AU FIL DES HOMELIES

RAVIVER LE DON DU CHRIST

2 Tm 1, 1-9 ; Lc 22, 24-30
SS. Tite et Timothée - (26 janvier 1991)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

N

on seulement Tite et Timothée occupent une place capitale et décisive dans l'histoire de l'Église, mais encore ils ont été les destinataires de trois lettres de saint Paul qu'on appelle à juste titre les épîtres pastorales.

Saint Paul donne à ses collaborateurs un certain nombre de conseils d'une grande profondeur sur la mission qu'il leur confie, mission qu'il a lui-même reçue de Dieu et qui, à travers eux, va se répandre dans l'histoire de l'Église et qui est le pastorat du peuple de Dieu. Vous avez entendu comment Paul invitait Timothée à raviver le don spirituel déposé en lui par l'imposition des mains de Paul. C'est une allusion à ce geste de l'imposition des mains qui, aujourd'hui encore, est celui de l'ordination diaconale, sacerdotale ou épiscopale. Geste à travers lequel Dieu dépose un don spirituel en celui qui est ainsi ordonné, don spirituel dont il doit vivre tout au long de cette mission qu'il a à accomplir.

       Saint Paul détaille les aspects principaux de ce don spirituel qui doit s'épanouir en Tite et Timothée et en tous les ministres de l'Église. Il dit d'abord que Timothée et Tite doivent se fortifier dans la grâce du Christ. C'est une proposition générale analogue à celle de "raviver le don du Christ". Vivre dans la grâce du Christ car on ne peut être pasteur du peuple de Dieu que si l'on vit dans une union intime, profonde avec Dieu. Mais comment va se traduire, de façon concrète, cette mission du pasteur ? C'est d'abord une mission d'enseignement. "Ce que tu as appris de moi, sur l'attestation de nombreux témoins confie-le à des hommes sûrs, capables à leur tour d'en instruire d'autres." Cette mission, Tite et Timothée l'ont reçue des apôtres et ils doivent à leur tour la communiquer à ceux qui prolongeront leur service, les évêques. Un peu plus loin saint Paul insiste en disant : "Un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine, mais au gré de leurs passions, ils se donneront des maîtres et se détourneront de la vérité pour se tourner vers des fables. Pour toi, proclame la Parole, insiste à temps et à contretemps, réfute, exhorte, menace avec une patience inlassable et le souci d'instruire !" Voilà la première fonction du pasteur : proclamer la Parole et la proclamer sans tenir compte des opportunités. "A temps et à contretemps", c'est-à-dire ne pas édulcorer la Parole de Dieu pour qu'elle s'adapte à la mentalité des uns et des autres, pour qu'elle satisfasse les désirs ou les passions des hommes qui l'entendent. Cette parole est une parole tranchante "elle pénètre jusqu'au cœur de l'homme, elle révèle les secrets des cœurs." Il faut donc l'affirmer avec force, avec une patience inlassable mais aussi le souci d'instruire. Il ne servirait à rien que cette Parole heurte sans toucher. Il faut qu'elle parvienne au plus profond du cœur.

       Si l'apôtre est ainsi chargé d'enseigner, il doit aussi participer à la fonction de sanctification du Christ. Il ne s'agit pas seulement de transmettre une doctrine, il faut transmettre ce sacrifice de la croix par lequel le Christ a sauvé les hommes. C'est pourquoi, nécessairement, l'apôtre participera à cette souffrance et à ce sacrifice du Christ. "Prends ta part de souffrance en bon soldat du Christ Jésus" dit encore Paul à Timothée. "Souviens-toi de Jésus-Christ ressuscité d'entre les morts pour qui je souffre" dit Paul "et pour qui tu souffriras toi aussi, car si nous mourons avec Lui, avec Lui nous vivrons, si nous souffrons avec Lui, avec Lui nous régnerons !" C'est ceci une des caractéristiques les plus profondes, les plus intimes du rôle du pasteur. C'est d'être tellement uni à l'unique Pasteur, au Christ, qu'il prend sa part de cette croix du Christ, qu'Il vit en lui ce mystère de la Pâque du Christ, afin que, la grâce de Dieu puisse, en vérité, parvenir à tous les hommes.

       Et Paul ajoute que Timothée doit aussi se savoir objet de la miséricorde de Dieu car "Dieu a fait miséricorde à tous les hommes" et à tous les hommes qui sont pécheurs "dont je suis le premier" dit Paul. Les apôtres ne sont pas au-dessus du peuple de Dieu, ils sont pécheurs comme les autres et c'est comme des pauvres qu'ils doivent venir au secours de leurs frères pauvres. Il faut donc qu'ils expérimentent en eux-mêmes cette miséricorde. "Elle est sûre cette parole" dit Paul, et ce refrain revient souvent dans les épîtres pastorales, "le Christ est venu pour sauver les pécheurs dont je suis, moi, le premier. Et s'il m'a été fait miséricorde, c'est pour qu'en moi, le premier, soit manifestées la miséricorde et la patience du Christ, faisant de moi un exemple pour ceux qui doivent croire en Lui en vue de la vie éternelle."

       Voici quelques traits du pasteur tel que Paul le trace : un homme qui transmet la Parole de Dieu et qui la transmet sans faiblir, sans concession, un homme qui vit dans sa propre chair la passion salvatrice du Christ, un homme qui sait qu'il est pauvre comme ses frères et qu'il a besoin de la miséricorde et qui doit être un exemple de cette miséricorde de Dieu qui vient triompher du mal en nous et autour de nous.

      AMEN

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public