AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE BAPTÊME DU SANG

Ap 7, 9-17 ; Mt 10, 34-39
Ste Agnès - (21 janvier 1992)
Mardi de la troisième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

D

ans l'évangile, le Seigneur nous demande d'être, en fait, dignes de Lui. Celui qui ne prend pas sa croix, n'est pas digne de Moi !" Cette dignité ne vient pas de nous-mêmes, mais elle nous est donnée par le Seigneur. C'est ce que nous pouvons contempler et voir dans la mort des martyrs.

Nous célébrons aujourd'hui Agnès, une jeune romaine, dont le nom veut dire pureté, chaste et a été assimilé aussi par rapprochement avec le terme latin d'agneau. Cela signifie que pour Agnès qui avait voulu être tout entière au Seigneur, elle n'a reçu de toute sa vie qu'une seule chose, la force et la dignité d'être tout à son Seigneur. Elle meurt dans la persécu­tion de Dioclétien, vers 305. Et saint Ambroise s'est plu à évoquer Agnès, si faible, mais qui révèle dans sa faiblesse la force du Seigneur, qui ne cherche pas à plaire aux hommes mais uniquement au Seigneur. Il dit : "Combien de promesses pour lui faire accepter de l'épouser ? Mais elle répond : "C'est faire injure à mon époux d'attendre Celui qui doit me plaire, Celui qui, le premier, m'a choisie. C'est Lui qui me recevra. Pourquoi traînes-tu, exécuteur ? Qu'il périsse le corps qui peut être aimé pour avoir charmé les yeux de ceux que je refuse. "Elle se leva, pria et tendit le cou. Vous avez donc, en une seule victime, un double martyre, celui de la pureté et celui de la foi."

Cela nous rappelle que, dans l'Apocalypse, nous voyons une chose assez extraordinaire. C'est que les saints, ceux qui sont auprès de Dieu, les martyrs, "lavent leur robe dans le sang de l'Agneau." C'est une drôle de façon de faire la lessive car, en principe, le sang ne rend pas blanc. Mais ici, il nous est rappelé que dans notre propre baptême nous vivons ces deux dimensions. A la fois la pureté puisque comme le dit saint Paul : "Nous revêtons le Christ et le baptême nous lave de notre péché" et nous témoignons de la foi pour le Christ, donc il nous faut être prêts aussi à verser notre sang.

Ceci est pour nous l'occasion de comprendre que tout ce qui peut se passer dans le monde peut peut-être nous séduire, tout ce qui peut nous parler de l'amour peut nous rendre forts et nous transformer, mais qu'en même temps il n'y a qu'une seule chose qui compte, c'est cet amour du Seigneur qui, seul, peut nous rendre forts dans notre faiblesse qui seul peut nous transformer, que ce qui compte, ce n'est pas l'extérieur de notre personne mais c'est l'intérieur, c'est l'intérieur qui n'appartient qu'à Dieu puisque nous l'avons revêtu, puisqu'Il est en nous, cet intérieur qui peut nous faire dire des choses qu'on ne sait plus dire, témoigner de ce que l'on ne sait plus annoncer, et ainsi prouver que Dieu est là et témoigner dans la foi que Dieu agit dans ce monde, qu'Il agit pour sauver le monde, pour le mener à sa perfection, pour le mener au repos auprès de Lui pour "essuyer toute larme de nos yeux."

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public