Imprimer

SAINT TITE ET SAINT TIMOTHÉE

2 Tm 1, 1-9 ; Lc 22, 24-30
SS. Tite et Timothée - (26 janvier 1983)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

es deux saints dont nous faisons mémoire aujourd'hui ont une place tout à fait exceptionnelle dans l'histoire de l'Église puisque c'est par eux que nous pouvons saisir de façon très précise ce passage des apôtres choisis par le Seigneur à ces successeurs des apôtres qui jusqu'à aujourd'hui sont les évêques. Timothée et Tite associés étroitement à l'apostolat de l'apôtre Paul ont été en quelque sorte ses successeurs non point qu'ils aient eu à accomplir la même charge, mais dans la mesure où Paul a confié à chacun d'eux une portion de son ministère d'une manière assez précise. En effet, Tite, après bien des missions confiées à lui par Paul a été plus particulièrement chargé de l'évangélisation et de l'organisation de l'Église en Crète, tandis que Timothée, en Asie Mineure, exerçait les mêmes fonctions, toujours sous l'autorité de Paul, puis à la mort de celui-ci à sa place. Nous avons donc là, en quelque sorte entre nos mains, cette succession apostolique par laquelle les évêques, non seulement ceux des premiers temps, mais aussi ceux qui aujourd'hui encore sont à la tête de chaque église locale, enracinent leur mission leur fonction dans le charisme des apôtres, en l'occurrence dans le charisme de Paul. Ceci s'est évidemment passé pour chacun des apôtres, mais nous avons là, le privilège grâce à l'activité épistolaire de saint Paul de pouvoir saisir sur le vif, ce passage de la fonction apostolique au sens fort, à cette succession de cette fonction, à cette extension de ce charisme apostolique, de la mission apostolique, après la mort des apôtres pour tous les temps de l'Église.

       Effectivement si nous pouvons ainsi saisir de façon plus précise ce passage, c'est parce que Timothée et Tite ont été les destinataires de lettres de Paul que nous possédons et que nous lisons comme des joyaux, très particuliers de la Bible et du Nouveau Testament. Paul a écrit deux lettres à Timothée et une à Tite, des lettres que les exégètes et la tradition appellent les épîtres pastorales, précisément parce que dans ce cas Paul ne s'adresse pas à une Église dans son ensemble comme il le fait dans ses autres épîtres, mais il écrit à une personne particulière, à ses disciples, Timothée et Tite et il leur donne précisément dans ces textes des conseils sur la manière de gouverner les Églises qu'il leur confie. C'est pourquoi ces lettres regorgent de précisions et de détails très intéressants sur toute cette vie sacramentelle de l'Église naissante. C'est ainsi que dans l'épître à Tite, Paul parle à plusieurs reprises du baptême, de ce bain de la régénération, ce bains d'une vie nouvelle, ce bains dans lequel se prépare l'avènement du Christ Jésus avec la dimension eschatologique du baptême, c'est-à-dire préparation du monde nouveau, cette aurore du Jour éternel qui se fait dans l'eau du baptême et qui fait de nous, déjà, des citoyens du ciel, des concitoyens des saints et des anges, qui nous plonge non seulement dans une eau de pénitence, mais dans une eau de régénération, dans une eau qui jaillit pour la vie éternelle, qui est une source qui ne s'éteindra plus en nous.

       De la même manière dans les lettres de Paul à Timothée Paul parle du choix que ses disciples auront à faire d'épiscopes, c'est-à-dire d'évêques et aussi de diacres. Nous voyons ainsi apparaître la première structure de l'Église naissante. Paul résume quelles doivent être les fonctions et les qualifications spécifiques de ceux que Timothée et Tite auront ainsi à appeler pour être leurs collaborateurs et ensuite leurs successeurs. C'est aussi dans cette épître pastorale que nous avons un des premiers témoignages du geste d'ordination, du geste par lequel est transmis ce pouvoir apostolique de régir l'Église et de la sanctifier puisque Paul dit à Timothée : "la grâce que tu as reçue par l'imposition de mes mains". Et ailleurs il parlera de l'imposition des mains du collège des presbytres, ce qui montre bien que Timothée a reçu cette charge, cette mission de successeur de Paul à la fois par l'imposition des mains de Paul et de l'ensemble du collège des presbytres qui déjà entouraient Paul.

       C'est aussi dans ces épîtres pastorales que nous trouvons des confidences de Paul sur sa charge pastorale, sur la manière dont il porte le poids des Églises. Dans la deuxième épître à Timothée qui est probablement, chronologiquement parlant le dernier écrit de Paul, il parle de sa mort et dans un passage extrêmement beau Paul résume sa vie disant : "J'ai mené le bon combat, j'ai gardé la foi. Le moment est venu où je vais être répandu en libation, je vais être offert en sacrifice. Garde le bon dépôt, enseigne, instruis, corrige, insiste à temps et à contre-temps" car c'est entre tes mains que se trouve maintenant ce dépôt.

       Nous avons donc dans cette relation personnelle de Paul avec Timothée et Tite des renseignements très précieux sur la naissance de l'Église et sur la vie personnelle et spirituelle de saint Paul. Il est bon de nous retremper dans ces sources de notre foi qui sont aussi les sources de la vie de notre Église et je ne saurais trop vous recommander d'essayer aujourd'hui ou dans les jours qui viennent, de relire ces lettres de Paul à Timothée et à Tite qui sont très brèves et qui ne vous demanderont pas beaucoup de temps. Ces lettres sont un joyau du Nouveau Testament puisqu'il s'agit du testament de Paul et Paul n'est-il pas celui qui a répandu jusqu'aux extrémités du monde connu l'évangile ? Le testament de Paul c'est bien le testament de l'âge apostolique, c'est un petit peu la conclusion de cette période naissante de l'Église, puis, à travers Tite et Timothée c'est l'envoi en mission pour cette navigation de l'Église à travers les siècles qui la conduit jusqu'à nous. Nous sommes donc concernés d'une façon très personnelle puisque c'est le moment précis où va prendre son essor cette Église sortie des mains du Christ, des mais de ses apôtres particulièrement de Paul et de ceux qui furent les premiers à recueillir cet héritage comme Tite et Timothée, pour le faire fructifier et parvenir jusqu à nous.

       AMEN