AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA CHAIR LIEU DU SALUT

2 Tm 3, 14 - 2 Tm 4, 5 ; Jn 15, 1-8
St Irénée de Lyon - (28 juin 2012)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Lyon

F

rères et sœurs, saint Irénée est une des plus grandes figures de l'histoire de l'Église. Il est un de ces théologiens qui ont proposé une synthèse du salut et il est même le premier à avoir tenté cela puisqu'il était évêque de Lyon à la fin du deuxième siècle. Saint Irénée a eu à faire surtout à la pensée gnostique qui consiste à considérer que le monde est mauvais, que la matière est mauvaise et que par conséquent il faut s'écarter de la matière et devenir de purs esprits, et si la matière est mauvaise, le Créateur est mauvais comme la matière à qui il a donné naissance. C'est donc une défense permanente de la chair que nous trouvons dans l'œuvre de saint Irénée.

Dans un texte fondateur de notre foi, Irénée dit : "Vains ceux qui rejettent l'économie de Dieu qui nient le salut de la chair, méprisent sa régénération déclarant qu'elle n'est pas capable de recevoir l'incorruptibilité. S'il n'y a pas de salut pour la chair, alors le Seigneur non plus ne nous a pas rachetés par son sang. La coupe de l'eucharistie, la communion au sang et le pain que nous rompons n'est pas une communion à son corps car le sang ne peut jaillir que de veines de chair et de substance humaine, c'est pour être vraiment devenu tout cela, que la Verbe de Dieu nous a rachetés par son sang comme le dit l'apôtre : en lui nous avons la rédemption et le pardon des péchés". Oui, pour Irénée, la chair qui doit mourir et ressusciter est étroitement liée à la chair du Christ qui nous est offerte dans l'eucharistie. Si la chair doit ressusciter, alors l'eucharistie est chair du Christ, si l'eucharistie n'est pas chair du Christ alors la matière est peut-être mauvaise et doit être rejetée.

"Si la coupe qui a été mélangée et le pain qui a été confectionné reçoivent la parole de Dieu et deviennent l'eucharistie, si cette eucharistie les fortifient et affermit la substance de notre chair, comment ces gens-là peuvent-ils prétendre que la chair est incapable de recevoir le don de Dieu consistant dans la vie éternelle alors qu'elle est nourrie du corps et du sang du Christ et qu'elle est membre de celui-ci comme l'a dit le bienheureux apôtre : nous sommes les membres de son corps, formés de sa chair et de ses os". C'est donc un ensemble cohérent que nous propose Irénée : d'une part, l'eucharistie qui est le sacrement où le Christ nous donne sa propre chair, son propre sang, et c'est là que se réalise notre salut. Et en même temps, cette chair et ce sang du Christ auquel nous communions transforment notre propre chair et notre propre sang en présence du Christ. De même que quand nous mangeons les aliments deviennent notre chair, de même le corps et le sang du Christ deviennent notre chair.

Cela manifeste aussi l'Incarnation du Christ : "La vérité de tout cela apparaît lorsque le Verbe de Dieu se fit homme, se rendant semblable à l'homme et rendant l'homme semblable à lui". L'Incarnation c'est le moment où le Christ se fait homme comme nous prenant notre ressemblance et ainsi s'unissant à l'humanité tout entière. "Ainsi, par la ressemblance avec le Fils, l'homme devient précieux aux yeux du Père. Dans les temps antérieurs en effet, on disait bien que l'homme avait été fait à l'image de Dieu, mais cela n'apparaissait pas car le Verbe était encore invisible, lui à l'image de qui l'homme avait été fait. C'est d'ailleurs pour ce motif que la ressemblance était facilement perdue. Mais lorsque le Verbe de Dieu se fit chair, il confirma l'un et l'autre. Il fit apparaître l'image dans toute sa vérité en devenant lui-même cela qui était son image, et il devient homme comme l'homme est image du Christ et il rétablit ainsi la ressemblance de façon stable rendant l'homme pleinement semblable au Père invisible par le moyen du Verbe désormais visible".

Oui, le Christ, Dieu s'est rendu humainement visible, il s'est rendu homme visible à nos yeux, et ainsi, nous pouvons réellement faire de notre vie une image de la vie du Christ et réaliser dans notre chair une image de la chair du Christ, nous pouvons nous unir au Christ au plus profond de notre chair et de notre vie corporelle et cette union avec le Christ c'est le lieu du salut qui est tout à la fois de l'âme et du corps. Irénée le répète sans cesse.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public