AU FIL DES HOMELIES

Photos

BÂTIR SUR LE ROC : SAINT HILAIRE

1 Jn 2, 18-25 ; Mt 7, 21-29
St Hilaire - (13 janvier 1981)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Montceaux-l'étoile : Saint Hilaire

C

 

ontrairement à ce que pense et à ce que nous fait penser l'histoire moderne, Michelet, Malet Isaac et beaucoup d'autres, notre foi de chrétiens de France n'est pas bâtie sur le roc du baptême de Clovis, mais notre foi a été plongée dans un autre baptême, ou plus exactement dans un double baptême.

Notre foi, telle que nous la vivons aujourd'hui, même si, de temps en temps, elle manifeste une certaine fragilité et certains signes d'inquiétude, notre foi a été plongée, d'abord, dans le sang des martyrs, essentiellement des martyrs de Lyon. C'est à partir de ce moment-là que notre pays a été plongé dans le sang du Christ, dans l'amour du Père, du Fils et de l'Esprit. La France n'était pas encore la France, mais ce pays était déjà plongé dans le mystère du Christ. C'est le baptême le plus important.

Il y a eu un autre baptême, et c'est ce que nous fêtons aujourd'hui : le baptême des Confesseurs de la Foi. Un peu toutes les grandes régions de l'Empire romain ont vécu ce baptême. J'évoquai l'autre jour les figures de Basile de Césarée, de Grégoire de Nazianze (j'aurais pu ajouter saint Grégoire de Nysse), qui ont baptisé cette terre aujourd'hui persé­cutée pour sa foi chrétienne, la Turquie. On pourrait citer aussi la confession de la foi de saint Athanase d'Alexandrie, sur cette terre d'Égypte qui, de nos jours, n'a plus beaucoup de catholiques mais rassemble quelques communautés très vivantes chez les Coptes. Pour l'Afrique du Nord, on pourrait citer saint Augustin. Pour notre pays, c'est saint Hilaire.

Comme je vous le disais l'autre jour, à propos de Basile et de Grégoire, ce ne sont pas des gens qui ont été canonisés parce qu'ils étaient gentils, mais plutôt parce qu'ils étaient têtus et qu'ils avaient raison. Saint Hilaire est donc un Gaulois, un Gallo-romain, persécuté pour sa foi. Il a été exilé quatre ans en Orient, et c'est là qu'il a connu les écrits des Pères d'Orient, notamment de saint Basile. C'est là qu'il a pu approfondir sa foi à des sources nouvelles qui lui ont permis, ensuite, de défendre plus vigoureusement et de mieux manifester le mystère de la Trinité.

Saint Hilaire, c'est le baptême comme confession de foi, c'est-à-dire le fait de bâtir sur ce roc qui est une parole, une parole qui est celle du Christ, et que ce roc devienne roc non seulement parce que c'est la Parole du Christ, mais elle nous fait roc, à notre tour, c'est-à-dire une pierre sur laquelle on peut fonder toute sa vie, tout son désir, tout son amour, mais aussi, de temps en temps, une pierre qui peut buter, qui peut choquer, qui peut mettre à l'épreuve. Mais à ce moment-là, il faut tenir dur comme la pierre.

C'est cela que saint Hilaire a vécu. Il y était sans doute aidé, soutenu, par la grâce de l'épiscopat qu'il avait reçu et par laquelle il avait, comme tous les évêques, mission de confirmer et d'affermir ses frères dans la foi. Mais il y était aussi prédisposé par le fait que pour lui, c'était le Christ qui était la tête, c'était le Christ qui était le roc, et c'est pour cela qu'il a tenu.

Nous qui vivons dans un pays qui a encore la chance de pouvoir vivre dans la continuité directe de ces grands confesseurs de la foi et de ces martyrs, nous prierons spécialement par leur intercession pour que, nous aussi, humblement, avec beaucoup de modestie mais aussi avec beaucoup de fermeté, nous essayions, avec la grâce de Dieu, d'être roc, d'être rocher. Non pas par nos propres forces, mais parce que c'est sur un rocher que nous reposons, c'est sur un rocher que notre foi est fondée et il faut que, nous aussi, avec toute la tendresse et toute la douceur, mais aussi avec tout l'entêtement et toute la fermeté que donne la grâce du Christ, nous sachions être ses témoins fidèles.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public