AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE PRIÈRE CONFIANTE

XXX S 17, 55-18,5 ; Mc 6, 7-13
Ste Scholastique - (10 février 1990)
Homélie du Frère Michel MORIN

Montquintin : Sainte Scholastique

 

V

oici le passage où le pape saint Grégoire le Grand, dans son ouvrage "les Dialogues" raconte la vie de Scolastique, sœur de saint Benoît. Benoît avait fondé le monastère du Mont Cas­sin au sud de Rome et sa sœur avait fondé un autre monastère au pied du mont

"Scolastique, consacrée à Dieu tout-puissant dès son enfance, allait voir son frère une fois par an. L'homme de Dieu se rendait vers elle dans le domaine du monastère sans dépasser beaucoup la porte. Un jour elle vint comme d'habitude et son vénérable frère se rendit vers elle avec ses disciples. Ils passèrent toute la journée dans les louanges de Dieu et de saints entretiens. Quand la nuit tomba, ils mangèrent ensemble. Comme il se faisait tard à la fin de ces saints entretiens, la moniale lui fit cette demande : "Je t’en prie, ne me quitte pas cette nuit. Parlons jus­qu'au matin des joies de la vie céleste. Il lui répondit : "Que dis-tu là, ma sœur ? Je ne puis aucunement de­meurer hors de mon monastère." La moniale, lors­qu'elle entendit le refus de son frère, posa ses mains, ses doigts sur la table et elle inclina la tête pour prier Dieu le Tout-Puissant. Comme elle relevait la tête, les éclairs et le tonnerre éclatèrent avec une telle force, un tel déluge se mit à tomber que ni le vénérable Be­noît, ni les frères qui l'accompagnaient ne purent faire un pas hors de l'endroit où ils étaient réunis. Alors l'homme de Dieu, tout triste, se mit à se plain­dre : "Que Dieu tout-puissant te pardonne, ma sœur ! Qu'est-ce que tu as fait là ?" Elle lui répondit : "Je t'ai prié et tu n'as pas voulu m'entendre. Alors j'ai prié mon Dieu, et Lui m'a entendue! Maintenant, sors si tu peux, quitte-moi et retourne dans ton monastère !" Lui qui n'avait pas voulu rester demeura là malgré lui. Et c'est ainsi qu'ils passèrent toute la nuit à veil­ler et ils se rassasièrent de leurs entretiens, de leurs échanges sur la vie spirituelle. Il n'est pas étonnant qu'une femme l'ait emporté sur lui, car selon la parole de saint Jean: "Dieu est amour" et par un juste juge­ment celle qui a aimé davantage a été la plus puis­sante. Trois jours après, l'homme de Dieu qui se trou­vait dans le monastère, leva les yeux en l'air et vit l'âme de sa sœur sortir de son corps et pénétrer dans le sanctuaire du ciel sous la forme d'une colombe. Se réjouissant qu'elle ait obtenu une si grande gloire, il rendit grâces par des hymnes et des chants de louange et il renvoya des frères rapporter le corps au monastère pour le déposer dans le tombeau qu'il avait préparé pour lui-même."

Je voudrais que nous retenions simplement cette phrase de sainte Scolastique à son frère : "Je t'ai prié et tu n'as pas voulu m'entendre, j'ai prié Dieu et Lui m'a entendue !" Au cours de cette eucharistie, nous allons demander que la prière de l'Église, spé­cialement la prière des moniales dans l'Église, et plus spécialement la prière des moniales de notre diocèse, soit à Jouques, soit à Tarascon, soit à Aix, puisse ou­vrir notre cœur, que nous soyons prêtres, moines ou fidèles, à la grâce et à la louange de Dieu. Et que nous puissions entrer, toute notre vie, avec tous nos frères qui ne connaissent pas encore le Seigneur, dans sa louange et dans l'entretien spirituel des choses céles­tes.

Cette réponse de Scolastique nous révèle que la puissance de la prière de ces femmes cachées du monde, dont les mains sont jointes pour la louange et la supplication, a une fécondité étonnante et qu'en définitive, c'est peut-être cette prière qui fait le cœur des saints comme c'est la prière de Scolastique qui a rendu plus saint son frère pourtant saint Benoît.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public