AU FIL DES HOMELIES

Photos

HIER ET AUJOURD'HUI

Hb 13, 7-8+20-21 ; Jn 10, 11-16
St Maximin - (8 juin 1990)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

'épître aux Hébreux nous demande de nous souvenir de nos chefs, de ceux qui nous ont fait entendre la Parole de Dieu et de référer le ministère de ces chefs ou de ces pasteurs à celui du grand pasteur des brebis, Notre Seigneur Jésus-Christ car ce "Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et Il le sera à jamais."

A travers le mystère du ministère des évê­ques, du ministère des apôtres et de leurs successeurs, c'est la présence pastorale de Jésus-Christ Lui-même, "hier, aujourd'hui et à jamais" qui nous est proposée. Les ministres, qu'ils soient évêques ou, par participa­tion au ministère de l'évêque, prêtres ou diacres, les ministres sont les représentants de Jésus-Christ. Re­présentants au sens précis du mot. Ils représentent, ils rendent présent le Christ. Non pas parce qu'ils seraient eux-mêmes le Christ ou plus proches du Christ, mais parce que leur charge, leur ministère est précisément d'être des représentations du Christ.

Le Christ n'est pas visible parmi nous, mais Il est pourtant le centre vital de notre Église, de notre communauté, de notre rassemblement. Centre vital parce que c'est Lui la tête du corps et c'est de la tête que le corps reçoit l'influx de vie, reçoit le sang qui l'anime. Parce que le Christ invisible est nécessaire­ment présent, réellement présent, parce que nous sommes des hommes de chair et de sang et que nous avons besoin de voir et de toucher, il est bon que ce Christ nécessaire et réellement présent soit aussi rendu visiblement au milieu de son Église et c'est le rôle de ses ministres d'être la représentation du Christ. L'évêque est au milieu du troupeau des brebis la fi­gure, le signe, le symbole, le signe rendant réellement présent le Christ, tête de ce corps, pasteur de ce trou­peau. Il n'y a qu'un seul pasteur, le grand pasteur des brebis, le Christ. Mais la présence nécessaire du Christ au milieu de ce troupeau est rendue visible par ce substitut de Lui-même qu'est son ministre.

Et ceci n'est pas d'abord une affaire d'autorité. Quel est le rôle du pasteur ? du bon pasteur, Jésus-Christ ? Quel est le rôle des pasteurs ministériels re­présentants du Christ. C'est de rendre tangible, visi­ble, ce qu'exerce réellement le Christ au milieu de nous. C'est donc d'abord de connaître les brebis et de se faire connaître par elles. Non pas d'une connais­sance simplement anecdotique. "Je connais mes bre­bis et mes brebis Me connaissent comme mon Père me connaît et que je connais mon Père !" Il s'agit de la connaissance allant aussi loin que celle du Père et du Fils, cette connaissance remplie d'amour qui est le cœur même du mystère de la Trinité. Il faut donc qu'évêque, prêtres et ministres nous transmettent, au nom du Christ, cette connaissance intime du Père et du Fils, connaissance qui va au fond du cœur, connaissance dans la foi, connaissance qui est trans­formante et qui nous rend déjà bienheureux, connais­sance qui s'accomplira dans la béatitude quand nous verrons Dieu face à face. En rencontrant l'évêque, les prêtres, il faut que nous rencontrions quelque chose de cette présence du Christ qui remplit notre cœur et notre esprit de la lumière de Dieu. Non pas que les ministres aient en propre quelque chose de cette lu­mière de Dieu, mais ils en sont les signes, les symbo­les, les transmetteurs, les instruments.

Il y a une deuxième fonction du pasteur, c'est de prendre le souci des autres brebis qui ne sont pas encore dans cet enclos. Celles-là aussi, "il faut que Je les mène et qu'elle écoutent ma voix pour qu'il y ait un seul troupeau, un seul pasteur." C'est la dimension missionnaire de la fonction du Christ. Le Christ est venu pour sauver les hommes qui sont perdus et pour se faire connaître par ceux qui ne le connaissent pas. C'est pourquoi les ministres du Christ ont un souci privilégié, premier, fondamental de ceux qui sont au-dehors de ceux qui ne sont pas encore là. Non pas pour aller de force "les ramasser", mais pour porter dans le cœur ce souci cordial, ce souci profond, spi­rituel de ceux qui ne connaissent pas encore le nom de Jésus. C'est pour eux aussi que Jésus est venu et a donné sa vie.

C'est la troisième dimension de la fonction du Pasteur. "Je donne ma vie pour mes brebis !" le Christ a donné sa vie jusqu'à la croix, jusqu'à l'effusion du sang, jusqu'à la mort. Il est arrivé dans l'histoire que des évêques, des prêtres, plusieurs évêques d'Aix donnent leur vie en particulier au moment de la Ré­volution Française comme le bienheureux Jean-Marie du Lau.

Ce n'est pas imaginaire, dans la fonction même de l'évêque, il y a cet appel à aller jusqu'au don concret, effectif par le martyre ou en tout cas ne pas avoir d'autre horizon que celui du salut de chacune des brebis. Toute la vie de l'évêque consiste en cela, être au nom du Christ le pasteur du troupeau, être le représentant de ce désir du Christ d'amener chaque brebis au salut, au pardon, à la lumière, à la réconci­liation avec Dieu. Voilà l'idéal tracé pour les évêques.

Prions pour celui qui est aujourd'hui notre évêque, pour ceux qui seront ses successeurs, pour que cette charge à la fois très humble et extraordinaire soit assumée en toute confiance et en toute conscience pour le salut de tous.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public