AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA GRANDE LITURGIE DU MARTYRE

Ap 7, 9-17 ; Mt 10, 34-39
Ste Agnès - (21 janvier 1989)
Mercredi de la troisième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Trooz : Martyre de sainte Agnès

A

ujourd’hui nous célébrons une martyre très honorée dans l’Église de Rome. Le martyre est une réalité si riche et si profonde que la liturgie a essayé d’en saisir toutes les significations, non seulement en ce qui concerne la mort même de ces martyrs, mais aussi en ce qui nous concerne. Hier, à propos de saint Sébastien, un texte évoquait la sanctification et la consécration de celui qui reçoit la grâce du martyre, consécration au Père, comme le Christ lui-même a été consacré au Père dans le mystère de sa mort et de sa Résurrection. En ce jour, nous avons lu un passage de l’Apocalypse qui est un texte liturgique C’est une scène grandiose, presque à la Cécil B. de Mille, non avec des cris, des tonnerres et des trompettes, mais un trône sur lequel siège Dieu. Et autour du trône, vingt-quatre vieillards devant sept esprits et un livre ouvert. Dieu est le maître de l’histoire. Celui qui en a l’initiative et celui qui en est la fin, et il conduit l’histoire à travers trois réalités. Les vieillards : comme il y avait vingt-quatre classes de prêtres pour assurer le service du Temple dans le culte ancien. C’est le pouvoir sacerdotal de gouverner. Il y a les sept esprits : l’Esprit, c’est ce qui donne le souffle de vie, c’est le pouvoir de sanctifier. Et il y a aussi le Livre qui contient les destinées de chacun, la vérité sur chacun : c’est l’enseignement. Autour du trône, il y a ainsi les triples fonctions du sacerdoce, pour enseigner le peuple, pour le sanctifier et le conduire à Dieu.

       Devant le trône, il y a la mer. Et l'on ne rentre dans la liturgie céleste qu’après avoir franchi cette mer de cristal. Et précisément dans le passage que nous venons de lire, il y a une grande armée de 144.000 élus, vêtus de robes blanches, qui viennent d’entrer dans la liturgie céleste. Le vieillard pose la question : "Qui sont-ils et d’où viennent-ils comme s’il ne savait pas d’où ils venaient ? En réalité, s’ils participent à la liturgie céleste, ce n’est pas spontané, c’est une grâce. Alors que les vieillards, les sept esprits, et le Livre ouvert sont là depuis toujours, dans la liturgie céleste ceux qui viennent, arrivent non pas spontanément ou naturellement, mais, ils sont là comme un élément supplémentaire. Cela veut dire que ces gens-là ont vécu la nouvelle Pâque. Ils ont quitté la terre, ils sont passés par la grande épreuve, la mort pour Dieu. Et quand ils ont franchi la mer de cristal, ils arrivent devant Dieu, pour participer à la liturgie céleste : c’est le sens même de notre existence. 

       Chacun d’entre nous est invité à faire comme ces gens, "vêtus de robes blanches, tenant des palmes à la main", à entrer dans la liturgie céleste, mais pour cela, il faut entrer dans la nouvelle Pâque. Et l’Apocalypse nous décrit cette Pâque comme celle de ceux qui "ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau", c’est-à-dire, ceux qui ont vécu le passage de ce monde, traversé la grande épreuve et la mer de cristal, pour arriver devant le trône et pouvoir enfin vivre la véritable existence de célébration et de louange liturgique adressées à "Celui qui siège sur le trône et à l’Agneau". Vous voyez, ici, le martyre présente les gens qui ont traversé la grande épreuve des deux premières persécutions chrétiennes, alors que le martyre se déroulait comme une scène d’horreurs et de carnages dans l’arène des amphithéâtres ou des cirques romains, on perçoit que c’était une liturgie de louange pour Dieu, et que c’était le début de la liturgie céleste. 

       L’image de Jean, dans l’Apocalypse est extrêmement audacieuse, car elle montre comment dans les conditions les plus sordides, le massacre d’un certain nombre de fidèles, c’était en réalité l’entrée de ces gens-là dans la véritable existence de célébration liturgique du Dieu vivant, devant le trône, par l’Agneau, avec les vieillards, les sept esprits, en attendant que le Livre s’ouvre. C’est comme cela que les chrétiens ont compris le martyre. C’est ainsi qu’ils ont compris le martyre d’Agnès. Du point de vue historique, il s’agit d’une jeune fille, qui au tout début du quatrième siècle, plutôt que de renier le Christ, a voulu rester consacrée à Lui dans sa virginité, et a subi l’atrocité du martyre. En réalité, à travers tout cela, les chrétiens qui ont été les témoins de ce combat et de la grande épreuve d’Agnès, y ont lu la manifestation de son existence et du don de sa vie comme une liturgie, comme service du Dieu vivant. Non seulement une liturgie de la terre, mais une entrée déjà dans le mystère de la liturgie céleste. Notre existence est pascale, elle est passage de ce monde au Père. Mais de même que ici-bas, nous commençons à inaugurer cette existence pour le Christ et dans le Christ, à travers les signes liturgiques que sont les sacrements, l’eucharistie, le liturgie de l’amour fraternel, de même la mort nous conduit à la plénitude de la célébration du mystère de Dieu, c’est la liturgie céleste. 

       Aujourd’hui, en célébrant le martyre de sainte Agnès, demandons que par son intercession, nous ayons le sens de la vérité de notre existence comme célébration du Dieu vivant, que ce soit par notre vie, que ce soit par les gestes les plus humbles, que ce soit surtout lorsque nous sommes rassemblés pour prier, lorsque nous célébrons l’eucharistie. Et surtout, que nous redécouvrions cette existence de chacun d’entre nous, dans le service de Dieu, dès ici-bas, comme la base et le fondement qui, petit à petit, nous appelle à entrer dans la véritable liturgie céleste de la louange de Dieu, avec les vieillards de l’Apocalypse, dans la puissance de l’Esprit où tous, par le Christ, l’Agneau véritable, avec Agnès et les autres martyrs, nous célébrerons la puissance du Dieu victorieux de la mer et de toutes les épreuves de la mort.

 

      AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public