AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES MARTYRS, SEMENCES DE L'ÉGLISE

1 S 15, 10-23 ; Mc 4, 35-41
Martyrs du Japon - (6 février 2012)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Configurés au Christ

F

rères et sœurs, le cas des martyrs du Japon est intéressant à un double titre. Le premier, ce sont les circonstances de leur martyre. En 1597, la persécution qui a fait ces vingt-six victimes n'était pas une persécution généralisée. Ce n'était pas une persécution organisée par l'autorité impériale, mais c'était une persécution locale organisée par un féodal de la région où vivait cette communauté. Le motif est tout à fait étrange et d'une certaine manière, prémonitoire, c'est que les vingt-six chrétiens comprenaient neuf européens, des jésuites et des franciscains, surtout des espagnols, un ou deux mexicains, et d'autre part, des japonais. Les japonais, c'étaient des médecins, et le personnel de la mission franciscaine et de la mission jésuite.

Ce qui a provoqué la persécution, c'est un capitaine espagnol qui devait être là pour l'antenne présente au port, où ils étaient basés à Nagasaki, ce capitaine a rencontré le seigneur de l'endroit, a essayé de traiter des affaires avec lui, car à cette époque la pus grande puissance commerciale c'était l'Espagne, et ce capitaine a dit au gouverneur plutôt réticent, que de toute façon, le christianisme allait s'implanter et que les espagnols allaient coloniser le Japon ! C'est donc uniquement une bêtise, un propos assez stupide de la part de ce capitaine, qui a déclenché d'abord l'irritation du gouverneur et ensuite le fait qu'il ait voulu sévir.

C'est intéressant parce que vous le savez, l'évangélisation dès ce moment-là ne sera jamais tout à fait dégagée du soupçon de conquête coloniale. Dans des pays comme l'Amérique latine où les conquistadors n'y sont pas allés de main morte et ont commencé par éliminer tous les chefs, il ne restait qu'une population plutôt soumise facile à réduire en esclavage. Mais lorsqu'il s'est agi d'une civilisation aussi élaborée et raffinée que la civilisation japonaise, évidemment, cela ne pouvait susciter que de la résistance. C'est un peu terrible, parce que ni ces franciscains, ni ces jésuites ne pensaient à implanter la suprématie politique de l'Espagne, et cependant, c'est la bêtise d'un de leurs congénères qui a été à l'origine de leur martyre.

Cela peut nous faire réfléchir aujourd'hui, car on dit souvent que l'Église a été dans le sillage ou précédant les colonisateurs surtout au dix-neuvième siècle, mais il y a des cas, et notamment celui-là, où ce n'est pas vrai. Ce sont au contraire des gens qui avaient eu une vision gratuite de la mission et qui en ont été les témoins jusqu'au don de leur sang.

La deuxième chose c'est que ceux qui ont été mis à mort étaient non seulement des prêtres, les franciscains et les jésuites implantés à Nagasaki, mais il y avait aussi de la population japonaise qui était très mélangée. Il y avait deux médecins, plusieurs personnes qui collaboraient avec les missionnaires pour la vie concrète de la mission, et même deux enfants qui rendaient des services pour le culte et la tenue de la maison. C'est intéressant, parce que 1597, c'est peu de temps après le Concile de Trente, et normalement, c'étaient les curés qui s'occupaient de tout ! là, on voit que ce n'est pas le cas. Dès que les missionnaires avaient mis le pied à Nagasaki, ils avaient su non seulement évangéliser leurs frères laïcs japonais, mais également leur donner suffisamment de responsabilités pour qu'ils aient leur part active dans la vie de la communauté et qu'ils soient aussi visés par le gouverneur.

Le véritable sens de l'évangélisation n'est pas simplement confié à des spécialistes, comme on le croyait en Europe quand on envoyait les jésuites ou les franciscains, mais eux-mêmes lorsqu'ils se retrouvaient sur le terrain, ils savaient que les enjeux véritables de l'évangélisation qu'ils entreprenaient, c'était précisément de mettre dans la mission, ceux-là même qui devenaient les fidèles, qu'ils soient simplement des baptisés et qu'ils deviennent aussi les témoins du Christ. C'est comme cela que ce groupe des martyrs de Nagasaki, c'est vraiment l'Eglise à la fois sacerdoce ministériel et sacerdoce baptismal, c'est l'Église tout entière qui a témoigné jusqu'au sang de la puissance du salut de Jésus-Christ.

Quelques années plus tard, à partir de 1617, la persécution deviendra générale, c'est l'empereur qui, pour d'autres raisons surtout de conflits culturels, organisera une persécution assez importante qui va durer une vingtaine d'années et dans laquelle il y aura deux cent cinquante victimes. Ces martyrs restent pour l'instant simplement béatifiées, mais c'est la marque que le Japon a payé un très lourd tribut pour servir de témoin à travers un certain nombre de membres des communautés chrétiennes pour pouvoir reprendre et annoncer l'évangile. Aujourd'hui nous aurons à cœur de prier pour toutes ces communautés chrétiennes dont certaines sont extrêmement vivantes pour qu'elles soient les vrais continuateurs de ce qu'ont inauguré saint Paul Miki et ses compagnons martyrs.

 

AMEN

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public