, la Passion du Christ. 

AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public