AU FIL DES HOMELIES

Photos

COMMANDEMENT DE L'AMOUR ET INCARNATION 

1 Jn 3, 1-10; Jn 1, 29-34
Ste Geneviève - (3 janvier 2007)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Coupiac : Saint Jean

F

 

rères et sœurs, vous l'avez remarqué, pendant le temps de Noël, nous lisons comme première lecture, la première épître de saint Jean. Evidemment, cela peut paraître un peu étonnant, parce que ce texte n'est pas nécessairement axé sur le problème de l'Incarnation, bien que son prologue soit comme le Prologue de l'évangile de Jean, une annonce du mystère du Verbe incarné, "ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux,ce que nous avons contemplé du Verbe de vie, la vie s'est manifestée, nous vous l'annonçons". Cette première épître de Jean commence un peu comme le quatrième évangile, c'est-à-dire par une annonce du mystère de l'Incarnation.

Ensuite on peut dire que la préoccupation de présenter le mystère de Jésus n'est pas véritablement présente, et pourtant, on lit à juste titre cette épître au moment de Noël pour une raison assez simple qui nous est suggérée par une des phrases que nous avons entendue tout à l'heure : "Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché parce que la semence de Dieu demeure en lui, il ne peut pécher étant né de Dieu". En effet, je crois que la première épître de saint Jean est précieuse pour la raison suivante : comme tout le message du Nouveau Testament dans son ensemble, Jean fait porter les admonestations, les conseils, et les encouragements qu'il donne à la communauté à laquelle il s'adresse, peut-être Ephèse, il les fait porter sur la nécessité de l'amour mutuel. C'est le moment où les communautés se constituent, où surtout pour les païens, cette notion de la communion dans l'amour mutuel n'est pas absolument évidente. Donc, il est très important que l'apôtre puisse dire aux membres de la communauté que ce qui fonde la stabilité et la solidité de la communauté, c'est essentiellement la réalité de l'amour mutuel. Il reste encore à le situer, car situer l'amour des uns pour les autres, cela peut être comme dans la cité antique, par exemple ce que les philosophes ont dit, l'amour du bien commun, de la cité comme telle. A ce moment-là cela suppose toute une organisation de bienfaisance qui permet à la cité de s'organiser, de vivre, de résister aux ennemis.

Ce n'est pas tout à fait de cet amour-là qu'il s'agit, même si c'est déjà un réel lien d'amour mutuel entre les citoyens. Ce n'est pas non plus exactement l'amour dont il est question dans la Loi. C'est vrai qu'aussi bien Jésus que les différents écrivains du Nouveau Testament rappellent sans cesse l'exigence de l'amour du prochain tel qu'il est consigné dans la Loi, mais cet amour du prochain est donné comme un commandement. Dans l'épître, à plusieurs reprises, le commandement est présenté par Jean comme un commandement "nouveau". Il le signale déjà dans l'évangile au moment où le Christ fait le sermon après la Cène : "Je vous donne un commandement nouveau, aimez-vous les uns les autres", c'est-à-dire qu'il insiste sur la nouveauté. Et là, Jean nous explique ce qu'est la nouveauté. En effet, dans l'Ancien Testament, je ne crois pas qu'il y ait une quelconque mention du commandement de l'amour des frères lié à un mystère de naissance. Jamais la justification de l'amour mutuel dans l'Ancienne Alliance n'est reliée à une naissance. Il faut aimer le prochain parce que c'est la Torah, c'est le commandement qui a été donné et c'est tout, c'est la justification ultime. Tandis qu'ici, Jean joue sans arrêt sur la correspondance entre la nécessité de l'amour mutuel et de ne pas pécher, et d'autre part, la naissance du Christ. Ce que Jean veut dire, c'est que désormais la justification du dynamisme qui est au cœur de la communauté chrétienne n'est pas simplement un commandement donné d'en-haut, ce n'est pas non plus une nécessité de survie tel qu'était l'amour mutuel ces citoyens dans la cité antique, mais c'est le fait que les membres de l'Église sont nés de Dieu. L'amour mutuel des membres de l'Église provient de leur naissance de Dieu, la semence de Dieu est en eux. Le dynamisme même de l'amour mutuel c'est le dynamisme de la semence de Dieu dans le cœur des croyants.

C'est une justification tout à fait originale. L'existence même de la charité n'est plus simplement la satisfaction des exigences d'un commandement, mais elle est véritablement le dynamisme de la présence vivante, du Dieu vivant qui engendre. C'est pour cela que Jean utilise des formules qui peuvent nous paraître un peu quiétistes à la Fénelon : celui qui est né de Dieu ne peut pas pécher. Évidemment, à partir du moment où je suis sous le dynamisme de cette puissance de vie qui m'a été donnée par Dieu au baptême, effectivement, quand je suis sous ce dynamisme de vie, je ne peux pas pécher, je reste dans l'amour. C'est un peu tout le leitmotiv qui est dans l'épître de saint Jean. Dans la mesure où je me laisse engendrer par Dieu, je laisse s'épanouir cette force vitale de Dieu dans l'amour mutuel, dans la communion de l'Église et la charité fraternelle.

Vous comprenez alors pourquoi on le lit après la fête de Noël, puisque la fête de Noël est la naissance du Verbe dans le monde, l'épître de saint Jean est le prolongement de la naissance du Verbe dans le monde. Il nous dit que le Verbe ne cesse de naître et vous comprenez pourquoi le début a la même consonance que le Prologue de son évangile. Tout est basé sur le fait que Dieu est né dans le monde et qu'il ne cesse de naître dans le cœur de chacun des croyants par la vie sacramentelle commencée par le baptême.

Frères et soeurs, si vous en avez un peu le loisir et le temps, relisez dans cette optique-là cette première épître de saint Jean que nous lisons par petites séquences à l'eucharistie, vous verrez, c'est assez frappant d'y constater l'engendrement de l'amour par la présence du Verbe incarné dans le cœur des croyants, c'est le dynamisme même de la charité dans la vie de l'Église, dans la vie de notre communauté chrétienne, dans la vie de chaque croyant.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public