AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LE CHRIST, MIROIR DU PÈRE

Ex 3, 11-14 ; Jn 5, 19-24
St Hilaire - (13 janvier 2005)
Jeudi de la deuxième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

L

es saints sont des ouvriers spécialisés, des OS de la foi. Souvent, on aime les résumer par un trait de leur caractère, ou par une action particulière qui a été au centre de leur vie. La personne d'Hilaire est très souvent abordée à travers le fait qu'il a défendu la foi dans le simple de Nicée, contre les hérétiques, les ariens.

Aujourd'hui, je vais mettre cet aspect de côté pour nous permettre de découvrir un autre visage d'Hilaire. Cette fête d'Hilaire de Poitiers se trouve à la fois entre la fête de Noël, et dans quelques jours, la semaine de l'unité que nous allons vivre ensemble, chrétiens séparés. C'est sous ces deux lumières que j'aurais voulu aborder la vie d'Hilaire de Poitiers.

Son personnage est très intéressant, parce qu'il a servi de pont entre l'Orient et l'Occident. Nous pensons facilement que la coupure entre l'Orient et l'Occident, est une coupure qui a surtout commencé à partir du VIe, VIIe siècle, mais l'exemple d'Hilaire nous rappelle que déjà à son époque, au quatrième siècle, certaines choses ne passaient pas nécessairement entre l'Orient chrétien et l'Occident chrétien. Or, Hilaire de Poitiers ayant été envoyé en exil par l'empereur, vers l'Orient, étant obligé de quitter la Gaule de l'époque, le Poitou pour arriver dans l'Orient chrétien, il s'est trouvé confronté, et c'est peut-être une grâce, à une autre Église. Il a découvert une Église qui pense différemment, il a trouvé une Église qui utilise d'autres images pour dire la foi.

Certains de ses écrits sont le résultat de sa rencontre avec cet Orient chrétien. Il traite de la question de l'image. Ce qui est intéressant, c'est que nous qui venons de célébrer la fête de Noël, Hilaire nous rappelle qu'à travers l'Incarnation du Christ, nous sommes renvoyés au Père, et l'image du miroir nous renvoie justement à cette idée selon laquelle le visage est reflété par le miroir. Le problème de l'image serait de nous faire penser que le Christ reflète l'image du Père comme le miroir reflète notre propre image, et pourrait donc être lue comme une image qui va bien pour les ariens, car en fait, ce que reflète le miroir, ce n'est pas la personne en elle-même. C'est un peu ce que disaient les ariens, le Christ reflète quelque chose de la divinité, mais ce n'est pas tout à fait pareil. Le Christ est en-dessous, il reste comme une image incomplète du Père. Hilaire fait sienne cette image orientale de la manière dont le Christ est le miroir du Père, et il montre bien que c'est la même nature. Oui, c'est vrai que le Christ reflète l'image du Père, mais en même temps, il partage la même nature. D'ailleurs, c'est ce que disait l'évangile que nous avons entendu, la manière dont le Père et le Fils ont la même activité salvatrice auprès des hommes.

Aussi, je crois que ce qu'on peut garder de l'image d'Hilaire, c'est que c'est un homme qui a su découvrir en Orient, autre chose. A une époque où l'on doit combattre la foi, nous avions affaire à des évêques qui étaient très durs dans leur affirmation de la foi. Ils n'étaient pas très tendres entre eux et ils n'avaient pas nécessairement une grande ouverture d'esprit. Là aussi, ce qui est très beau dans la personne d'Hilaire, c'est qu'il a refusé de plier le genoux face à l'arianisme, mais cela ne l'a jamais empêché d'accepter toujours de tendre une main vers les autres. Il y a effectivement des textes qui nous rappellent comment Hilaire voulait toujours entrer en relation avec les ariens. Un moment donné il dit que "malgré le lien de communion suspendu entre lui et les autres, il priait dans leur maison de prière". Il faut remarquer que là aussi, contrairement à d'autres évêques, Hilaire est celui qui est à la fois attentif à préserver le fondement même de la foi chrétienne, mais qui en même temps, à tout instant est capable de tendre la main dans un esprit de dialogue vis-à-vis des autres. Je ne sais pas s'il faut pour cela en faire le père de l'œcuménisme, ou du dialogue inter-religieux, mais je crois que ce qui est à noter, c'est que le combat pour la vraie foi ne l'a jamais empêché d'avoir un regard de compassion, de miséricorde et de dialogue vis-à-vis des autres.

Frères et sœurs, que ce visage d'Hilaire, un homme à la fois à l'écoute des autres Églises, un homme qui en même temps sait défendre la vraie foi mais écouter aussi les autres, que cette image d'Hilaire soit pour nous un modèle dans notre vie contemporaine, pour que nous sachions à la fois tendre la main vers les autres, être attentifs à la manière dont ils vivent leur foi, mais que nous restions toujours vigilants pour défendre la véritable foi.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public