AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN CŒUR PAUVRE ET OBÉISSANT

1 Co 10, 31- 1 Co 11,1 ; Lc 9, 57-62
St Ignace de Loyola - (31 juillet 1993)
Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

a parabole que nous venons d'entendre démasque ceux qui, tout en disant qu'ils suivent Jésus, ne le suivent pas réellement ou du moins pas de tout leur être. En essayant de se mettre à l'école de saint Ignace qui faisait tout "pour la gloire de Dieu", nous pouvons comprendre ce qu'est, à la base, le cœur d'un saint, le cœur d'un homme qui se décide à devenir saint, comme saint Ignace l'a fait.

Il me semble que trois adjectifs peuvent caractériser ce cœur, avant la rencontre du Christ, afin que dans cette rencontre du Christ se prépare, se commence cette sainteté. Un saint, et nous sommes tous appelés à corriger à corriger notre cœur pour qu'il soit prêt à recevoir cette parole décisive, bouleversante, doit être pauvre, chaste, obéissant. Ces trois adjectifs semblent être loin de ce qu'est le cœur du saint mais nous permettent pourtant de comprendre comment un homme peut se trouver habité, transformé, épousé par la Parole de Dieu.

Un cœur pauvre d'abord s'il a refusé de recevoir du monde tout autre parole qui aurait pu le nourrir ou le satisfaire. Un cœur pauvre est un cœur qui attend son bonheur de quelqu'un d'autre que lui-même. Un pauvre c'est celui qui sait qu'il ne peut se donner à lui-même sa propre satisfaction et doit donc quémander ce dont il a besoin. Le cœur pauvre du saint c'est celui qui a tendu qu'une parole vraie, une parole riche vienne combler sa pauvreté et lui permette ainsi de s'enrichir du Christ Dieu.

Ensuite un cœur obéissant. C'est un cœur qui, entendant cette Parole, accepte même sans la comprendre et encore moins sans la cerner de lui obéir, de s'y soumettre pour La suivre.

Et enfin un cœur chaste c'est un cœur intact, non touché par les vicissitudes du monde, qui n'a été épousé par aucune idée de ce monde, et a gardé intact au fond de lui un cœur vierge, attendant qu'un jour l'absolue divinité vienne le cueillir et l'épouser. Un cœur chaste c'est un cœur qui s'est refusé de se laisser manger, de se laisser intéresser de façon absolue par ce qui l'entoure, en espérant qu'un jour l'Absolu le touche et se fasse découvrir à lui et qu'il puisse ainsi se donner comme une femme se donne à son époux.

Nous avons peut-être là comme une sorte de diagramme du cœur d'un saint qui, dans la rencontre avec Dieu, peut se mettre en route. On comprend alors pourquoi la vie monastique, en donnant à ses moines ces trois vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, préfigure, annonce déjà ce que le cœur humain doit vivre pour être intégralement épousé, transformé et obéissant à la Parole de Dieu.

Retenons de saint Ignace celui qui, sans hésiter, avec une force et une passion peu commune, a suivi le Christ et a su transmettre cette passion du Christ pour que d'autres, à sa suite, le suivent aussi intégralement. Retenons que l'engagement dans le combat signifié de façon précise par les Exercices laissé à ses disciples nous aide à retrouver une certaine chasteté du cœur, à désirer une obéissance profonde de tout notre être à la Parole de Dieu et en tout cas nous appauvrir suffisamment pour demander au Seigneur qu'Il nous enrichisse de sa miséricorde.

Saint Ignace écrivait : "Reçois, Seigneur, l'offrande de ma liberté. Reçois ma mémoire mon intelligence, toute ma volonté. Tout ce que j'ai, tout ce que je suis, c'est Toi qui me l'as donné. Je te rends, Seigneur, sans réserve pour que Tu en disposes selon ton bon plaisir. Donne-moi seulement Ton amour et Ta grâce et je suis assez riche et ne demande rien de plus."

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public