AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA SIMPLICITÉ DE LA VIE SPIRITUELLE

Dt 6, 4-9; Jn 10, 1-16
St Fançois de Sales - (24 janvier 1994)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

L

es deux lectures de ce jour éclairent d'une manière particulière le visage de saint Fran­çois de Sales, visage très attachant dans l'Église. La première nous rappelle ce qui est fonda­mental dans une vie : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu de tout ton cœur, de toutes tes forces." Et cet amour que François de Sales a chanté, a proclamé, a divulgué à travers ses écrits a nourri beaucoup de chrétiens permettant à l'Église d'être renouvelée en profondeur à la source même de l'évangile et de l'amour de Dieu. La seconde nous montre le Bon Pasteur car François de Sales a été un pasteur au vrai sens de terme et non un évêque fictif, un peu mondain comme cela arrivait à certains évêques de cour. Il a réellement oeuvré à l'annonce de la Parole de l'évan­gile pour essayer de l'enraciner dans son diocèse, à travers tous les cœurs et tous les visages qu'il ren­contrait.

François de Sales est un exemple pour nous, aujourd'hui, sur un point particulier. Il aimait profon­dément ce monde, il aimait profondément son époque. Il avait à cœur d'être le témoin de l'amour de Dieu pour lui-même et pour les autres. Il a participé à tout ce qui pouvait se faire et d'être l'homme corres­pondant le plus parfaitement à ce que son époque attendait de l'Église. Ainsi il a enraciné la vie des chrétiens dans une visée vraiment spirituelle. A l'épo­que on pensait que seuls quelques hommes ou fem­mes choisis, religieuses, prêtres, étaient capables d'une vie avec Dieu, ce que l'on appelle une vie spiri­tuelle. Le monde était peut-être pris entre une spiri­tualité cléricale et monastique. François de Sales a essayé de montrer qu'il n'y a pas de catégories spiri­tuelles, mais que, par son baptême, chaque chrétien avait les capacités de connaître Dieu et de l'aimer. Pour cela il suffisait de revenir aux sources de l'évan­gile et des sacrements.

Une chose tout à fait significative de sa ma­nière de procéder c'est que lui qui était intelligent, qui avait fait de très longues études et qui sortait d'un niveau social élevé, s'est mis vraiment à la portée de tous. Comme nous le disait l'oraison du début de la messe, "il s'est fait tout à tous en toute chose". Tant et si bien qu'en lisant ses écrits on est surpris par les exemples qu'il donne, qui sont des exemples familiers et de tous les jours, pour montrer que la vie spirituelle est possible et accessible à chacun. Certains de ces livres sont de véritables bestiaires. Il parle de la louange que donne le chrétien à l'image de la cigale. Selon les connaissances de son époque, il imagine la cigale ayant à l'intérieur de son corps des tuyaux qui font résonner le chant, et il invite le chrétien à vibrer de tout son corps dans la louange, afin que par ses sens son affection, son âme participe à la louange de Dieu. Il y a l'image des perdreaux qui qualifient le vide de notre cœur car bien qu'ils aient couvé, ils vont parfois voler les œufs des autres. Les pigeons et les petits oiseaux l'ont souvent plus marqué que certaines prédications car il voyait la charité des pigeons laisser quelques petites graines pour les passereaux qu'ils ne dérangeaient pas quand ils avaient eux-mêmes pris leur nourriture.

Cela peut paraître simple mais ce qui est frap­pant c'est que François de Sales est revenu à une cer­taine simplicité de compréhension de l'évangile et à une simplicité de la vie spirituelle. Trop souvent nous nous égarons dans des théories spirituelles, dans des écoles spirituelles. Nous essayons de-ci de-là les dif­férentes écoles spirituelles qui toutes apportent beau­coup à l'Église, qui toutes nous apportent énormé­ment, mais la vie spirituelle c'est d'abord de vivre concrètement dans la réalité de ce monde et de com­prendre que Dieu s'est incarné et a vécu dans ce monde afin qu'à son exemple nous puissions être d'autres christs, à la suite de Jésus, en vivant ce lien profond entre Dieu et les hommes. Ce lien profond c'est le lien de la charité, c'est le lien de l'amour C'est pourquoi François de Sales a insisté avec tant de vi­gueur sur cet amour de Dieu en nous-mêmes. Rien ne nous donnera de vivre une vie spirituelle s'il n'y a pas l'amour. Ce n'est pas la peine d'être prêtre, religieux, carmélite, cistercien, il suffit d'être amoureux de Dieu, là où nous sommes, pour vivre profondément la sainteté de Dieu. C'est le témoignage que nous laisse François de Sales. Nous avons à nous laisser envahir par ces amour de Dieu et à le vivre au jour le jour, quelle que soit notre situation car en définitive notre vocation c'est la vocation à la sainteté quel que soit notre statut dans l'Église, quelle que soit aussi notre place, quel que soit le monde où nous sommes. Cette sainteté ne se vit pas dans des sphères nébuleuses ou dans des échappées spirituelles, mais elle se vit concrètement dans notre monde et pour tout le monde. C'est ainsi que toute chose sera renouvelée, que la bonne nouvelle sera annoncée et que nous connaîtrons l'amour, que nous verrons le visage de l'amour en chacun de nos frères parce que chacun est aimé de Dieu comme l'a si bien dit François de Sales.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public