AU FIL DES HOMELIES

Photos

ACCUEILLIR LE MAÎTRE

1 P 4, 7-11 ; Lc 10, 38-42
Ste Marthe - (29 juillet 1986)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Q

uand on entend cet évangile, on oppose faci­lement l'attitude de Marthe à celle de sa sœur Marie, comme d'une part les activités innom­brables de la vie quotidienne, professionnelle, fami­liale auxquelles nous sommes soumis dans leur aspect matériel, et d'autre part une vie plus contemplative qui serait davantage tournée vers la prière, vers la ren­contre du Seigneur. Et certes cette opposition se trouve dans ce texte.

Toutefois l'hospitalité que Marthe offre au Seigneur Jésus nous invite à ne pas opposer l'une à l'autre ces deux attitudes, mais à voir l'attitude de Marie comme un approfondissement de l'attitude de Marthe elle-même. En réalité Marthe et Marie prati­quent l'une et l'autre l'hospitalité à l'égard de Jésus, mais pas au même niveau. Marthe exerce la vertu d'hospitalité au niveau auquel nous pensons sponta­nément, c'est-à-dire elle "reçoit" chez elle Jésus, elle le reçoit en préparant son repas, en multipliant les innombrables soins à donner à quelqu'un que l'on accueille chez soi. Mais Marie n'accueille pas moins Jésus chez elle. Elle l'accueille à un autre niveau, elle l'accueille dans son cœur, elle l'accueille en écoutant sa parole, elle l'accueille en laissant tout son être se remplir de la présence vivifiante, spirituelle de Jésus.

Et en fait l'attitude de Marthe n'a de sens que si elle manifeste à l'extérieur l'attitude de Marie. Ac­cueillir le Seigneur comme le faisait Marthe en multi­pliant les attentions concrètes, matérielles, n'a de sens que si c'est un geste d'amour, que si cela suppose d'abord que l'on accueille le Seigneur au fond de soi-même, dans son cœur, dans son être, dans la totalité de sa vie. Et c'est seulement si le Seigneur est venu nous visiter au fond de notre être que les gestes d'ac­cueil que nous lui prodiguerons auront un sens.

Or, ne l'oubliez pas, le Seigneur nous a dit qu'Il venait à nous, non seulement en personne mais aussi à travers la personne de nos frères. Le devoir de l'hospitalité, ce n'est pas à l'égard du Christ Lui-même que nous l'exerçons quotidiennement, mais plutôt à l'égard de nos frères. Il est vrai que les accueillir cela suppose que nous nous donnions du mal, que concrè­tement nous fassions un certain nombre de gestes nécessaires pour rendre cet accueil agréable, mais ces gestes n'auraient pas de sens si nous n'accueillions pas d'abord nos frères au fond de notre cœur, dans notre amour. Recevoir quelqu'un chez soi uniquement au niveau des choses matérielles, ce serait pure monda­nité. Recevoir quelqu'un chez soi c'est d'abord le re­cevoir dans son cœur, dans son intimité, dans son amour. Et nous devons recevoir nos frères au plus profond de notre vie, sinon nous ne sommes pas chrétiens, car le Seigneur l'a dit : "Celui qui accueille un de ces petits, c'est Moi qu'il accueille !" Et celui qui se désintéresse, qui rejette, qui néglige un de ces petits que sont mes frères, c'est Moi qu'il néglige et qu'il rejette.

Par conséquent nous devons accueillir le Sei­gneur dans nos frères. Nous devons ouvrir non seule­ment notre maison, non seulement nos soins et nos services, mais ouvrir notre cœur à nos frères. Car l'amour ce n'est pas d'abord rendre service, l'amour c'est d'abord ouvrir son cœur. Et rendre service n'a de sens que si cela jaillit du plus profond du cœur. C'est donc à ce niveau-là que doit se situer notre accueil, notre hospitalité aussi bien pour nos frères que pour le Seigneur Lui-même, car Il vient nous rendre visite chaque jour, chaque heure dans la prière. Il va nous rendre visite aussi dans l'eucharistie Il y a une conti­nuité entre nos relations avec nos frères et notre rela­tion eucharistique avec le Seigneur. Dans les deux cas, il s'agit d'ouvrir le plus profond de notre cœur à quelqu'un qui vient pour nous visiter, c'est-à-dire pour nous apporter son amour et sa présence.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public