AU FIL DES HOMELIES

Photos

SAINT FABIEN, PAPE

Hb 10, 32-36; Jn 17, 11b-19
SS. Sébastien et Fabien - (20 janvier 1992)
Lundi de la troisième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Michel MORIN

 

L

e 10 janvier 236, un homme encore jeune rentrait de sa bastide campagnarde vers la ville de Rome et dès qu'il eut franchi la mu­raille, il s'aperçut, avec ses compagnons, qu'une acti­vité inhabituelle régnait dans la cité. Il s'enquit de ce qui se passait et la foule, les badauds lui ont dit : c'est l'élection du nouveau pape. "Ah ! bon !" dit-il. A ce moment-là, raconte l'histoire, alors qu'il se trouvait au milieu de cette foule, une colombe vint descendre sur sa tête et le peuple de Rome, par acclamation, le choi­sit comme pape. C'est ainsi que cet homme, encore laïc, fut élu sur le siège de Pierre. Il gouvernera l'Église pendant quatorze ans, quatorze années de paix et il mourra en 250 au premier jour de la persécution de Dèce, cet empereur qui, dès son arrivée, avait pris ombrage de la très grande popularité du Pape et qui ne voulait pas avoir, dans Rome, quelqu'un d'autre au-dessus de lui.

Le pontificat de Fabien a duré quatorze ans pendant lesquels sept empereurs se sont succédé, ce qui faisait dire à la foule : "César passe, mais Fabien demeure !" le premier symbole du pontificat de saint Fabien est donc la colombe. Le second symbole, d'origine biblique aussi, c'est le chiffre sept. C'est saint Fabien qui organisa son diocèse de Rome en sept diaconies ou comme on dirait aujourd'hui en pa­roisses à la tête desquelles furent installés sept dia­cres. C'est aussi le pape Fabien qui mit en place les étapes de l'accession au sacerdoce pour les candidats. C'est lui qui établit ce qui exista jusqu'au concile de Vatican II, les portiers, les lecteurs, les exorcistes, les acolytes, les sous-diacres, les diacres et enfin les prê­tres. C'est d'ailleurs à cette occasion-là que nous sa­vons que le collège des prêtres de Rome comptait à la mort du pape Fabien quarante-six prêtres.

Il organisa l'Église sous l'auspice de ce chiffre sept ainsi que la liturgie. Puis, comme il était fidèle à ces symboles, il envoya pour la première fois des missionnaires dans le monde contemporain, égale­ment au chiffre de sept. C'est lui, nous dit l'histoire, qui envoya Trophime à Arles, Saturnin à Toulouse, Denys à Paris, Austremoine à Clermont, Gatien à Tours, Paul à Narbonne et Martial à Limoges. Il pour­rait donc avoir comme devise "urbi et orbi", le soin de la ville et le soin du monde. Et de ce laïc devenu pape, saint Cyprien fera cet éloge bref mais riche : "Ce pape fut excellent, sa mort demeure digne de sa vie."

En cette eucharistie, nous prierons cet homme simple mais très profond, cet homme d'organisation et de paix, à la fois liturge et missionnaire, pour qu'il intercède pour l'Église d'aujourd'hui, afin que notre vie et la vie de cette Église soit encore digne de son pontificat et de son martyre.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public