AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'HOMME EN DEVENIR

Ph 3, 8-14 ; Jn 8, 12-19
St Grégoire de Nysse - (10 janvier 1994)
Lundi de la deuxième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

S

aint Grégoire de Nysse est l'un des plus grands théologiens de l'Église et particulièrement de l'Église d'Orient. Sa théologie est aussi une théologie spirituelle, une théologie des chemins de l'homme vers Dieu. C'est pourquoi il s'est intéressé à scruter la nature de l'homme et la place de l'homme dans l'univers.

Comme la plupart des Pères de l'Église, saint Grégoire de Nysse vivait philosophiquement dans un contexte platonicien. C'est pourquoi le point de départ de sa réflexion est la division et même l'opposition entre le monde matériel, le monde des corps et le monde spirituel. Seulement il a une façon assez origi­nale d'interpréter cette distinction, voire cette opposi­tion. Pour lui, le monde matériel, le monde des choses que l'on peut toucher et voir, est certes un monde fini, parce que c'est un monde où toute chose est définie. C'est la détermination de chaque réalité qui l'enclôt dans ses limites. Un animal n'est pas une étoile, un végétal n'est pas une pierre. Chaque chose est cir­conscrite par une nature bien précise qui tout à la fois est sa richesse mais qui, en même temps, la limite en la séparant des autres, en l'isolant des autres et en lui attribuant un secteur déterminé mais restreint dans l'univers.

Par opposition à ce monde matériel qui est fait de choses ainsi déterminées et toutes limitées, le monde de l'esprit est le monde de l'illimitation, le monde de l'infini et de l'infinitude. Mais, dans ce monde de l'esprit qui est ainsi un monde sans limite, il y a deux sortes d'esprit. Il y a l'esprit créateur qui est Dieu dont l'infinité est actuelle c'est-à-dire pleinement possédée, dans une plénitude éternelle. Dieu est tou­jours infini. Il est actuellement dans la plénitude de son infinité. Puis, à côté de cet esprit incréé, créateur, il y a les esprits créés, qu'il s'agisse des anges ou de l'esprit humain, l'esprit créé qui est, lui aussi, infini. Mais non pas d'un infini qui lui est donné tout à la fois, mais d'un infini dont il est capable de le décou­vrir progressivement. Ce qui caractérise l'esprit créé, c'est qu'il peut progressivement s'ouvrir à toute l'infi­nitude de Dieu. L'esprit créé est "capable" de Dieu, c'est-à-dire il est appelé à marcher dans un dépasse­ment perpétuel pour, peu à peu, s'enrichir de cette plénitude que Dieu, Lui, possède de toute éternité, toujours et de manière actuelle.

Ceci est une caractéristique originale de la pensée de Grégoire de Nysse car pour lui ce qui ca­ractérise l'esprit créé et tout particulièrement l'esprit humain, c'est d'être en marche constante vers l'infini de Dieu. Sa capacité de recevoir Dieu croît à mesure qu'elle est comblée. Plus Dieu se donne à l'homme, plus la demeure spirituelle intérieure de l'homme s'élargit et devient capable de recevoir Dieu qui le comble et qui creuse en lui un appel plus grand pour aller plus loin, plus avant dans la découverte du mys­tère de Dieu. C'est dire que la relation de l'homme avec Dieu est à la fois rassasiement et désir toujours renouvelé, repos et mouvement qui sans cesse rebon­dit. La caractéristique de l'esprit créateur de Dieu c'est d'être un don infini. Et la caractéristique de l'esprit créé, celui de l'homme, est d'être un accueil sans li­mite. A l'infini qui se donne répond l'infini qui s'ou­vre. Et c'est pourquoi l'homme vient vers Dieu dans un accroissement perpétuel de son être, plus exacte­ment dans un accroissement perpétuel de son ouver­ture à l'Etre, car le seul Etre plénier c'est Dieu.

C'est dire que l'esprit créé est constamment créé car, précisément, ce don que Dieu fait à l'homme de sa présence, c'est cela même qui crée l'homme et qui sans cesse crée en lui une ouverture croissante, un dynamisme qui, sans cesse, rebondit et se renouvelle. Si l'homme se détourne de Dieu, et c'est cela le péché, à ce moment-là son ouverture à l'infini de Dieu, son ouverture à l'Etre, se ferme et l'homme cesse d'être créé, il cesse de croître, il s'étiole et littéralement on peut dire, il meurt. En tout cas il est sur une pente mortelle, sur la pente du repliement et de cette sorte de fermeture qui est l'oubli de la lumière.

Ainsi ce qui caractérise l'homme, c'est son ca­ractère historique. Il est tout entier dans un devenir qui, sans cesse, se renouvelle et sans cesse rebondit. Et vous comprenez pourquoi nous lisions ce passage de saint Paul qui, par avance, trace déjà la pensée que suivra Grégoire de Nysse : "Je ne suis pas arrivé au but, je ne suis pas parfait, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir le Seigneur, ayant été moi-même saisi par le Christ Jésus. Je ne me flatte point d'avoir déjà saisi. Oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l'avant, tendu de tout mon être, et je cours vers le but en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus." C'est cet élan, c'est cette course, c'est ce dynamisme qui traverse saint Paul, qui traverse saint Grégoire de Nysse qui traverse tout homme, c'est ce dynamisme qui nous tend vers Dieu et qui s'élargit de plus en plus jusqu'aux limites infinies de l'infini même de Dieu qui nous comblera dans une sorte d'ouverture toujours croissante et de découverte toujours renouvelée.

Voilà l'idée que saint Grégoire de Nysse se fait de l'homme. Et cette place de l'homme au milieu de la création fait que l'homme, à la fois corps et en même temps esprit, apporte par son esprit une dimen­sion d'infini à l'univers tout entier et il entraîne, en quelque sorte dans sa course, tout l'univers matériel à sa suite vers la rencontre de Dieu, donnant à toutes les étoiles, à tous les animaux, à tous les végétaux, à tous les minéraux, à tout cet univers sensible qui nous en­toure et auquel nous communions par notre corps, une illimitation qu'il ne possède pas par lui-même puisque précisément la matière c'est ce qui est limité, mais en se mettant dans l'homme au cœur de la matière l'esprit ouvre celle-ci et entraîne tout l'univers vers la gloire de Dieu.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public