AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE BAPTÊME DE SANG

2 M 7, 1-14 ; Jn 12, 24-26
SS. Martyrs de l'Ouganda - (3 juin 1988)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

'histoire de saint Charles Lwanga et de ses compagnons renoue avec les grandes persé­cutions de l'Église primitive, et en particulier avec saint Cyprien évêque de Carthage et de sainte Perpétue et Félicité et tant d'autres qui ont ensemencé l'Église d'Afrique. Ce sont les premiers martyrs de cette nouvelle période d'évangélisation qui a com­mencé avec la colonisation européenne.

Il s'agit de jeunes gens de la maison royale. Ils étaient pages ou serviteurs à la cour. Le roi païen n'était pas a priori malveillant à l'égard de la religion et des missionnaires mais c'était un homme à la fois débauché et sanguinaire. La résistance de ses jeunes pages et serviteurs aux désirs lubriques du roi lui fit découvrir que cette religion pourrait s'opposer à ses caprices, à sa folie. C'est pourquoi il décida de les supprimer.

Le premier martyr était le responsable de la communauté chrétienne, un haut fonctionnaire de la cour royale. Un an après ce fut le tour de Charles Lwanga qui avait pris la tête de la petite communauté et qui, à vingt ans, a su préparer ses camarades à cette persécution qu'il sentait venir, achevant leur instruc­tion chrétienne, en baptisant quatre, la veille même de leur martyre.

Nous avons donc ici encore ce déploiement de la force de Dieu dans la fragilité humaine. Nous avons aussi plusieurs traits remarquables. Le premier est justement cette fraîcheur de leur foi puisque cer­tains sont passés directement du baptême au martyre, ou selon les expressions traditionnelles de l'Église, au baptême d'eau au baptême de sang. Le martyre est en effet un baptême car il est une identification au Christ. Qu'est-ce que le baptême sinon un sacrement par lequel nous devenons d'autres Christs, recevant en nous l'Esprit du Christ pour qu'il façonne, jour après jour, tout au long de notre vie, la ressemblance avec le Christ ? C'est cela le baptême : un sacrement par le­quel l'Esprit saint vient, par sa contagion divine, transformer notre vie en la divinisant, c'est-à-dire en nous faisant fils du Père comme Jésus est le Fils uni­que du Père, en nous faisant de la race de Dieu, parti­cipants à la nature de Dieu de cette façon mystérieuse, par une progressive assimilation et configuration au Christ. De telle sorte que notre vie, par cette action de l'Esprit saint incessante en nous, devienne de plus en plus semblable à celle du Christ, notre manière d'ai­mer devienne de plus en plus divine c'est-à-dire de plus en plus conforme à la manière dont le Christ nous a aimés puisque c'est cela son unique comman­dement : "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés !" Devenant de plus en plus conformes au Christ, puissions-nous, au terme de cette vie, "faire l'addition", la somme de cette vie et mourir comme le Christ, ayant vécu comme Lui. Tel est le but de la vie chrétienne inaugurée au baptême.

Vous comprenez aussitôt que le martyre, dans lequel on est totalement identifié au Christ puisqu'on donne sa vie par le sans comme Lui-même l'a fait sur la croix, vous comprenez que le martyre identifiant au Christ celui qui souffre en Lui, et à sa place, qui l'as­socie à ses souffrances, qui le prend dans sa croix, le martyre est la perfection du baptême. Il réalise ce que le baptême a pour but et qui, normalement, chez ceux qui ne subissent pas cette violence doit se réaliser tout au long de leur vie. Le martyre lui, le réalise d'un seul coup. C'est pourquoi on appelle le martyre "baptême de sang" et c'est la forme la plus parfaite du baptême. Il est arrivé dans l'histoire que des hommes et des femmes, voyant les chrétiens témoigner, aient subi le martyre, sans être chrétiens eux-mêmes, en s'élançant vers l'arène avant de recevoir le baptême d'eau. Ce n'est pas exactement le cas des martyrs de l'Ouganda baptisés au moins la veille de leur mort, mais on peut dire que c'est la perfection, l'épanouissement, l'im­mensité de leur baptême qui se manifeste ainsi.

Parmi ces martyrs de l'Ouganda, il y avait 22 jeunes catholiques et plusieurs autres jeunes angli­cans, ce qui est la plus belle leçon d'œcuménisme, l'œcuménisme étant moins de parler, de discuter, moins encore bien sûr de se combattre ou de se dis­puter que de retrouver ensemble, chacun sur sa route mais avec le même désir, de retrouver ensemble le visage de Dieu et son royaume. C'est ce qu'ont fait ces jeunes gens en donnant côte à côte leur vie pour le Christ. Nous pouvons donc prier pour l'unité des Égli­ses, pour que ce qui s'est réalisé alors se réalise encore au niveau des Églises dans une même communion.

Cette fête est aussi l'occasion de méditer sur l'ensemencement de l'Église par le martyre. Ceux qui combattent L'Église et tuent les chrétiens croient ainsi la détruire, or toute l'histoire de L'Église prouve le contraire. Plus on a tué de chrétiens, plus il s'en est levé d'autres pour les remplacer. C'est pourquoi la liturgie reprenant une formule traditionnelle dit : "Le sang des martyrs est la semence des chrétiens".

L'Église est encore en butte à la persécution dans cette d'Afrique, que ce soit par des païens ou beaucoup de contradicteurs, que ce soit dans les pays plus ou moins réputés chrétiens comme le Zaïre ou dans des pays franchement marxistes comme l'An­gola, le Mozambique ou l'Ethiopie. Partout sur ce continent il y a des chrétiens qui souffrent persécu­tion, parfois jusqu'au don de leur vie, parfois dans l'écrasement de leurs possibilités de s'exprimer et de dire leur foi et de la publier. Et même dans des pays comme le Rwanda qui sont, semble-t-il, plus proches du christianisme, même là, il y a aussi des persécu­tions. Nous porterons toutes ces jeunes églises dans notre prière, demandant que tous ceux qui ont donné leur vie sur la terre d'Afrique ou qui la donneront en­core soient auprès de Dieu les intercesseurs de cet immense peuple qui cherche Dieu de toutes ses forces et qui, déjà, le rencontre et le rencontrera dans une lumière de plus en plus grande.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public