AU FIL DES HOMELIES

Photos

VICTIMES DES PERSÉCUTIONS

Hb 10, 32-36; Jn 17, 11b-19
SS. Sébastien et Fabien - (20 janvier 1984)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Soligné : Martyre de Saint Sébastien

L

 

e Pape Saint Fabien gouverna l'Église au milieu du troisième siècle, pendant quatorze ans et mourut pendant la persécution de Dèce. Saint Sébastien, au commencement du quatrième siècle mourut dans la persécution de Dioclétien. Ce sont les deux plus grandes persécutions qui ont ensanglanté l'Église et c'est donc en quelque sorte tous les martyrs qui se pressent à notre mémoire, à notre cœur aujourd'hui. Saint Sébastien, soldat, fut victime de l'épuration que Dioclétien fit subir à son armée, ce qui se comprend selon les mœurs de ce temps où les soldats faisaient allégeance personnelle à l'Empereur conçu comme divinisé dès son existence terrestre, et devaient, en signe de fidélité offrir des sacrifices à cet empereur, ce qui, évidemment, était incompatible avec leur foi chrétienne. C'est pourquoi, régulièrement, l'Empire Romain a persécuté tout spécialement les soldats qui refusaient ce type d'allégeance, à la fois militaire et religieux.

En même temps, nous sommes dans la semaine de l'Unité et le texte d'évangile que nous venons de lire, précède immédiatement celui qui nous lisions il y a deux jours, cette prière de Jésus à son Père, avant de mourir, pour que nous soyons un comme le Père et Lui-même sont un. Ce texte nous manifeste plus particulièrement comment se réalise cette unité entre nous et avec le Christ. Elle se réalise par deux actes caractéristiques l'envoi en mission et le sacrifice : "Comme Toi, Père, Tu m'as envoyé dans le monde, Moi aussi je les ai envoyés dans le monde." L'unité entre le Christ et nous c'est l'unité de la même mission. Si nous sommes chrétiens, envoyés au monde, ce n'est pas pour quelqu'œuvre de propagande, même en prenant ce mot de façon positive, ce n'est pas pour accroître l'audience de l'Église, c'est parce que la mission que le Père a confiée au Christ se continue à travers nous. C'est le même geste d'envoi du Fils par le Père et de nous-mêmes par le Fils. C'est la même dynamique. C'est la même vie qui, du Père passe dans le Fils et du Fils passe en nous. Donc si nous devons témoigner auprès des hommes et auprès du monde du Christ Jésus, c'est parce que le Christ est le témoin du Père, le Révélateur du Père et que Il nous confie cette mission dans toute sa plénitude, toute sa grandeur, toute sa force. Nous ne témoignons pas de nos idées, même pas de nos convictions, nous ne témoignons même pas de notre foi, nous témoignons de la vérité de Dieu Notre foi c'est seulement ce qui nous permet d'adhérer à cette vérité de Dieu pour qu'elle puisse se révéler à travers nous, pour qu'elle puisse éclairer le monde à travers notre propre vie. Etre témoin du Christ, être envoyé par le Christ c'est continuer, en nos corps ce qui s'est réalisé, de façon inaugurale et déjà plénière en sa chair.

"Comme le Père M'a envoyé, Moi aussi, je vous envoie. Comme le Père m'a aimé, Moi aussi je vous ai aimés. Je me consacre Moi-même dans la Vérité afin que, eux aussi soient consacrés dans la vérité." Le verbe qui est ainsi traduit par le mot consacré peut se traduire également : Je me sacrifie moi-même, je m'offre en sacrifice dans la vérité, pour que, eux-mêmes soient offerts en sacrifice. Entre consacré et sacrifié, il y a une grande proximité. Dans les deux cas, il s'agit de la manifestation du sacré, c'est-à-dire de la manifestation de la présence de Dieu. Présence de Dieu qui consacre, c'est-à-dire qui sanctifie, qui met à part, qui remplit de toute sa plénitude. Présence de Dieu qui se manifeste aussi par le don total de nous-mêmes à Dieu, nous offrant, en retour, en sacrifice. Et si nous lisons cette page c'est parce que le pape saint Fabien, c'est parce que le soldat saint Sébastien, c'est parce que tous les martyrs des persécutions de Dèce et de Dioclétien, et tous les autres martyrs à travers l'histoire de l'Église, ont été consacrés par la présence de Dieu en eux, de telle sorte qu'ils ont été offerts en sacrifice. Et non pas, à cause de leur propre courage ou même à cause de leur foi, mais parce que le Christ, le premier, a été consacré par la présence en Lui de la lumière du Père et parce que, à cause de cette consécration, le Christ a été offert en sacrifice. Si les chrétiens si chacun d'entre nous, nous sommes consacrés, c'est parce que c'est la même consécration qui est celle du Fils, qui se continue en nous. Et si certains chrétiens ont été conduits à aller jusqu'au bout de cette consécration, jusqu'à être offerts en sacrifice par le martyre, c'est parce que c'est le même sacrifice que celui du Christ, c'est la même offrande que celle du Christ, comme c'est la même manifestation, dans la chair du Christ, de la vérité du Père.

C'est le centre de toute vie chrétienne. D'ailleurs, être chrétien, le mot l'indique, c'est être un autre Christ. Par le baptême, nous avons reçu l'Esprit du Christ pour devenir d'autres Christs et nous devons, toute notre vie, vivre comme des êtres consacrés par cette identification au Christ, identification qui se traduit par un témoignage qui est le même que le témoignage du Christ, parce que nous sommes envoyés par Lui comme Il a été envoyé par le Père, témoignage qui doit aller jusqu'au don total de nous-mêmes, ce qui peut se traduire par le martyre, ce qui se traduit certainement par l'offrande en sacrifice de toute notre vie.

Frères et sœurs, c'est cela la véritable source de l'unité possible des chrétiens. Il n'y aura d'unité des chrétiens que dans l'identification au Christ, l'identification au témoignage du Christ, à la manifestation du mystère de Dieu par le Christ, l'identification au Christ par la consécration de toute notre vie et dans l'offrande de notre vie en sacrifice au Père, pour que le monde croie. En cette semaine de l'Unité, prions les martyrs qu'ils nous apprennent à placer assez haut notre désir de l'Unité, à le placer dans la chair du Christ où nous sommes tous rassemblés et ou, seulement, nous pourrons trouver le lien qui nous ramènera lès uns auprès des autres dans une même vérité fraternelle parce que c'est le Christ qui est notre Frère et que nous ne pouvons être frères que si nous entrons, en plénitude, dans le mystère du Christ.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public