Imprimer

LE JUSTE FACE À LA MISÉRICORDE DE DIEU

Ac 9, 1-22; Mc 16, 15-18
Conversion de St Paul - (25 janvier 2011)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Moissac: Saint Paul

 

F

rères et sœurs, quand nous lisons l'évangile, une des choses qui devrait nous frapper le plus, c'est l'infinie miséricorde de Jésus pour les pécheurs. Qu'il s'agisse de la femme adultère, de la prostituée du septième chapitre de saint Luc, qu'il s'agisse de Zachée, le chef des publicains ou de Matthieu publicain lui-même que Jésus choisit pour en faire un apôtre, qu'il s'agisse du larron à qui Jésus pardonne sur sa croix, sans cesse dans l'évangile, nous voyons cette miséricorde du Christ à l'œuvre.

Non pas que Jésus approuve le péché du pécheur, non pas qu'il le félicite, mais ce que Jésus aime dans les pécheurs, c'est l'évidence à leurs yeux qu'ils ne peuvent être sauvés que par grâce, que leur péché est si profond dans leur cœur que seule la grâce de Dieu peut les sauver. Et qu'il en soit bien ainsi dans l'esprit de Jésus, nous est confirmé par la dureté de Jésus avec ceux qui se croient justes. Qu'il s'agisse des pharisiens, qu'il s'agisse des scribes, qu'il s'agisse de ceux qui le reçoivent pour avoir une parole de Dieu et qui sont déçus parce que Jésus s'intéresse à la prostituée qui est entrée à grand bruit pour laver les pieds avec ses pleurs et les oindre de parfum. Jésus est très sévère, et il maudit ceux qui se croient bons et qui se croient justes.

Ceci nous fait comprendre pourquoi Jésus aime plus particulièrement les pécheurs Une parabole résume tout cet ensemble, celle du pharisien et du publicain. Le publicain est au fond du temple, il se prosterne en disant au Seigneur qu'il n'a rien de bon à lui présenter mais qu'il est pécheur. Pendant ce temps, lui, le pharisien se glorifie des actes de vertu qu'il a accomplis. C'est vrai que c'est un juste, mais sa justice lui semble suffisante et il n'a pas besoin de la grâce de Dieu. L'humour de Jésus, c'est que ce que je viens de dire ne s'applique pas systématiquement à toutes les situations. Certes, quand Jésus rencontre des pécheurs qui se reconnaissent éloignés de la grâce, il déborde de miséricorde pour leur pardonner Certes, quand Jésus rencontre des justes qui se glorifient de leur justice et qui en oublient la primauté de la grâce Dieu, il peut être très sévère. Et pourtant, il y a une exception, et c'est celle que nous fêtons aujourd'hui. Il y a un juste qui se croyait juste et qui se glorifiait d'être juste, un juste qui persécutait les chrétiens, au nom de la Loi, il y a un juste que Jésus a choisi lui aussi pour être parmi les autres pécheurs pour être un de ses disciples, un de ses apôtres, et c'est Paul.

Paul était le parfait pharisien, le parfait observateur de la Loi, et il l'était jusqu'à vouloir écraser ceux qui se réclamaient d'une autre miséricorde que celle de la Loi. Jésus a brisé cet orgueil du juste, Paul. Pour pouvoir en faire un de ses disciples, il a fallu qu'il le jette à terre, il a fallu qu'il l'écrase de sa lumière. Il a fallu que saint Paul soit dépossédé de toute sa vie de pharisien, de toute sa vie de persécuteur de l'Église, de toute sa vie de juste. Il a fallu qu'il découvre comme il le dit ailleurs, que Jésus est venu pour sauver tous les pécheurs, et saint Paul ajoute, les pécheurs "dont je suis le premier".

C'est cela la grande découverte de la vocation de saint Paul, c'est cela la grande découverte de sa conversion. Il était tourné vers la Loi, et voici qu'il a été retourné, c'est le sens du mot "conversion". Il a été retourné tout à la fois vers la figure de miséricorde de Dieu, et vers la découverte de son péché qui le met entre les mains de cette miséricorde de Dieu.

Que nous sachions, par l'intercession de saint Paul, nous reconnaître pécheurs, nous qui sommes tentés de nous croire justes. Que nous nous découvrions entièrement dépendants de la grâce miséricordieuse de Dieu.

 

 

AMEN