AU FIL DES HOMELIES

Photos

MARTYRE ET VIRGINITÉ, DON DE DIEU

1 Co 1, 26-31 ; Mt 4, 35-41
Ste Agathe - (5 février 2010)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Saint Séverin : Sainte Agathe

 

F

rères et sœurs, les deux textes que la liturgie a choisi pour la fête de sainte Agathe nous dépeignent les raisons pour lesquelles il y a eu dans l'Église primitive une prédilection pour ces vierges martyres dont sainte Agathe est un des exemples. La raison de cette prédilection est le martyre qui comme la virginité sont la manifestation de la grâce toute puissante de Dieu.

Dans le texte de l'évangile, les pharisiens ont essayé de tenter Jésus, et Jésus a affirmé la grandeur, l'indissolubilité du mariage qui sort des mains de Dieu. Une réflexion d'assez mauvais goût d'ailleurs, des disciples, amène Jésus à parler aussi de la virginité. Il en parle, contrairement à ce que nous pourrions imaginer, non pas comme d'une vocation supérieure, mais comme d'une vocation qui ne vient que de Dieu seul. "Comprenne qui pourra" dit-il, tout le monde n'est pas appelé à cela mais seulement ceux en qui la grâce de Dieu veut se révéler de cette manière-là.

Nous sommes donc là en face d'un charisme pour parler selon le langage théologique, d'un don gratuit de Dieu qui n'est pas le don d'une supériorité mais le don d'une autre manière de vivre pour le Royaume dès maintenant. La virginité se présente non pas comme une supériorité morale, mais comme une manifestation de la grâce gratuite de Dieu pour ceux qui y sont appelés. Tout le monde n'y est pas appelé, Jésus nous le dit, tout le monde ne comprend pas les paroles que je dis, mais comprenne qui pourra, ceux à qu cela s'adresse. Cela ne diminue en rien la grandeur du mariage que Jésus vient d'affirmer avec éclat contre les tentations de ces pharisiens qui essaient de la faire trébucher.

Saint Paul dans la première épître aux Corinthiens nous dit la même chose à propos du martyre. Le martyr n'est pas quelqu'un de plus fort que les autres. Le martyr n'a pas plus de sagesse ou de foi que les autres. Le martyre, c'est la réalisation de ce qui est annoncé dans l'Écriture : "Ce qui est fou dans le monde Dieu l'a choisi pour confondre la sagesse, ce qui est faible pur confondre la force, ce qui n'est pas pour confondre ce qui est". Le martyre, et c'est ce qui est particulièrement visible dans le martyre de ces jeunes vierges faibles, fragiles qui tout à coup se révèlent être d'une force plus grande que leurs persécuteurs, le martyre c'est donc non pas une performance, c'est un don gratuit de Dieu. Si des jeunes femmes comme Agathe ont pu donner leur vie sous la torture du bourreau, alors qu'elles étaient fragiles et faibles, c'est manifestement parce que Dieu seul a souffert en elles. C'est cela le sens profond du martyre, c'est que si on peut supporter le martyre, c'est parce que en réalité, c'est le Christ qui vient souffrir dans ces martyrs. C'est le Christ lui-même qui porte la croix du martyr, c'est le Christ lui-même qui donne la force au martyr.

Dans notre vie, nous ne sommes peut-être pas appelés à vivre le martyre, tous nous ne sommes pas appelés à vivre dans la virginité, mais nous sommes tous certainement appelés à vivre de la grâce de Dieu qui seule peut réaliser en nous le dessein de Dieu propre à chacun d'entre nous. Nous avons notre vocation propre, mais c'est Dieu seul qui peut nous donner de la réaliser.

 

AMEN

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public