AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE MARTYRE, TRIOMPHE DE LA VIE

Hb 10, 32-36; Jn 17, 11b-19
SS. Sébastien et Fabien - (20 janvier 1990)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

N

ous avons lu un passage de cette extraordi­naire prière du Christ pour l'unité. Ceci parce que le pape saint Fabien a régné pendant une brève période de paix et d'accalmie qui lui a permis d'organiser et d'unifier l'Église avant de se consacrer lui-même par le martyre, avec le Christ, pour son peuple. Ce texte insiste sur la consécration du Christ en vue de la consécration de ses disciples.

"Consacre-les dans la vérité. Pour eux, je me consacre Moi-même, afin qu'ils soient eux aussi consacrés dans la vérité."

La consécration dont parle le Christ est celle du sacrifice qu'Il va offrir au Père, du sacrifice de sa vie, de son corps, de son être sur la croix. Et la consé­cration des disciples c'est le sacrifice de leur vie, en particulier par le martyre. C'est dire que l'offrande sacrificielle de la vie du Christ unit à la sienne celle de tous les martyrs et d'une façon plus générale, celle de tous les chrétiens qui vivent ou essaient de vivre leur mort comme une offrande. Cette consécration est source de l'Unité et de la sainteté de l'Église. L'Église est sainte et cette sainteté la rassemble en un seul corps à cause du sacrifice du Christ, auquel le Christ Lui-même unit le sacrifice de tous ses disciples.

C'est dire que l'orientation de toute notre vie qui s'achemine vers la mort, non pas comme vers un terme inéluctable, non pas comme vers un accident dommageable, mais qui s'oriente vers la mort comme le résumé, le rassemblement de toute notre vie, de tous les événements de notre vie, comme une sorte de gerbe offerte à Dieu de tout ce que nous aurons vécu, de toutes les joies, de toutes les épreuves, tout cela présenté, offert, donné, la présentation donc de notre propre mort unie à la mort du Christ est source de vie, non seulement pour nous mais pour l'Église, pour tous nos frères. C'est dire que la manière dont notre vie s'oriente vers le Royaume, car la mort c'est l'entrée dans le Royaume, c'est donc l'épanouissement de la vie présente en profondeur dans notre cœur, c'est la manifestation de ce qui jusque-là aura été seulement caché, souterrain, invisible obscur. Notre mort c'est-à-dire la victoire de la vie, c'est-à-dire le triomphe en nous de la vraie vie, est source rayonnante de vie triomphante pour les autres et donc pour l'Église, ras­semblement de nos frères.

C'est ainsi qu'il faut comprendre l'offrande des martyrs. Ce n'est pas d'abord un acte de courage. Ce n'est pas non plus d'abord l'acte terrible d'une per­sécution qui écrase, c'est l'affirmation du triomphe de la vie, du triomphe de la Résurrection du Christ. Car si les martyrs meurent avec le Christ, ou mieux encore si c'est le Christ qui souffre et meurt en eux, c'est que le Christ est la vie véritable, celle qui traverse la mort ou plus exactement qui, à travers la mort, prend pos­session totale de chacun d'entre nous. Si les martyrs sont un exemple, ce n'est pas d'abord un exemple de courage, car certains d'entre eux étaient très peureux et très craintifs, c'est un exemple de foi, c'est-à-dire d'adhésion à la vérité, même si celle-ci n'est pas visi­ble, par-delà les apparences. Les apparences, c'est la souffrance, c'est la mort, c'est l'échec, c'est la persé­cution, c'est l'écrasement de l'individu qui meurt et en lui de l'Église. Cela ce sont les apparences. Mais la foi, au-delà des apparences va à la vérité. La vérité c'est que la mort du martyr c'est le triomphe de la vie.

C'est pour cela que Jésus dit : "Consacre-les dans la vérité ! Je me consacre Moi-même dans la vérité !" Dans cette vérité qui est la vie véritable. "Je suis la vérité et la vie" a dit Jésus, et c'est pour cela qu'Il est aussi le chemin. Et ce chemin c'est celui qu'empruntent les martyrs. Et ce chemin c'est celui qui nous empruntons nous aussi en vivant de telle sorte que l'achèvement, l'accomplissement, la pléni­tude de notre vie, c'est-à-dire notre mort, soit une entrée plénière dans la vie du Christ. En célébrant les martyrs nous célébrons la vérité profonde de notre vie, de notre foi et, par-delà nos craintes, par-delà nos angoisses et nos inquiétudes, par-delà nos incertitudes ou nos doutes, nous adhérons à cette vérité plus grande qui nous attire à elle et qui veut nous combler.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public