AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOUT EST SACRÉ

1 Co 10, 31- 1 Co 11,1 ; Lc 9, 57-62
St Ignace de Loyola - (31 juillet 2007)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

O

n le sait, la devise des jésuites c'est (en traduction) : à la seule gloire de Dieu. Ce n'est pas d'ailleurs saint Ignace de Loyola qui a inventé cette citation puisque Jean-Sébastien Bach signait toutes ses partitions de la même manière.

Cette gloire de Dieu est celle que l'apôtre Paul nous rappelle et nous avons entendu dans cette première lecture où il dit : "Quoique vous fassiez, que vous mangiez, que vous buviez, faites-le seulement à la gloire de Dieu". Ce n'est pas propre aux jésuites, mais tout ce que la compagnie de Jésus a fait, et il y a eu des œuvres immenses et glorieuses, et faites non pas comme on le pense parfois pour la gloire de l'homme, mais bien pour la gloire de Dieu. Cette phrase de Paul, comme la vocation d'Ignace de Loyola nous rappelle cette chose essentielle, c'est que l'être humain est fondamentalement consacré et destiné à la gloire de Dieu. Seulement, bien souvent, nous pensons qu'il y a une part de nous-même qui est faite pour la gloire de Dieu et le reste est appelé à disparaître. On a plutôt une vision dualiste de l'éternité où certains ont du mal à penser à la résurrection de la chair car la chair c'est ce qui est périssable, ce qui est mauvais, et donc, c'est mon âme qui ira auprès de Dieu. Or, c'est l'ensemble de la personne humaine, corps et âme, si on réagit ainsi par cette dualité du corps et de l'âme, c'est toute ma personne qui doit passer dans cette gloire de Dieu. Ce qui fait que c'est l'ensemble de l'existence terrestre qui est appelée à connaître dès à présent cette résurrection pour être orientée vers cette gloire de Dieu et connaître la résurrection définitive. Il est vrai qu'il y aura séparation entre la lumière et les ténèbres, c'est-à-dire entre le bien et le mal, mais l'ensemble des choses n'est pas considéré pour certaines comme pouvant appartenir au domaine de Dieu et d'autres pas.

C'est pour cela que la notion de sacré, telle que parfois elle est encore employée aujourd'hui, est à revoir, car pour le christianisme, tout est sacré, toute l'existence chrétienne est sacrée. C'est pour cette raison que rien n'échappe à Dieu, il est tout en tous aussi bien dans les personnes que dans leurs activités ou dans l'ensemble de la création. saint Paul dira que la création aspire à la révélation de la gloire de Dieu. Procéder par séparation, mettre d'un côté ce qui serait sacré, uniquement pour Dieu, et de l'autre ce qui serait profane, ce qui ne peut pas atteindre Dieu, c'est du néo-paganisme, ce n'est pas du christianisme. Ce que les juifs avaient déjà ou tendaient à faire en faisant des prières, des ablutions, en nettoyant les écuelles, c'était de marquer chaque geste quotidien, y compris en faisant la vaisselle, c'est pour la gloire de Dieu, que tout était marqué de sa présence.

Saint Paul dit bien : "Quoi que vous fassiez !" Il n'y a pas un domaine qui doit échapper à cette gloire de Dieu, et du coup, même le moindre petit acte que je pose dans mon quotidien peut être signe de salut et de sainteté et de gloire, même l'acte le plus infime que je ne vois pas ou dont je ne saisis pas toujours la portée.

Ce "seulement à la gloire de Dieu", ça change aussi la conception de la vie, car dans un régime païen, ou néo-païen de séparation, une fois que j'ai consacré les choses à Dieu, je retourne dans le profane et je suis quitte ! Tandis que si tout est sacré y compris la moindre action que je fais, forcément, cela va impliquer en moi une conversion à la Parole de l'évangile, cela va m'impliquer totalement, et c'est difficile. C'est d'ailleurs peut-être pour cela que la notion de sacré nous arrange parfois très bien.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public