AU FIL DES HOMELIES

Photos

SEMER DANS LA FOI : JEAN BOSCO

Pv 8, 22-31 ; Mc 4, 1-20
St Jean Bosco - (31 janvier 1999)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

En vue des semailles …

L

'histoire des saints ne manque pas d'humour et je pense que pour comprendre la dimension assez extraordinaire de saint Jean Bosco, il faut, bien entendu, voir cet apôtre de la jeunesse qui a si profondément marqué la seconde moitié du dix-neuvième siècle et une bonne partie du vingtième car son œuvre est encore durable dans beaucoup de mouvements de jeunesse, mais aussi il faut voir le côté très étonnant de la naissance de l'apostolat de saint Jean Bosco.

En effet, la ville de Turin, la capitale de la dynastie de Savoie, est en pleine effervescence. C'est le moment où l'industrialisation est poussée au maximum sous l'impulsion de souverain et de son ministre Cavour. C'est le moment où cette dynastie est la bête noire de Rome et de toute la gent cléricale italienne, car le roi de Piémont et de Savoie veut faire l'unité italienne et cela sur le dos de Rome.

Or c'est précisément dans la ville de Turin que naîtront les plus grandes figures de l'apostolat du dix-neuvième siècle. Il y a la fondation Cottolengo, il y a saint Jean Bosco et plusieurs autres prêtres qui, à ce moment-là, dans le milieu le plus anti-romain qui soit, passent par-dessus toutes les difficultés politiques, par-dessus toutes les tensions avec le Saint Siège et qui pensent que dans ces cas-là la seule manière de poursuivre véritablement l'œuvre de l'évangélisation c'est de viser d'abord les milieux les plus menacés les plus démunis, c'est-à-dire la jeunesse du milieu ouvrier de Turin qui connaît le même sort que dans toutes les grands centres industriels de l'Europe occidentale.

C'est ainsi que naîtra cet admirable apostolat de Jean Bosco qui sème à tout vent, et je trouve que la parabole du semeur est très bien choisie. Plutôt que de se préoccuper de semer du bon grain uniquement dans de la bonne terre, Jean Bosco n'a pas regardé la terre dans laquelle il semait. Sa tactique qui a porté d'admirables fruits était de semer partout, même dans ce milieu démuni qui, normalement, aurait dû se détourner de la foi chrétienne, ce qui a posé les bases d'une véritable évangélisation même dans des conditions très difficiles, là même où l'on aurait pu penser qu'il n'y avait pas d'avenir.

Si Jean Bosco a ainsi réussi, c'est bien entendu à cause de son audace, mais aussi à cause d'un sens extrêmement réaliste de la filiation divine des hommes. Un des aspects les plus profonds de sa spiritualité qui lui est venu à travers un contact permanent avec la jeunesse au milieu de laquelle il vivait, c'était de savoir à la fois que la jeunesse a, dans une société, une sorte de priorité de service. Tous les confrères salésiens (c'est le nom de la congrégation qu'il a fondée), étaient exhortés à vivre vraiment au service des jeunes, pour être parmi eux comme le Christ serviteur, avec la même patience, avec les mêmes sentiments, avec le même respect infini et délicat. Cela transparaît dans la correspondance extrêmement fournie qu'il nous a laissée. Voici un passage d'une de ses exhortations à l'un de ses confrères.

"Écartez tout ce qui pourrait faire croire qu'on agit sous le fait de la passion. Il est difficile, quand on punit, de conserver le calme nécessaire pour qu'on ne s'imagine pas que nous agissons pour montrer notre autorité ou pour décharger notre emportement. Considérons comme nos enfants ceux sur lesquels nous avons un pouvoir à exercer. Mettons-nous à leur service, comme Jésus qui est venu pour obéir non pour commander. Redoutons tout ce qui pourrait nous donner l'air de vouloir dominer, et ne les dominons que pour mieux les servir. C'est ainsi que Jésus Lui-même se comportait avec ses apôtres, en supportant leur ignorance, leur rudesse, et parfois même leur manque de foi. Il traitait les pécheurs avec gentillesse et familiarité, au point de susciter chez les uns l'étonnement, chez d'autres le scandale, et chez beaucoup l'espoir d'obtenir le pardon de Dieu. C'est pourquoi Il nous a dit d'apprendre de Lui à être doux et humble de cœur. Puisqu'ils sont les enfants qui nous sont confiés, éloignons toute colère quand nous devons corriger leurs manquements, ou du moins modérons-là pour qu'elle semble tout à fait étouffée. Pas d'agitation dans notre cœur, pas de mépris dans nos regards. Ayez de la compassion pour le présent, de l'espérance pour l'avenir. Alors vous serez de vrais pères et vous accomplirez chez les enfants un véritable amendement."

Je crois que ces grands principes de pédagogie ne sonnent pas tout à fait en harmonie avec une certaine pédagogie du vingtième siècle, mais c'est précisément le fait de la nouveauté de l'évangile qui au moment où, à certains égards, l'autorité paternelle était un petit peu caricaturale, saint Jean Bosco a proposé quelque chose de beaucoup plus profond, de beaucoup plus vrai et de beaucoup plus évangélique.

A travers la célébration de cette eucharistie, demandons-lui de veiller sur tous les enfants, sur la jeunesse d'aujourd'hui et d'apprendre aux adultes à être de véritables serviteurs de ceux qui sont plus jeunes. Qu'il leur apprenne aussi, à travers l'expérience de la vie familiale, à être véritablement des pères et des mères qui sont au service de leurs enfants.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public