AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE DÉPENDANCE FÉCONDE

Nb 6, 22-27 ; Ga 4,4-7; Lc 2, 15-21
Ste Marie, Mère de Dieu - (1er janvier 2007)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

J

e dois vous faire une confidence. A chaque premier janvier, quand nous célébrons la solennité de la vierge Marie Mère de Dieu, je pense à une rencontre qui a eu lieu il y a quelques années, quand j'étais aumônier des étudiants. J'avais invité un professeur de confession juive à venir rencontrer les étudiants au 51 pour parler du judaïsme et bien sûr, nous avions parlé de la circoncision. Ce professeur, je m'en souviens avait expliqué les origines de la circoncision, comment il y avait à la fois des origines liées à l'hygiène, qu'il n'y avait pas qu'Israël qui était circoncis à cette époque, d'autres peuples l'étaient aussi, que ces peuples ont cessé cette pratique, que la circoncision est devenue la marque même d'Israël au milieu des nations, qu'il y a eu le problème avec les grecs etc … et les étudiants, même si certains avaient une certaine culture historique et religieuse, en fin de compte, voulaient savoir ce que signifiait la circoncision et à quoi elle renvoie. Ce brave Jean-Marc Chouraqui que beaucoup dans cette assemblée connaissent, a dit : en fait, la circoncision, au moment où on passe à l'acte, où on ne pense à rien d'autre, on pense à Dieu. Dieu, au cœur même de l'acte sexuel est là, présent, visible.

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? parce que cette fête que nous célébrons aujourd'hui, c'est effectivement la fête de la maternité de la vierge Marie qui enfante le Fils de Dieu et c'est aussi la fête de la circoncision de Jésus, de Dieu incarné. Je crois que ces deux fêtes rajoutées à la fête civile du passage à la nouvelle année civile, pour moi, ces trois choses pourraient se résumer comme suit.

La circoncision, c'est une blessure dans la chair de l'homme qui rappelle à l'homme d'où il vient: je ne suis pas ma propre origine, je viens de quelqu'un, du créateur qui m'a donné la vie. La circoncision est le signe par excellence de cette dépendance de l'homme vis-à-vis de Dieu, sachant que cette dépendance a été refusée par l'homme. Elle est là, comme marque charnelle dans la chair de l'homme, à tel point d'ailleurs que la circoncision s'accompagne par le prélèvement d'une petite goutte de sang. Le sang qui nous renvoie à ce passage de Noé : tu peux manger de la chair des animaux, mais le sang c'est l'âme, et elle appartient à Dieu parce que c'est l'âme. Comme si par cet acte dans la chair, Dieu rappelait à l'homme son appartenance à Dieu, et qu'au cœur même de la procréation (nous procréons, nous ne créons pas), n'oublie pas que tu n'es pas le créateur mais que je suis là avec toi, même dans cet acte le plus intime dans lequel tu pourrais m'oublier. C'est ce que voulait dire Jean-Marc Chouraqui.

La circoncision comme marque de dépendance vis-à-vis de Dieu, et la maternité de la Vierge qui renvoie aussi à la maternité des femmes, qui ouvre à la fécondité. Autant la circoncision rappelle notre origine, nous venons de Dieu, autant la fécondité de la vierge Marie qui enfante le Fils de Dieu nous fait signe de notre fin, vers qui nous allons, nous allons vers Dieu. Ce signe transparaît à travers le fait que la vierge Marie, une femme née de la chair, enfante ce qui n'est pas chair. La créature en quelque sorte est appelée à créer et à donner vie à ce qui normalement ne peut pas être enfermé dans un corps de chair. D'une certaine manière, ce que nous pouvons constater avec la maternité de la Vierge et la circoncision du Christ c'est le paradoxe du manque de trace de blessure dans la maternité de la Vierge : elle conçoit et elle enfante sans blessure, ce qui est inconcevable et va même contre la chair. Dieu lui au contraire, accepte en venant sur terre de recevoir cette blessure dans sa chair. Il ne faut pas oublier que le Fils de Dieu est circoncis. Dieu est celui qui accepte de venir dans notre monde et la circoncision n'est pas simplement le signe de l'entrée de Dieu dans une culture pour faire comme tout le monde. Le sang du Christ coule le jour de sa circoncision et il coulera d'une manière définitive quand le Christ sera accroché sur la croix.

Frères et sœurs, cette circoncision du Christ, cette maternité divine nous renvoient à ce sentiment qui nous habite souvent en fin d'année et en début d'année, à la fois une sorte de difficulté de vivre cette dépendance vis-à-vis de notre chair, des événements que nous ne contrôlons pas, désir d'une indépendance vis-à-vis du monde, de la société, de ce que nous sommes, désir d'indépendance vis-à-vis de Dieu. Et puis aussi le mélange une sorte d'appel vers une plénitude, comme si nous sentions que cette chair ne nous enferme pas mais qu'elle peut aussi procréer, nous amener vers quelque chose de plus grand et de plus beau, comme la vierge Marie qui enfante le Fils de Dieu. Dépendance, plénitude … c'est peut-être ce qui habite votre cœur frères et sœurs, en ce premier janvier 2007. Sachez que cette dépendance n'est pas là pour nous enfermer, cette marque charnelle n'est pas là pour nous humilier, Dieu n'est pas là pour nous dire m: tu dépends de moi, tu es mon objet, tu es mon pantin, tu es là pour faire ce que je veux que tu fasses, mais cette dépendance est justement le lieu de notre épanouissement et de notre plénitude à la fois pour les hommes et à la fois pour les femmes.

Je vous souhaite pour cette année 2007 et aussi pour les autres années que vous puissiez découvrir au cœur de votre chair, car n'oublions jamais malgré ce que peuvent dire certains philosophes, ou des gens qui se prétendent tels, que la révélation judéo-chrétienne n'est pas une haine de la chair, mais au contraire la découverte que la révélation du Dieu qui ne se laisse pas enfermer dans la chair, cette révélation se fait au cœur même de notre propre chair, qui est le lieu même de notre salut et de notre conversion. Que sur vos visages, et sur votre chair, frères et sœurs, puissent briller le salut et l'amour que Dieu veut vous donner, que cet amour puisse transparaître pour qu'à votre tour, vous le donniez gratuitement sans le retenir, en plénitude à tous ceux qui vous entourent, et à tous ceux que vous rencontrerez au cours de cette année pleine d'aventure.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public