AU FIL DES HOMELIES

Photos

MARTYR ET PHILOSOPHE

1 Co 1, 18-25 ; Mt 13, 1-9
St Justin - (1er juin 2012)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Rechercher la vérité (Stalles - Bommiers)

F

rères et sœurs, vous aurez peut-être été frappés par le texte de Paul aux Corinthiens, un texte dur, un texte que d'aucuns pourraient caractériser de féroce à l'encontre des juifs et des païens. Autant dire qu'après ce genre de chose, il ne reste rien du côté du judaïsme, ni même du côté de la philosophie grecque. Or, ce que nous célébrons aujourd'hui, c'est un martyr philosophe qui n'a cessé d'être à chaque instant à la fois martyr et philosophe. Le texte de Paul nous semble terrible, mais il faut y mettre des bémols : Paul attaque d'autant mieux la philosophie grecque qu'il a été formé à la fois dans une bonne école rabbinique et aussi à bonne école philosophique. Il faut toujours se méfier de ceux qui critiquent telle ou telle chose, c'est que souvent, ils y sont beaucoup attachés. Paul a eu l'habitude dans ses lettres de manier la rhétorique et la philosophie grecque.

Cela dit, Justin que nous célébrons aujourd'hui, qui est originaire de Naplouse a voulu tout au long de sa vie réunir au cœur même de l'Église les juifs et les païens. Il est un des premiers à avoir établi dans son œuvre qui nous est restée, une œuvre à destination du judaïsme, et une œuvre à destination des païens. Justin initie un genre littéraire qui va courir tout au long des premiers siècles de l'Église et qui va prendre forme dans l'œuvre d'un évêque, Eusèbe de Césarée et de ce qu'on appellera dans la suite, la préparation évangélique et la démonstration évangélique. C'est toujours d'actualité. Dans ce qu'on appelle la démonstration évangélique, des personnes comme Eusèbe de Césarée et aussi Justin, vont vouloir montrer que le Christ est la clé des Écritures. Nous en avons l'habitude, instinctivement nous pensons que la vie chrétienne trouve uniquement sa source dans les Écritures.

C'est ce que Justin va vouloir faire. Il ne s'arrête pas simplement à vouloir démontrer aux juifs que le Christ est la clé de toutes les Écritures. Il va aussi parler aux païens, non pas en venant avec l'évangile que les païens et des philosophes ne connaissant pas, mais il va venir avec les écritures des philosophes en leur montrant que ce Dieu qu'il annonce n'est pas uniquement la clé des Écritures lues par une tranche de l'humanité, les juifs et les premiers chrétiens, mais que ce Dieu se révèle aussi au cœur même des écrits des philosophes.

C'est cela la préparation évangélique. Entre Justin et Eusèbe de Césarée, la préparation évangélique va consister à chercher dans l'histoire des hommes les lieux et les événements où Dieu était présent. Justin martyr a voulu faire pareil. Il a voulu montrer que dans la philosophie aussi il y avait une recherche de la vérité, une recherche de Dieu et qu'en réalité, était caché le Dieu, le créateur du monde. La raison pour laquelle la liturgie a choisi cet évangile, c'est que nous, nous pensons en termes d'efficacité, nous pensons que Dieu n'aurait planté ses graines que dans un tout petit carré, Israël, que dans un tout petit carré de livres, la Bible et qu'il n'y aurait rien eu pour les autres. Ce que dit l'évangile, et ce que veut dire Justin, c'est que cette bonne terre dans laquelle va pousser la graine n'est pas une terre réservée à Israël, n'est pas réservée uniquement aux écrits de la Bible, lais cette bonne terre existe partout dans cette création qui a été créée par Dieu et partout dans l'humanité, parce que l'humanité a été, elle aussi, créée par Dieu. Si nous prêtons attention à l'œuvre de Dieu, nous verrons que cette œuvre de Dieu existe au-delà de toute théorie que nous avons pu ériger.

Le souci de Justin philosophe martyr est aussi extrêmement contemporain. Ce que Justin veut faire découvrir à ses contemporains et ce que nous avons à faire découvrir à nos contemporains, c'est qu'il existe deux livres qui ne s'annulent pas. Le premier livre c'est le Livre de la Bible, Mais il existe un autre livre c'est le livre du monde, cette création dans laquelle nous vivons, c'est aussi cette société dans laquelle nous vivons. En conséquence, Justin martyr et nous, nous sommes amenés à découvrir dans cette culture, dans cette société qui est la nôtre, dans une culture qui quelquefois peut nous sembler très éloignée des dogmes catholiques et de l'évangile, nous sommes amenés à découvrir que là aussi Dieu qui est grand, généreux, plante à pleine volée des graines et que Dieu est aussi présent dans cette culture et dans ce monde, même s'il nous semble très païen et très éloigné de Dieu.

Frères et sœurs, que la figure de saint Justin martyr nous invite à nous replonger dans la véritable philosophie, la recherche de la vérité, la contemplation du principe premier de toutes choses qui est Dieu, que la figure de Justin nous donne aussi le goût d'aller vers une société, une culture qui peut nous faire peur et dans laquelle nous croyons que Dieu est absent. L'évangile nous le rappelait : Dieu est généreux, Dieu plante partout sur cette terre, Dieu plante dans le cœur de tous les hommes, encore faut-il comme Justin philosophe que nous soyons étonnés comme de vrais philosophes et que nous n'ayons de cesse de semer dans le cœur des autres cette présence même infime de Dieu, qui ne demande qu'à grandir et qu'à germer.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public