AU FIL DES HOMELIES

Photos

SAINTS TIMOTHÉE ET TITE

2 Tm 1, 1-9 ; Lc 22, 24-30
SS. Tite et Timothée - (26 janvier 1984)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Mont-Saint-Martin : Le Christ et des apôtres

L

a place de Tite et Timothée, dans l'histoire de l'Église, est absolument capitale pour comprendre comment s'est réalisée progressivement la structure de l'Église. En effet du temps des apôtres, nous voyons instituer, petit à petit, par saint Paul notamment, un début de structure des églises locales, établissant un collège de presbytres, le mot veut dire "Ancien" et donnera par extension le mot de prêtre. Ces presbytres forment un groupe le "presbyterium" (mot que le concile de Vatican II, à juste titre, a remis en valeur) et sont indifféremment appelés épiscopes, ce qui veut dire surveillant, d'où a dérivé le mot actuel de "évêque". Il semble qu'au début il n'y ait pas de distinction très claire entre les presbytres et les épiscopes et nous serions tentés de penser de ce fait qu'à l'origine prêtre et évêque, c'était tout un. Mais la tradition de l'Église nous a toujours dit que les évêques ne sont pas seulement les premiers parmi les prêtres d'une zone, mais qu'ils étaient les successeurs des apôtres. Nous comprenons que, dans ces temps tout à fait primitifs de l'Église, il y avait, à côté de ces presbytres et des diacres qui les secondaient, il y avait les apôtres qui, eux, étaient directement investis de la mission de construire l'Église, de diriger, de structurer et d'organiser cette Église pour sa marche vers le Royaume des cieux.

Le point délicat, c'est de comprendre comment s'est réalisé le passage des apôtres à l'évêque que nous voyons établi dès la fin du premier siècle, dans les églises d'Asie Mineure, d'Ephèse ou de Smyrne, dans ces régions que saint Paul avait évangélisé. C'est le cas d'Ignace d'Antioche à qui Paul écrit une lettre pendant sa captivité, et qui a toutes les prérogatives et la charge des évêques d'aujourd'hui. Il semble donc que saint Paul a établi, pour lui succéder, certains de ses disciples et nommément Timothée et Tite leur confiant très exactement la charge que lui-même avait d'abord accomplie.

Dans les épîtres qu'il leur adresse, saint Paul donne comme mission à Tite et à Timothée d'organiser l'Église de construire l'Église, d'en établir la structure. Saint Timothée semble avoir adopté le même style itinérant que saint Paul, du moins au début, nous voyons dans les épîtres que Tite a été envoyé par saint Paul pour structurer l'Église de Crète et que sa mission était déjà très localisée. On peut dire que Tite était à la fois le successeur de l'apôtre Paul et déjà le premier évêque de l'île de Crète. Très probablement, ainsi que la Tradition nous le montre, Timothée exerça ensuite, en Asie Mineure, un rôle analogue. D'autres traditions nous montrent d'ailleurs l'apôtre saint Jean s'installant à Ephèse dans ses vieux jours et exerçant lui aussi son autorité apostolique dans la région avoisinante, notamment dans les sept Églises auxquelles il adresse son Apocalypse.

Il y a donc eu un passage progressif de l'apôtre itinérant à un successeur d'apôtre fixé dans une Église locale. Nous comprenons qu'une synthèse s'est faite entre ces successeurs d'apôtres qu'étaient Tite et Timothée et ces épiscopes qui, au début se confondaient un peu avec les presbytres, puis ont dû être les présidents du collège des presbytres, puis, en recevant la succession apostolique, devenant pleinement les évêques tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Ceci n'est peut-être pas d'ordre spirituel ou nourrissant pour la prière, mais de l'ordre de notre amour de l'Église. Comprendre comment cette Église, vient réellement en droite ligne de Jésus-Christ par la médiation des apôtres et de ces premiers successeurs des apôtres que nous touchons du doigt, que nous connaissons par leur nom et dont nous voyons, petit à petit, le rôle se préciser et devenir celui que nous connaissons aujourd'hui pour nos évêques. En la fête des saints Timothée et Tite, que la liturgie appelle évêques, et qui sont ainsi les premiers chaînons de cette succession apostolique prions d'abord pour nos évêques, pour notre évêque, pour notre Église, notre Église d'Aix et d'Arles et toutes nos Églises locales qui, chacune autour de son évêque, sont les héritières directes de ces Église d'Ephèse, de Crète, de Smyrne, de Corinthe dont nous entendons encore l'écho vivant à travers le Nouveau Testament. Nous prierons aussi pour nous-mêmes, pour notre amour de l'Église, car que serions-nous sans l'Église ? Que serions-nous, sans cette succession ininterrompue de chrétiens, et plus particulière ment d'évêques, qui nous ont transmis la foi, qui nous ont transmis cette vie qui est le tout de notre existence ? Prions pour que cet amour de l'Église soit vivant, intense et pour que tout ce qui touche à l'Église, à son histoire comme à sa réalité présente, à sa vie actuelle comme à ce jaillissement de sa vie dans le passé, que tout cela soit cher à notre cœur, soit proche de notre esprit et soit une permanente occasion d'action de grâces, un intérêt porté avec assiduité.

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public