Imprimer

LES PREMIERS ÉVÊQUES

2 Tm 1, 1-9 ; Lc 22, 24-30
SS. Tite et Timothée - (26 janvier 2004)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Semeurs de la Parole

F

 

rères et sœurs, dans les Actes des apôtres et aussi dans les diverses lettres de saint Paul, nous trouvons le nom de beaucoup de disciples qui ont été les collaborateurs proches de saint Paul à travers sa mission d'évangélisation. Parmi les plus connus, il y a le couple de Priscille et d'Aquila qui revient à plusieurs reprises dans ses textes. Mais saint Timothée et saint Tite ont une place tout à fait spéciale parmi ces disciples de saint Paul, puisque trois lettres de saint Paul dans le Nouveau Testament, leur ont été adressées, ce qui nous permet de les connaître davantage.

L'importance toute particulière pour nous des saints Timothée et Tite, c'est leur situation de disci­ples de saint Paul et d'une certaine manière, pour­rions-nous dire, à travers les lettres qu'il leur adresse, de ses successeurs. On dit en effet couramment, et cela fait partie de notre foi et de la structure de l'Église, on dit donc que les évêques sont les succes­seurs des Apôtres. Certes saint Clément de Rome, troisième successeur de saint Pierre dans la lettre qu'il adresse à l'Église de Corinthe, à la fin du premier sicilien, vers les années 90, saint Clément de Rome nous dit expressément que les apôtres de Jésus-Christ ont transmis quelque chose de leur mission à des hommes qu'ils ont choisi comme évêques, diacres, afin que se perpétue tout au long de l'histoire, cette mission qui leur avait été confiée à eux, les Apôtres.

Pourtant, nous n'avons pas de moment précis où nous puissions discerner, historiquement parlant, une succession entre les Apôtres et ceux qui devien­dront les évêques de l'Église et qui jusqu'à nos jours, transmettront cette charge et ce charisme apostolique Pourtant, dans le cas bien précis de Timothée et de Tite, nous sommes très proches de saisir ce passage. En effet, il apparaît clairement que Paul transmet en quelque sorte, une partie de sa charge à ses disciples à qui il écrit de longues lettres, qu'on appelle lees épî­tres pastorales, puisque précisément, elles soulignent la charge de gouvernement de l'Église, il transmet donc quelque chose de sa charge à Timothée et à Tite. Nous voyons comment le charisme de Saint Paul se prolonge dans l'action qu'il confie ainsi à ces deux hommes choisis parmi ses disciples. En même temps que successeurs, héritiers de l'apôtre Paul, il nous apparaît que Timothée et Tite ont déjà quelque chose de ce que seront plus tard les évêques qui sont successeurs des apôtres, mais pas itinérants, comme l'était Saint Paul, allant d'Église en Église pour les fonder, mais comme résidents dans une Église particulière. La lettre à Tite est assez explicite à ce sujet, puisque nous le voyons particulièrement chargé de l'Église de Crète. Pour Timothée, les choses sont moins évidentes, mais il semble bien que ce soit l'Église d'Éphèse qu'il ait reçu en particulier à la charge d'évangéliser et d'organiser, à la suite de Saint Paul qui y avait fait un long séjour.

Par conséquent, il nous semble que nous avons là, dans les personnes de Timothée et de Tite, à la fois, des héritiers du charisme apostolique de Saint Paul, et en même temps, déjà des évêques, c'est-à-dire des gens qui sont chargés au nom de Dieu, d'être à la tête d'une Église particulière, une Église locale, cette Église locale étant mystérieusement, mais d'une façon réelle, l'incarnation de l'Église universelle, dans un point précis, comme ensuite à travers toute l'histoire de l'Église, les évêques seront dans un lieu particulier, ceux qui reçoivent la mission apostolique et qui donc permettent à cette Église particulière locale, que ce soit celle d'Aix, de Marseille ou d'ailleurs, d'être réellement la présence de l'Église universelle, du mystère de l'Épouse du Christ que nous célébrons pendant ce temps de l'Épiphanie. Ainsi donc, nous saisissons là, peut-être ce qu'a été le passage de la première mission apostolique, cette mission confiée aux douze, puis à quelques autres dont Saint Paul est le plus éminent, cette mission qui a été celle de fonder l'Église et de la fonder à travers tout l'univers de l'époque, c'est-à-dire l'univers méditerranéen, celui qui était particulière­ment connu et vivant aux alentours de la vie du Christ, donc un passage entre cette mission apostoli­que d'évangélisation, selon toutes les dimensions de ce monde connu de l'époque, un passage ensuite avec le monde des Églises locales, qui toutes ensembles, vont constituer l'Église universelle et dans lesquelles va perdurer ainsi cette mission apostolique.

Que saint Timothée et saint Tite, qui sont peut-être les premiers évêques que nous puissions saisir dans l'histoire même si ce titre ne leur est nulle part donné, à travers donc saint Timothée et saint Tite, nous pouvons rendre grâces à Dieu de ce don qui nous est fait de la mission apostolique à travers les évêques, notre évêque, les évêques de toutes les villes qui constituent l'univers chrétien, et les évêques qui sont héritiers à travers des hommes comme Timothée et Tite, de la mission apostolique dans toute sa pléni­tude, jusqu'aux extrémités du monde, et jusqu'aux extrémités de l'histoire.

Que Dieu donc, soit béni pour ce don qu'Il nous a fait à travers ses apôtres et leurs successeurs, de cette mission d'évangélisation, d'annonce du Royaume, et en même temps, de conduire tout le peu­ple chrétien jusqu'à ce Royaume.

 

AMEN