AU FIL DES HOMELIES

Photos

 UN HOMME DE COMMUNION

Dt 6, 4-9; Jn 10, 1-16
St Fançois de Sales - (24 janvier 2006)
Mardi de la troisième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

N

ous avons eu frères et sœurs, mardi dernier, pour l’ouverture de la semaine de l’unité une conférence à deux voix ici dans cette église, conférence qui a été suivie par une série de questions, dont une posée par un alsacien qui nous racontait qu’il était très très fier d’être protestant, et quand il était petit, il jouait au gendarme et au voleur, contre les catholiques, et il interpellait les deux conférenciers en leur disant que le problème, c’était que les gens n’ont plus aucune identité, et que avoir une identité, c’est une chose très importante pour notre foi. Un des pasteurs lui a répondu que l’un n’empêche pas l’autre ! Pourquoi faudrait-il choisir entre l’affirmation de ses racines et de cette identité, et de la mettre contre l’identité des autres ? On peut très bien être heureux d’être catholique, et néanmoins, être aussi très heureux de rencontrer ses frères protestants.

Je dis cela parce que je crois que cette réflexion est intéressante, parce qu’elle dit quelque chose de la personnalité de saint François de Sales dont nous faisons mémoire aujourd’hui. Effectivement, le personnage de François de Sales, son époque et aussi son lieu de vie pastorale représentent plutôt un monde du côté de l’affirmation de l’identité. Saint François de Sales a un caractère extrêmement bien trempé. A l’âge de douze ans, il va réussir à faire plier son père en recevant la tonsure, son père ne le voulait pas. On, sait par ailleurs, par d’autres épisodes que c’est quelqu’un qui est extrêmement nerveux et volontaire dans sa vie, dans sa manière de s’exprimer et de vivre avec les autres.

D’autre part, la période dans laquelle vit saint François de Sales est extrêmement difficile. Il y a eu les protestants, et ensuite la contre-réforme, et c’est vrai qu’on pourrait envisager la contre-réforme comme étant un moment au cours duquel ce que l’on demande aux évêques, c’est d’être une sorte de garde-frontière entre les catholiques et les protestants, et le travail des évêques consiste à éviter l’invasion des protestants dans le monde catholique.

D’ailleurs (troisième partie), saint François de Sales est justement quelqu’un qui se trouve aux frontières du monde, que ce soient les frontières politiques ou que ce soient les frontières religieuses, il est évêque de Genève, et en même temps, il va rester à Annecy. Effectivement, que ce soit le caractère de saint François, ou que ce soit la période, ou que ce soit même son lieu d’évangélisation, tout pouvait prêter à penser que saint François de Sales serait du côté de l’affirmation de l’identité catholique face aux protestants. Cela n’a pas été du tout le cas. Ce qui a été remarquable, et je m’attacherai à deux points en particulier, c’est que saint François de Sales a été véritablement un homme de communion et un homme de rencontre. Son ouverture s’est faite vers les protestants à travers, je pense deux thèmes qu’il a récupéré des protestants, mais qu’il a mis au goût du catholicisme. Il a puisé des choses très intéressantes chez les protestants, tout en restant lui-même catholique.

La première chose, c’est l’amour de l’Écriture. C’est la Parole de Dieu. Effectivement, saint François de Sales à une période où l’Église avait abandonné d’une certaine manière la prédication et la Parole de Dieu, c’était devenu d’ailleurs le cheval de bataille des protestants, saint François de Sales a tenu au cours de sa vie pastorale, sur les chemins de montagne, à annoncer à temps et à contretemps, la Parole de Dieu. Il a rencontré les protestants sur le lieu même de la parole, lieu extrêmement fondateur pour les protestants. Il n’a pas eu peur. C’est la première chose.

La deuxième chose, c’est ce que nous appellerions après Vatican II, d’une expression plus moderne, le sacerdoce des baptisés. L’Église catholique avait eu tendance à proposer la vie sainte uniquement pour une certaine partie de la population chrétienne, c’est-à-dire les prêtres, le religieux, les moines, les moniales, etc … Et là aussi, une nouveauté d’une certaine partie des protestants, était de dire que le salut n’était pas réservé uniquement à une partie de la population chrétienne, mais aussi aux laïcs. Et saint François de Sales, sans aller jusqu’à des extrémités comme certains protestants qui refusaient tout ministère, a remis au goût du jour l’importance des laïcs dans le salut. C’est comme cela que saint François de Sales a proposé aux laïcs, et si je ne me trompe pas les équipes Notre-Dame puisent encore dans ses enseignements, il a rappelé que le salut était donné pour chacun des chrétiens, quel que soit le cadre de vie dans lequel il vivait, prêtre, moniale, moine, et aussi et surtout, mariés et dans le monde.

Frères et sœurs, je crois que François de Sales est une figure particulièrement intéressante pour nous, au cours de cette semaine de l’unité. Il nous rappelle que nous n’avons pas à avoir peur des autres. Il nous rappelle que nous n’avons pas à abandonner notre identité catholique pour rencontrer les autres, et il nous rappelle que le Christ lui-même est venu dans ce monde pour abolir toutes les barrières qui existent entre les hommes et aussi entre les hommes et Dieu.

Frères et sœurs, à la suite de saint François de Sales, faisons tomber nos barrières, car je crois que très souvent, nous nous réfugions dans cette identité parce que nous nous disons que nous ne pouvons pas aller vers les autres parce que nous n’avons pas le caractère qui correspond. Saint François de Sales l’a fait ! Peut-être que nous pourrions nous dire que nous sommes dans une période où effectivement nous avons besoin de retrouver nos racines et nos identités, sinon tout va s’écrouler ? Saint François de Sales n’a pas eu peur de le faire, il l’a fait, nous pouvons le faire.

Frères et sœurs, enfin, saint François de Sales n’a pas ménagé sa peine, et il a inventé des tas de moyens pour aller aussi à la rencontre de ses frères et sœurs. Ce qu’il a fait, nous pouvons le faire avec la grâce de Dieu.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public