AU FIL DES HOMELIES

Photos

Hagiographie

Né à la fin du sixième siècle, à Chapelat au nord de Limoges, Éloi fut envoyé en apprentissage dans un atelier de fabrication de monnaies. Très vite, il se distingua pas son savoir-faire et il fut nommé à la cour au titre d'orfèvre royal. A Marseille on a retrouvé des pièces portant l'inscription : "Eligius monetarius" ! 

Grâce à son métier d'orfèvre, Éloi jouissait d'une grande aisance financière. Il consacra une partie de sa fortune au rachat d'esclaves et à la fondation du monastère de Solignac. En 641, il est consacré évêque à Noyon et Tournai et il y resta jusqu'à sa mort en 660.

 Iconographie 

Saint Éloi est un des saints les plus typés. Il a pour attributs une enclume et un marteau. C'est ainsi représenté qu'on le rencontre le plus souvent représenté dans les églises et chapelles de la région des Ardennes. En 1536, sur les voûtes de l'église Saint Pierre à Bastogne, le peintre Renadin de Wicourt, a évoqué le miracle du cheval ferré. 

A l'église Saint Quirin d'Assenois (Léglise), sur un vitrail de la nef datant du début du XXe siècle, le saint est accompagné par un cheval et un paysan avec sa bêche. 

A Sainte-Marie-Chevigny, il bénit les travaux des champs, évoqués par des labours et un paysan ensemençant les sillons.

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public