AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA VIGILANCE DU MOINE

Col 3, 12-17 ; Lc 12, 32-44
St Ephrem - (9 juin 1988)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

L

es trois thèmes de l'évangile d'aujourd'hui sont tout à fait capables d'évoquer le visage de saint Ephrem tel que la tradition a soin de l'honorer et de faire mémoire de lui.

"Faites-vous une bourse qui ne s'use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n'approche ni la mite ne peut détruire. Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur !" Le Christ ne nous invite pas à de vagues inspirations spiritualistes, à nous dégager de tous les biens matériels pour soigner l'intérieur de nous-mêmes, car encore de l'intérieur même de notre cœur nous pourrions faire une idole. Il s'agit plus précisément de comprendre que notre cœur peut être auprès de Dieu et que ce trésor inépuisable c'est ce que saint Ephrem a constitué par la louange de Dieu. L'hymnographe, celui qui a composé tous ces poèmes à la louange du mystère du Christ et de la vierge Marie, était cet homme qui constituait un trésor dans les cieux car sa parole disait, chantait, célébrait ce qui était le mystère même du royaume, le mystère du salut. C'est cela qui est donné d'abord dans la fi­gure de saint Ephrem. C'est cela la grâce qui lui a été faite, constituer un trésor, un trésor qui n'est pas fait de main d'homme puisqu'on appelait précisément Ephrem "la lyre du saint Esprit". C'était le trésor même de l'œuvre de l'Esprit à travers son cœur, son intelligence et sa sensibilité.

"Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées !" Outre la manière dont Ephrem constitue un trésor, il fallait qu'il y attache tout son cœur, tout son être et tout son désir. Et c'est le visage d'Ephrem comme moine. Le moine est celui qui a attaché défi­nitivement son cœur à la personne de Dieu, à la per­sonne de Jésus-Christ. Par conséquent la vigilance n'est rien d'autre que le fait de ne faire plus attention à rien qu'à ce moment où le maître pourrait venir. C'est cela que saint Ephrem a vécu à travers des événe­ments parfois difficiles comme la dévastation de son pays par les Perses. Mais il ne s'est pas découragé, il a su que ce n'était pas encore "la venue du Seigneur", il a tout recommencé à quelques centaines de kilomètres de là, à Edesse. Il a refondé une école de théologie, il a recommencé à écrire, il a continué à servir L'Église. Dans tout cela, c'était le mystère de cette consécration qui agissait. Il était vigilant c'est-à-dire qu'il avait le cœur uniquement tourné vers son Seigneur.

Et dans la manière même où il tournait son cœur vers le Seigneur, lui était donnée en même temps la tache et la mission d'être un intendant. Ce trésor qu'il chantait, ce trésor vers lequel son cœur était tourné dans l'attente de la venue du Seigneur, il ne pouvait pas le garder pour lui seul, et c'est pour cela qu'il était diacre, c'est-à-dire serviteur de la communauté chrétienne, serviteur dans la charité. saint Ephrem a passé plusieurs années de sa vie à soigner des malades et des pestiférés. C'est l'autre visage, celui par lequel, même en étant totalement tourné vers le Seigneur, on n'en est pas pour autant distrait de la réalité de la détresse de ses frères ou du besoin et du désir qu'ont ces frères de rencontrer le visage de Dieu.

Chantre, diacre, moine, serviteur de Dieu, serviteur de ses frères, chantre du mystère de Dieu, voilà ce que saint Ephrem a laissé comme témoi­gnage. Plus plénier encore que sa parole est ses hym­nes, c'est lui-même maintenant qui est un des élé­ments du trésor de L'Église. C'est lui-même qui, au­jourd'hui, continue à intercéder pour cette même Eglise, pour que, dans cette Eglise, nous soyons cha­cun à notre tour, des êtres de vigilance qui attendent la venue du Seigneur, des êtres de louange qui célè­brent le trésor du salut qui nous a été donné, et aussi des êtres de service qui, par le service mutuel de la charité, essaient patiemment, malgré nos limites et nos péchés, de construire dans l'Esprit saint et dans la grâce du Christ, cette communion qui déjà s'appelle "le royaume".

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public