AU FIL DES HOMELIES

Photos

GERMES D'UNITÉ

2 M 7, 1-14 ; Jn 12, 24-26
SS. Martyrs de l'Ouganda - (3 juin 1994)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


L

es martyrs de l'Ouganda sont pour nous l'oc­casion de réfléchir à ces jeunes Églises d'Afrique qui trouvent dans la foi et le cou­rage de certains de leurs membres cette vitalité qui fait qu'aujourd'hui elles sont parmi les plus jeunes et les plus vivantes de toutes les Églises du monde. Parmi les martyrs de l'Ouganda, l'un avait seulement treize ans, quatre d'entre eux venaient d'être baptisés la veille même de leur mort. C'était donc dans tout l'élan de leur jeunesse et de la jeunesse de leur foi qu'ils se sont donnés au Christ et lui ont donné toute leur vie jusqu'à la dernière goutte de leur sang.

Un point particulier peut retenir notre médita­tion de ce matin. Parmi ces martyrs, certains étaient catholiques, d'autres anglicans. Il y a donc là une page bien particulière de l'œcuménisme qui est écrite dans cette terre d'Afrique. Voilà que des chrétiens apparte­nant à des Églises différentes ont, ensemble, signé de leur sang leur foi commune et sont entrés au paradis d'une même mouvement, d'un même élan, réconci­liant en leur sang les divergences entre les Églises auxquelles ils appartenaient.

L'œcuménisme traverse parfois des situations difficiles comme actuellement entre l'Église catholique et l'Église anglicane, depuis que celle-ci a décidé d'ordonner prêtres des femmes. Mais ces difficultés qui sont comme l'anecdote, le quotidien de l'œcuménisme, sont peu de chose au regard du témoignage aussi profond aussi fondamental que celui que nous donnent les martyrs de l'Ouganda. C'est bien loin de difficultés plus ou moins liées à des modes ou à des revendications sectorielles, c'est bien loin de tout cela que se situe le témoignage qui nous est donné aujourd'hui par ces jeunes gens catholiques et anglicans, unis dans un même élan d'adhésion au Christ pour affirmer leur foi, pour refuser toute com­promission morale telle que les leur proposait le roi de l'époque. Ils ont accepté, tout comme les fils Mac­chabée dont on parlait dans la première lecture, ils ont accepté de donner leur vie pour la fidélité à la foi, la fidélité à la morale de leur foi. Et à ce niveau-là s'ef­facent toutes les divergences, à ce niveau de profon­deur s'effacent toutes les discussions et les disputes parce qu'il s'agit véritablement de l'adhésion au Christ Jésus.

Et c'est certainement une invitation à toutes les Églises chrétiennes de ne pas situer leurs relations à ce niveau simplement de mesures plus ou moins heureuses prises en fonction de telle ou telle revendi­cation. Il faudrait que d'un mouvement uni les diffé­rentes Églises aillent à l'essentiel c'est-à-dire à l'adhé­sion de chacun et de tous au Christ Jésus. C'est là, et là seulement, que peut se trouver le secret de l'unité. L'unité ne se fera pas par des marchandages, l'unité ne se fera pas par des discussions, l'unité ne se fera pas par des concessions, l'unité ne peut se faire qu'au plus profond de la foi. C'est en descendant dans les pro­fondeurs de l'adhésion au Christ que les chrétiens d'obédiences différentes pourront se rencontrer et devenir une seule Église. Il n'y aura pas d'unité entre les Églises au terme de concessions faites mais en allant plus avant dans l'essentiel et dans l'exigence de la foi.

C'est par conséquent une invitation pour nous catholiques à enraciner plus profondément notre foi, à aller jusqu'au bout de notre adhésion au Christ. Et c'est là seulement et non pas ailleurs que nous ren­contrerons nos frères anglicans, réformés, orthodoxes, c'est là, en étant toujours plus étroitement unis au Christ, toujours plus profondément liés à Lui, à sa personne à son enseignement, à la foi que l'Église nous transmet, c'est là seulement que nous pourrons trouver des germes d'unité vraie, d'une unité profonde, qui ne soit pas humaine mais vraiment divine.

Alors ce que Charles Lwanga et ses compa­gnons nous invitent à faire, c'est à creuser notre pro­pre foi, à aller plus avant dans la connaissance de notre foi telle que l'Église nous la propose, à adhérer d'une façon plus intense à la personne du Christ. Et c'est là que nous rencontrerons nos frères qui auront fait, eux aussi, ce même effort, ce même chemin d'ap­profondissement, ce même chemin d'adhésion sans réserve à la personne de Jésus. Que Jésus-Christ soit notre unité, qu'Il soit notre lieu de rencontre, qu'Il soit Celui en qui toutes les Églises convergent.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public