AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PHILOSOPHIE

1 Co 1, 18-25 ; Mt 13, 1-9
St Justin - (1er juin 2010)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Delphes : Un philosophe

 

F

rères et sœurs, saint Justin dont nous faisons mémoire en ce jour est martyr et philosophe. Philosophe non pas comme on l'entend dans le monde d'aujourd'hui, car le philosophe aujourd'hui, c'est quelqu'un qui est plutôt ennuyeux, qui gratte des centaines de pages, et qui manie des concepts extrêmement compliqués. On a souvent l'impression que le philosophe vit à côté de ses pompes, et qu'il préfère manier les concepts plutôt que de manger et de s'habiller comme tout le monde.

En fait la philosophie dans l'Antiquité est très concrète. La philosophie c'est s'interroger sur le vivre ensemble et c'est s'exercer et se préparer à mourir. La philosophie n'est pas une manipulation de concepts, c'est une ascèse dans le sens originel du terme, c'est-à-dire des exercices que nous faisons tous les jours pour le "vivre ensemble", se préparer à la mort, autrement dit, pour contempler la vérité. Justin est cet homme qui n'a eu de cesse que de chercher la vérité, qui a su à la fois dialoguer avec le monde des païens, avec les autorités impériales, mais aussi avec le judaïsme. La philosophie ne va pas contre la Bible. L'évangile, l'annonce de la Bonne Nouvelle ne va pas non plus contre la philosophie.

J'ai envie de poursuivre la parabole du semeur que Jésus nous raconte dans saint Matthieu. Vous avez entendu que le semeur ne fait pas attention à l'endroit où il sème, il gaspille, c'est un grand gaspilleur. Normalement il devrait faire attention et ne mettre les graines que là où il est sûr qu'elle va pousser. Or, il a ce geste extrêmement large et généreux, et il y a donc des graines qui tombent sur des endroits pierreux, des endroits où la terre n'est pas profonde, des endroits où il y a des épines, etc…

Je crois que Justin et sa tradition c'est la manifestation de la générosité sans bornes de Dieu à l'égard du monde dans son ensemble et à l'égard de la culture païenne. Avec des "si", on aurait pu dire que Dieu n'avait qu'à réserver sa grâce et sa Loi uniquement au peuple élu. Or, Justin est celui qui n'a eu de cesse de prêcher le fait que Dieu justement ne s'est pas révélé simplement aux juifs, mais il s'est révélé aussi aux païens. Depuis le début, Dieu dans cet acte immense et généreux a su semer des petites graines déjà dans la culture païenne, des germes en attente pour qu'au moment où le message du Christ va être annoncé, que cet évangile annoncé par les apôtres vienne féconder ces petites graines qui étaient en attente dans la culture hellénistique.

Frères et sœurs, je crois que c'est cela ce que Justin nous dit encore aujourd'hui. Nous n'avons pas à imaginer que nous avons à choisir entre le monde ou l'évangile. Ne croyons pas non plus que le monde est évangélisé uniquement par l'évangile. Il y a un travail préparatoire à faire dans le cœur de nos contemporains, un regard juste, anthropologique, pour découvrir au cœur de notre monde contemporain déjà ces germes, ces pierres d'attente qui existent dans cette culture et qui sont là en attente pour pouvoir entrer en dialogue avec le message de l'évangile.

Frères et sœurs, à la suite de saint Justin, sachons être assez attentifs pour découvrir la soif qui existe dans notre monde, cette soif de découvrir le message de l'évangile, non pas pour obliger nos contemporains, mais dans ce même acte posé par Justin, de faire découvrir comme l'herméneutique, c'est-à-dire, comme celui qui fait accoucher, faire découvrir dans le cœur de nos contemporains cette petite graine qui n'attend qu'une chose, c'est de s'ouvrir et de grandir.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public