AU FIL DES HOMELIES

Photos

DU COMMERCE À L'ÉVANGÉLISATION

2 Tm 3, 14 - 2 Tm 4, 5 ; Jn 15, 1-8
St Irénée de Lyon - (28 juin 2013)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Cathédrale de Lyon

F

rères et sœurs, fêter aujourd'hui ce personnage de saint Irénée qui est un véritable monument de la pensée chrétienne et je crois aussi de la pensée humaine, c'est fêter quelqu'un qu'on a totalement oublié, qu'on a conservé dans les bibliothèques spécialisées appelées les "sources chrétiennes", et qu'on ne lit plus à part quelques érudits, les spécialistes de patrologie.

Pourtant, c'est peut-être le plus grand théologien de tous les temps. Je voudrais seulement attirer votre attention sur un point parce que son œuvre est tellement riche qu'on n'imagine pas tout ce qu'on peut en tirer. Cet homme est donc le premier grand théologien. Jusque-là quand vous lisez les récits du Nouveau Testament, un certain nombre de textes primitifs de l'époque, vous vous apercevez que ce sont toujours des petits écrits parcellaires qui sont donnés par une lettre à l'occasion d'une circonstance particulière, à des Églises particulières, ou bien les évangiles eux-mêmes qui sont des petits livrets condensés pour prédicateurs itinérants, livrets qui ont une valeur de source. Mais jusqu'Irénée il manquait quelqu'un qui puisse penser vraiment ce qu'est le christianisme, ce qu'est la foi chrétienne. Cela s'est produit une ou deux fois dans l'histoire de l'Église.

Qui est Irénée ? C'est un homme qui fait le lien entre l'Orient et l'Occident. Il est né à Smyrne un endroit souvent mentionné dans le Nouveau Testament notamment à cause de la présence de communautés formées autour de l'apôtre Jean. Ces communautés ont eu une base de l'évangile extrêmement profonde et sans doute déjà d'une synthèse et d'une vision d'ensemble assez intéressante. Mais à l'époque, les gens de la côte grecque sont des marchands, des commerçants. Ils ont bénéficié de la paix romaine dans les années 150, pour aller exploiter et installer des comptoirs un peu partout dans le pourtour de la Méditerranée et même de commencer à pénétrer dans les terres. Ce qu'on a appelé les gallo-romains n'étaient pas des capitales extraordinaires, Arles ou Lyon à l'époque. Mais ce qui a amené une culture de grand niveau, ce sont les marchands issus de la Grèce et qui véhiculaient avec eux non seulement leur famille, mais aussi des gens qui pour diverses raisons, pouvaient profiter de ces nouvelles implantations. Il est évident que soit à Arles, soit à Lyon, il y avait des communautés parlant grec, il n'y avait pas que du latin ou du gaulois. Parmi les gens qui ont participé à ce mouvement commercial qui remontait le Rhône pour aller s'installer jusqu'à Sion, dans le Valais, il y avait des chrétiens. Ils ont appuyé leur mouvement d'évangélisation sur un mouvement commercial très important qui remontait la vallée du Rhône. Clovis encouragé par Clotilde et saint Rémy que l'on considère comme le fondateur du christianisme en Gaule vient largement plus tard et n'a pas du tout la même ampleur. Ce qu'on fait les premiers chrétiens, les martyrs de Lyon, Blandine, Pothin et Irénée, c'était du christianisme haut de gamme si vous me permettez l'expression.

Il s'est trouvé que cette communauté de Lyon était très vivante. Elle a attiré de ce fait la suspicion de l'autorité romaine qui a abouti à la persécution en 177. Celui qui a succédé à saint Pothin (l'on possède la lettre qui a été envoyée par les chrétiens de Lyon à la communauté de l'Asie Mineure, ce qui montre bien le lien qui existait entre les deux communautés), celui qui a succédé à saint Pothin mort martyr avec Blandine dans l'arène de Lyon, a fondé la première grande communauté chrétienne, avec saint Irénée comme pasteur, comme évêque. Irénée, ayant été formé à Smyrne a été choisi comme évêque et a formé ses chrétiens.

Or, que se passait-il à l'époque ? il y avait une tendance à interpréter le christianisme d'une façon purement intellectuelle. Il n'était pas nécessaire d'avoir des comportements moraux ou d'exigences du point de vue la vie concrète, mais il suffisait de combiner un certain nombre de données, de savoir, qui oscillaient entre la magie, les imaginations sur toutes les hiérarchies célestes et quelques petits bouts d'évangile. Cela a donné la "gnose", la connaissance puisque c'était censé de permettre aux gens par cette seule connaissance, quelle que soit leur attention aux autres, leur charité, et leur mode de vie, c'était la connaissance pure qui sauvait.

Cette gnose s'est répandue avec une vitesse folle durant tout le second siècle et a commencé à faire des ravages à Lyon, précisément au moment où Irénée est devenu évêque. Son travail a donc consisté à dire qu'on ne pouvait pas réduire le christianisme à une sorte de savoir, de connaissance quasi magique, philosophie et un peu n'importe quoi, le christianisme est un mode de vie, un mode de relation avec Dieu, une existence avec Dieu. Irénée a développé cela en l'appelant : l'économie du salut. Pour nous, aujourd'hui, économie est synonyme de mondialisation, mais à cette époque-là, cela correspondait à la manière de gérer sa maison. Quelques petites images étaient déjà apparues dans le Nouveau Testament, et chez saint Justin, mais c'est Irénée qui a eu le génie de dire que la création, le monde entier est la maison de Dieu et Dieu gère la vie des hommes et la vie de l'humanité comme un maître sait gérer sa maison. Son problème n'est pas de diffuser des connaissances, mais c'est de faire qu'il puisse entrer en dialogue personnel comme un maître de maison entre en dialogue personnel avec chacun des membres de sa maison pour lui expliquer sa place, ce qu'il a à faire, ce qu'il ne faut pas faire, comment il faut construire et développer telle entreprise, etc … c'est la première grande saisie et compréhension de l'histoire du monde, de l'histoire de l'humanité comme un dialogue permanent entre Dieu et l'humanité, Dieu apprenant petit à petit à l'homme, au fil d'une histoire, une progression de hauts et de bas, d'échecs et de réussites, à vivre avec Dieu.

C'est un éclairage absolument nouveau sur la compréhension de la révélation. Quand Jésus est venu parmi les hommes, il est venu pour être au milieu des hommes, pour se réjouir parmi les enfants des hommes nous dit le livre de la Sagesse, mais Jésus n'a jamais fait une sorte de cours de théologie, il l'a vécu. La grandeur de saint Irénée, relisant non seulement les évangiles mais tout l'Ancien Testament, il a donné la première grande synthèse à la fois biblique, spirituelle, théologique de ce qu'est l'histoire du monde et l'histoire de l'humanité.

C'est de cela que nous sommes redevables à saint Irénée, s'il n'y avait pas eu des gens comme lui, peut-être que le christianisme aurait eu beaucoup plus de difficultés à trouver sa place spirituelle et intellectuelle qu'il occupera dans le monde ancien. Irénée est un de ceux qui grâce à cela, éclaire le plan de Dieu sur sa maison, sur chacun d'entre nous individuellement et collectivement, montrant que Dieu est capable de mener cette économie de sa maison. Celui qui en a été l'exécuteur, c'est le Christ et la puissance qui unit cette maison c'est l'Esprit Saint. Irénée trace ainsi une immense fresque du devenir de l'humanité dans le mouvement même de la présence de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint qui propose à l'humanité ce but nouveau qui est la communion de l'homme avec Dieu.

Frères et sœurs, quand on célèbre cette eucharistie de saint Irénée, le premier mouvement qui devrait être dans notre cœur, c'est une immense action de grâce parce que Dieu nous a donné un témoignage gigantesque de la profondeur de la pensée chrétienne qui ensuite sera commenté, développé. En même temps, Dieu nous a donné aussi le désir de pouvoir nous approprier cette œuvre et de pouvoir la méditer. C'est une œuvre tout à fait accessible, surtout les trois derniers livres qui sont un véritable chef-d'œuvre sur le commentaire de l'économie de Dieu et la manière dont Dieu nous a sauvé, et la manière dont Dieu ne méprise pas le monde, ne le méconnaît pas mais au contraire l'intègre comme un maître de maison sait intégrer tous les éléments de sa maison pour le meilleur pour tous.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public