AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE FOI INTELLIGENTE

Ex 3, 11-14 ; Mt 7, 21-29
St Hilaire - (13 janvier 1989)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

S

aint Hilaire de Poitiers a défendu la foi et souf­fert pour la foi. A cette époque, les attaques contre la foi venaient de l'arianisme qui, pour simplifier la foi chrétienne, pour la rendre plus "rai­sonnable", en évacuait le mystère de la Trinité, en faisant du Fils, de Jésus, une créature supérieure aux autres, mais une créature tout de même, de telle sorte que seul le Père était Dieu et que, si j'ose dire, tout rentrait dans l'ordre. Il y avait comme pour l'Ancien Testament, un Dieu unique, au-delà de tout, parfait, et puis toutes sortes de créatures parmi lesquelles la plus haute était appelée Fils de Dieu et s'était incarnée, Jésus.

Ce fut un danger extrême pour la foi chré­tienne, d'autant que cette doctrine relativement simple avait la faveur des empereurs et se répandait aussi bien en Orient qu'en Occident. Saint Hilaire a donc combattu pour la vraie foi, combattu pour prendre l'évangile au pied de la lettre. Je voudrais vous lire quelques passages de son grand ouvrage sur "La Tri­nité" dans lequel, il détend, par tous les moyens, la vérité de la foi. Cet ouvrage contient quatorze livres, je puise dans le deuxième.

"Tout ce qu'a le Père est à moi ! Tout ce qui est à moi est à toi ! Tout ce qui est à toi est à moi !" Et encore :"Tout ce qu'a le Père, Il l'a donné au Fils et Paul témoigne aussi : "En Lui habite corporelle­ment toute la plénitude de la divinité. Il est parfait Celui qui vient du Parfait, puisque Celui qui possède tout, le Père, lui a tout donné. N'allons pas nous ima­giner que le Père ne lui a rien donné, sous prétexte qu'Il possède encore tout, ou bien que le Père ne pos­sède plus rien sous prétexte qu'Il a tout donné au Fils."

Un peu plus loin, saint Hilaire nous invite à une attitude de foi qui n'est pas seulement intellec­tuelle mais qui rejoint toute notre vie.

"Ecoute le Père inengendré ! Ecoute le Fils, unique engendré ! Ecoute : "Moi et le Père, nous sommes un !" Ecoute : "Qui Me voit, voit aussi le Père !" Ecoute : "Le Père est en Moi et je suis dans le Père !" Ecoute : "Le Fils a la vie en Lui, comme le Père Lui aussi a la vie en Lui ! Ecoute le Fils, Image, Sagesse, Puissance, gloire de Dieu ! Allons, immerge-toi dans le mystère de Dieu ! Glisse-toi au creux de ce mystère, entre le seul Dieu inengendré et le seul Dieu Fils unique ! Immerge-toi dans les flots secrets de cette merveilleuse naissance ! Mets-toi en route, marche, ne prends point de relâche ! Je le sais, tu n'arriveras pas au bout, mais tout de même, tu as pris ton départ, car celui qui poursuit l'Infini de sa foi aimante, même s'il ne l'atteint jamais, profitera pourtant de sa recherche. Il y aura gagné d'avoir approfondi le sens de sa foi."

"Le Fils est Celui qui procède du Père qui est. Il est l'Unique engendré de Celui qui n'est pas engen­dré. Il est le Fruit, le Vivant né du Vivant. Comme le Père a la vie en Lui, ainsi a-t-il donné au Fils d'avoir la vie. Il est le Tout qui procède du Tout. Entre le Père et le Fils, pas de division, pas de séparation car Ils sont l'un dans l'autre et le Fils possède la plénitude de la divinité."

"Certes notre intelligence ne peut épuiser la totalité de ce mystère, et nous le savons, les réalités dont nous parlons ne sauraient être saisies pas notre esprit."

Plus loin saint Hilaire parle du Fils qui s'est fait petit enfant à Noël.

"Que donnerons-nous en retour qui soit à la hauteur d'un tel amour ? Dieu, le seul Unique engen­dre, Celui dont la source inénarrable est dans le Père, s'introduit dans le sein de la vierge sous la forme d'un minuscule corps humain. Celui qui contient toute chose, Celui en qui tout est renfermé, Celui par qui tout existe, est mis au monde selon les lois d'un enfantement humain. Celui dont la gloire fait trembler les archanges et les anges, Celui qui est capable de désagréger le ciel et tous les éléments de ce monde fait entendre les vagissements d'un petit nouveau-né. Cet Etre invisible et incompréhensible, Lui qui ne saurait être embrassé ni par la vue, ni par la pensée, ni par le toucher, le voici enveloppé de langes dans une crèche. Si quelqu'un regardait cet abaissement comme indigne de Dieu, il faudrait qu'il en convienne, moins cette humiliation semble adaptée à la majesté de Dieu, plus nous devons lui être recon­naissants d'un si grand bienfait, car Il n'avait nul besoin de se faire homme Celui par qui l'homme a été fait, mais c'est nous qui avions besoin que Dieu se fît chair et qu'Il habitât parmi nous, c'est-à-dire qu'Il fît sa demeure à l'intérieur même de toute chair, en pre­nant en Lui la chair qui est l'unique chair de tous. Voilà Dieu dans la chair et nous voila, en retour, renés en Dieu, par le moyen de la chair."

Que ces paroles si denses, si profondes, nous engendrent dans la foi comme la parole de saint Hi­laire a engendré nos pères dans la foi. Sachons contempler ce mystère de Dieu, nous immerger dans ce mystère pour en être imprégnés et pour en vivre.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public