AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE SI GRANDE SIMPLICITÉ

Ph 4, 4-9 ; Mc 10, 13-16
St Jean Bosco - (31 janvier 1991)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

S

aint Jean Bosco s'est occupé de jeunes et il a un esprit très jeune. Sa vie est pleine de rebon­dissements. Il est même le patron des gens du cirque car il n'avait perdu ni de son ironie ni de sa facétie ce qui lui a valu d'être celui qui propage autour de lui la joie de la sainteté.

C'est un homme du dix-neuvième siècle, en pleine évolution industrielle où régnait un rationa­lisme à tout crin. Il s'est occupé de jeunes de tous milieux surtout des pauvres et des délinquants. Il avait choisi pour ces jeunes plus ou moins éloignés de tout un patron qui avait su vivre avec son temps et dont les qualités de douceur et de joie pouvaient convertir leur cœur, saint François de Sales. On pourrait invoquer saint François de Sales à l'heure actuelle pour qu'il nous donne cette joie de vivre pour Dieu que Jean Bosco a aussi vécue profondément. C'était un saint très populaire, sans éloquence particulière. On raconte que, lorsqu'il allait prêcher à Paris, toutes les églises étaient pleines deux heures avant car, on se précipitait pour venir l'écouter. Et même Sarah Bernhardt en personne venant n'y aurait pas trouvé une place. On se demande pourquoi un tel homme pouvait attirer des foules, mais c'est tout simplement parce qu'il savait vivre sa sainteté d'une façon très simple.

Il avait beaucoup de songes, comme Jacob, de songes prémonitoires qui se sont tous réalisés. Il avait rêvé qu'il était entouré de garçons dont les uns jouaient, les autres riaient, d'autres blasphémaient. Il était prêt à donner à ces derniers des coups de poing moyen radical pour faire taire son ennemi. Alors ar­rive un homme, tout de blanc vêtu, qui lui déconseille d'user de la force et l'invite plutôt à leur parler avec douceur et délicatesse Réclamant le nom du person­nage il s'entend répondre : "Tu n'as qu'à demander à Celle que tu pries trois fois par jour et qui est ma Mère !" Vous avez compris qu'il s'agissait du Christ et de la vierge Marie. Il voit ensuite tout autour de ces deux personnages des chiens méchants qui se trans­forment en agneaux par la parole que le Christ leur adresse. Toute sa vie est parsemée de faits insolites qui tiennent parfois du miraculeux. Ainsi plusieurs fois, quand il était entouré d'ennemis ou en danger, arrivait un chien gris qui le défendait, qui refusait toute nourriture mais qui réclamait des caresses.

Tout ceci me laisse à penser que saint Jean Bosco a su vivre la sainteté d'une façon très simple. Dans un temps où l'on recherchait beaucoup la sain­teté, mais à un certain prix il a su la vivre au quoti­dien. Je m'explique. Au niveau de la foi, régnait à cette époque un des derniers avatars du jansénisme, préconisant qu'il faut faire des efforts surhumains pour atteindre à la sainteté. Sans renier absolument qu'il faille faire des efforts, Jean Bosco disait qu'il fallait tout simplement faire son devoir d'état. Cela paraît parfois compliqué alors que c'est très simple. Il suffit de faire ce que l'on a à faire selon sa condition. C'est ainsi qu'il pensait pouvoir évangéliser le monde. Mais faire son devoir d'état ne suffit pas, n'importe qui peut faire son devoir d'état qui est une norme qu'il s'agit de dépasser. C'est tout simplement par la cha­rité, en se laissant saisir par l'amour de Dieu dans le quotidien des choses que la sainteté était, pour saint Jean Bosco, le fruit d'une grande aventure, celle de Dieu et celle de l'homme.

Il y a donc pour nous une leçon à retenir. Nous avons certainement à faire des efforts, mais si nous les faisions, tout simplement, là où nous som­mes, cela faciliterait certainement le travail de Dieu. Parmi les jeunes dont il s'est occupé, saint Jean Bosco a formé un saint, Dominique Savio. Après avoir en­tendu un prêtre dire que la sainteté était à la portée de tout le monde Dominique désira être un saint. Per­sonne n'est à l'abri de la sainteté. Les enfants aussi sont appelés à la sainteté, à plus forte raison sommes-nous nous aussi appelés à la sainteté. Dominique Sa­vio, jeune garçon très épanoui, très souriant, réfléchis­sait sur la façon dont il pouvait être saint. saint Jean Bosco vint le voir et lui demandait de quoi il s'agis­sait. Il ne l'a pas contredit dans son désir de sainteté, mais il lui a dit : continue à travailler, prie comme d'habitude et surtout joue avec tes camarades quand c'est le moment. Ne te mets pas dans un coin pendant la recréation.

Bien souvent nous nous imaginons qu'au prix d'abnégations nous arriverons enfin à être saint. Or la sainteté ce n'est pas notre volonté, c'est la volonté de Dieu sur nous. Ce n'est pas nous qui désirons être saints, c'est Dieu qui désire que nous soyons saints. La sainteté est simple tout simplement parce qu'elle vient de Dieu et que c'est Dieu qui nous la demande. Ce n'est pas à nous d'imaginer notre sainteté en par­tant à Tombouctou ou ailleurs, ou en décidant de ne plus se laver pour sentir mauvais et mourir en odeur de sainteté en espérant que cela sente meilleur. Ces choses-là ne nous appartiennent pas. La sainteté n'est pas une évasion de notre quotidien, elle est une inva­sion de l'amour de Dieu dans notre vie, la transfigura­tion de tout ce que nous vivons au jour le jour. Le plus dur est souvent de faire face au quotidien, aux gens que nous voyons tous les jours.

Le Curé d'Ars disait : "Là où tu es, là est ta vocation !" Aujourd'hui, votre vocation c'est d'être des saints. Dieu veut que vous soyez des saints mais cette sainteté, elle est dans la simplicité de tout ce que vous vivez quotidiennement. Elle n'est pas dans une extra­polation de votre pensée vers des choses plus hautes. Le surnaturel s'incarne, il est dans ce que nous vivons tous les jours. C'est donc ce que nous apprend saint Jean Bosco. Il nous faut faire très attention à ne pas sortir à l'extérieur de nos murs, mais vivre à l'intérieur de notre vie, de notre communauté paroissiale, de notre famille, de notre fraternité. Il faut vivre les cho­ses au jour le jour pour que le Seigneur puisse agir sur ce que vous faites au jour le jour et non pas sur ce que vous aimeriez faire pour être saint.

Alors prions saint Jean Bosco pour qu'il ait à cœur de nous donner ce que lui-même a vécu c'est-à-dire la simplicité de relation avec tous les êtres parce qu'il avait une simplicité de relation avec ceux qui l'entouraient. C'est pour cela qu'il a pu s'occuper si brillamment et si sympathiquement des jeunes. La sainteté, c'est donc la simplicité même, seulement la simplicité, vous le savez, n'est pas chose facile.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public