AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE MARTYR IDENTIFIÉ AU CHRIST QUI DONNE SA VIE

Ap 7, 9-17 ; Mt 10, 34-39
Ste Agnès - (21 janvier 2005)
Vendredi de la troisième semaine de l'Épiphanie
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, les textes de la liturgie d'aujourd'hui nous invitent à réfléchir sur le martyre. Le passage de l'évangile nous présente le martyre comme une division qui va rompre l'unité de l'humanité, y compris à l'intérieur de la famille. Nous avons l'habitude de considérer la division comme une œuvre de Satan, il est le diviseur. Ici Jésus a l'air de dire : "Je suis venu apporter non pas la paix mais le glaive, non pas l'unité mais la division". A vrai dire, ce que Jésus veut ce n'est pas nous diviser les uns des autres, Jésus nous propose une exigence de fidélité à sa personne, à sa Parole à la foi que nous mettons en Lui, qui est au-dessus de tout: "Qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi". Il y a un amour du Christ qui n'a de sens que s'il est au-dessus de toutes choses. C'est aimer le Christ que d'accepter éventuellement d'être non pas cause de division, mais victime de division. Car, contre cet amour du Christ, contre cette parole du Christ, le diviseur, Satan, soulève les hommes et les sépare les uns des autres. Etre fidèle au Christ, garder l'unité avec le Christ va quelquefois conduire à être victime du diviseur, à être victime de la division même la plus douloureuse pour notre cœur, la division d'avec ceux qui sont les plus proches. Nous ne pouvons pas mettre le Christ comme un amour parmi d'autres. Nous ne pouvons pas le comparer ou donner une part au Christ. L'amour du Christ exige tout de notre cœur. Ce que les martyrs ont compris, c'est que rien ne pouvait être mis au-dessus de cette fidélité, de cet attachement à la personne du Christ au point qu'ils ont accepté d'être livrés quelquefois par leurs plus proches, par ceux qu'ils aimaient davantage, et d'être livrés jusqu'à perdre leur propre vie. "Celui qui donne sa vie, qui perd sa vie à cause de moi, la trouve", dit le Christ.

Le texte de l'Apocalypse nous montre la foule immense des martyrs. Il est dit qu'ils "ont lavé leur robe dans le sang de l'Agneau". C'est dire qu'ils ont accepté de participer à la vie du Christ jusqu'à sa croix, jusqu'à l'effusion de son sang, jusqu'à mêler leur sang au sang du Christ. Ils ont accepté de donner leur vie, de perdre leur vie comme le Christ a livré sa vie aux mains des hommes, mais par amour pour les hommes, pour le salut des hommes. C'est pourquoi l'attitude des martyrs ne se comprend que comme une identification à la passion du Christ. Ce n'est pas une action d'éclat particulièrement héroïque, que nous vénérons dans les martyrs, ce que nous vénérons dans les martyrs, c'est la présence du Christ au cœur de leur vie, au cœur de leur cœur, la présence du Christ qui envahit toute leur vie au point qu'ils donnent leur vie comme le Christ a donné la sienne. Le Christ a accepté d'être divisé d'avec sa propre vie, par l'œuvre du démon, par l'œuvre du mal et du péché, et il a accepté ce sacrifice, cette immolation, il a accepté cette perte de lui-même pour le salut du monde, pour que l'amour soit plus fort que la haine, plus fort que la division.

C'est pourquoi on nous dit des martyrs que "l'Agneau sera leur pasteur". Il sera celui qui les guide te les conduit, parce que les martyrs ont identifié leur vie à celle du Christ et ils font donc partie de son héritage, de son troupeau, de son pâturage. Que fera la Christ ? Il les conduira "aux sources des eaux de la vie". Il les conduira jusqu'à ce jaillissement de vie qui est plus fort que la mort, qui naît du cœur de Dieu, du cœur transpercé du Christ sur la croix. La dernière promesse qui nous est faite dans ce texte de l'Apocalypse : "Dieu essuiera toute larme de leurs yeux". Quelles qu'aient été leurs souffrances, quelles qu'aient été leurs épreuves, Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. Plus encore, quelles qu'aient été les divisions qu'ils ont supporté contre leur gré, quelles qu'aient été la rupture quelquefois si douloureuse entre eux et leurs frères, Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. Dieu viendra réconcilier d'une manière inimaginable ce que Satan avait voulu diviser, parce qu'ils ont donné leur vie avec le Christ, ils sont avec lui, semences de salut, de réconciliation, semences d'unité au-delà de toutes les haines et de toutes les divisions.

Que le Seigneur Jésus donne à son Église, à tous les membres de son Église de participer ainsi à son don fondamental, le don qu'Il a fait de tout lui-même, pour que nous soyons réconciliés en Lui.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public