AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES SAINTS ÉVÊQUES D'AIX ET D'ARLES

Hb 13, 7-8+20-21 ; Jn 10, 11-16
St Maximin - (8 juin 1982)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Saint Maximin : l'évêque saint Maximin 

E

n ce jour où nous faisons mémoire de tous les évêques qui, dans cette Église d'Aix et d'Arles, ont été les pasteurs du troupeau, l'Eglise nous rappelle qu'il n'y a qu'un seul pasteur. Le vrai pasteur, c'est Jésus-Christ. Lui seul est le berger du troupeau. C'est Lui seul qui le guide, c'est Lui seul qui donne sa vie pour le troupeau. Tous ceux qui sont pasteurs de ce troupeau le sont comme tenant lieu de Jésus-Christ, comme l'image du Christ, comme représentants du Christ. Mais, à travers eux, c'est le Christ et Lui seul qui est le Berger du troupeau. 

       L'épître aux Hébreux nous le rappelait : "Le Christ hier, le Christ aujourd'hui, c'est le même Christ." Aujourd'hui, à travers les ministres qu'Il s'est choisi comme hier en personne, c'est le Christ, de la même manière qui est vraiment, réellement, de façon très précise, le pasteur du troupeau. Nous devons considérer les ministres du Christ, ses prêtres en général et plus spécialement les évêques, comme des serviteurs du Christ. Des serviteurs dont le service consiste précisément à représenter le Christ, c'est-à-dire à rendre présent le Christ parmi nous, non point parce que ces ministres seraient plus proches du Christ que ne le sont les fidèles, que ne le sont les chrétiens. La sainteté n'augmente pas avec les charges hiérarchiques. La sainteté c'est uniquement l'amour qui est dans le cœur et cet amour est peut-être plus profond dans tel ou tel fidèle, connu ou inconnu, que dans ceux qui ont été délégués par Dieu pour être les pasteurs du troupeau. Ce n'est donc pas une proximité plus grande avec le Christ, c'est une charge de Le rendre présent, de Le représenter. 

       C'est pourquoi les ministres du Christ, en général et les évêques en particulier, doivent conformer, configurer leur vie, tout ce qu'ils font, toute leur fonction à celle que le Christ a Lui-même accompli et qu'Il nous précise dans son évangile. Le bon berger est d'abord celui qui connaît ses brebis, qui les connaît non pas de façon globale, plus ou moins vague, mais qui les connaît chacune par son nom. C'est la première caractéristique du vrai berger. Jésus connaît chacun d'entre nous au plus intime de notre cœur. Il nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Il nous connaît de l'intérieur parce qu'Il est la source de notre être. Evidemment ses ministres n'ont pas ce privilège d'être à la source de l'être de chacune des brebis. Et pourtant c'est le premier devoir, c'est la première fonction de l'évêque, de connaître personnellement, intimement, face à face, chacune de ses brebis. 

        La deuxième fonction que le Christ a voulu remplir comme berger de son peuple, c'est de garder le troupeau contre les loups ravisseurs. De tout temps et Dieu sait si cela était visible du temps du Christ, et Dieu sait si cela est visible de nos jours il y a des loups qui veulent dévorer les brebis du troupeau, c'est-à-dire les détourner de la foi, les détourner de l'amour, les faire souffrir, les persécuter. Le deuxième rôle de l'évêque, c'est de garder les brebis, c'est-à-dire d'abord de démasquer le loup de discerner l'approche du loup, de savoir quand vient Satan, quand vient le démon, quand viennent ceux qui veulent ravager le troupeau, et de prévenir les brebis, et de les sauver de la gueule du loup. 

        Et le troisième rôle dont nous parle le Christ, c'est d'aller chercher les brebis qui ne font pas encore partie du troupeau, d'être constamment dans l'angoisse dont nous parle par ailleurs saint Paul, cette urgence qu'il sent dans son cœur pour la conversion de ceux qui n'ont pas encore rencontré la lumière du Berger, qui ne sont pas encore entrés dans le troupeau. Faire en sorte que tous soient appelés, que tous soient convoqués, que tous entendent la convocation et y répondent et y participent. Aucun évêque ne peut remplir sa charge s'il n'y a pas en lui ce désir ardent qui est le désir missionnaire de l'Église de faire parvenir la lumière du Christ à tous ceux qui ne la connaissent pas. 

        Tels sont les trois devoirs principaux de l'évêque parce que ce sont les trois fonctions principales que le Christ nous dit Lui-même remplir comme Berger, et à cause de ces trois fonctions l'évêque comme le Christ doit donner sa vie pour le troupeau. La donner d'abord jour après jour et peut-être aussi la donner comme le Christ l'a donnée sur la croix, comme tant d'évêques après Lui ont donné leur vie pour leur troupeau. Saint Thomas d'Aquin dit que c'est cela la caractéristique de la vocation épiscopale. Prions pour les évêques, spécialement pour notre évêque, car ils ont une charge très haute mais très lourde et ce sont des hommes comme les autres qui, par vocation, sont appelés à donner leur vie pour nous. 

       AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public