AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUE DIT TACITE DES MARTYRS DE ROME ?

Ex 5, 1-5 ; Mt 9, 27-38
Premiser martyrs de Rome - (30 juin 2006)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

F

rères et sœurs, l’histoire des premiers martyrs de Rome vous est relativement bien connue. A la suite du grand incendie de Rome, en 64, le peuple romain cherche des coupables et accuse Néron d’avoir mis le feu à la ville pour récupérer des terrains, afin d’y construire sa demeure, la maison dorée. Et nous dit Tacite : pour anéantir la rumeur, Néron arrête des gens que leurs abominations faisaient détester et que la foule appelait chrétiens. Ensuite, Tacite nous décrit les différents modes d’exécutions des chrétiens, ils ont été jetés aux lions, Néron les a crucifiés sur ces croix en bois pour ensuite y mettre le feu.

Ce qui m’intéresse avec vous frères et sœurs, aujourd’hui, c’est plus précisément la question de cette phrase de Tacite, c’est-à-dire, pourquoi, alors que les gens savaient que ce n’étaient pas les chrétiens qui avaient mis le feu à Rome, pourquoi les Romains ont-ils accepté que les chrétiens se fassent exécuter ? Et Tacite utilise un mot qui est très important : Néron arrête des gens que leurs "abominations" faisaient détester. Qu’est-ce que c’est que ces abominations que faisaient les chrétiens au point d’être détestés par les romains de leur époque ? On le sait les premiers chrétiens ont été accusés d’anthropophagie, bien sûr, puisque vous êtes là pour ça aussi, vous allez boire le sang, et manger le corps, et par conséquent, c’est de l’anthropophagie, comme tout le monde le sait. Ils ont été accusés d’inceste puisqu’ils avaient tendance à se marier entre eux plutôt que d’accepter de se marier avec d’autres peuples. Ils ont été accusés d’être une religion nouvelle, et je vous prie de croire qu’à l’époque tout ce qui est nouveau est très mal vu. Aujourd’hui, si vous voulez vendre quoi que ce soit, vous mettez l’étiquette "nouveau", les gens se l’arracheront, à l’époque des romains, si vous voulez que ça se vende, il faut surtout marquer très, très, très ancien, et là, tout le monde se précipitera !

Et enfin, la raison sur laquelle je vais m’arrêter avec vous ce matin, c’est le refus de la part des chrétiens du culte rendu au dieu de la cité. Effectivement, il est peut-être intéressant de se rappeler que la religion romaine fonctionne en deux parties. Il y a ce qu’on appelle la religion qui est la religion de la cité, qui est un facteur puissant de cohésion et qui permet au système politique de perdurer. Bref, la religion romaine, avant tout, c’est la religion de la cité qui permet aux gens d’une même cité de vivre ensemble. Donc, inutile de vous dire l’importance de ce culte. D’ailleurs dans ce système, ce qui prime, ce qui est le fondement même de la religion romaine, ce n’est pas la recherche de la vérité, mais c’est l’utilité qu’elle procure pour que la cité puisse continuer à vivre. Il n’est pas question de recherche de vérité ou quoique ce soit !

La deuxième partie de la religion romaine, c’est ce qu’on appelle la superstition, dans le bon sens du terme, c’est-à-dire la religion privée que vous avez au cœur de votre famille, au cœur de votre ethnie, au cœur du métier que vous exercez. En soi, les deux religions font bon ménage, à partir du moment où la superstition ne vous interdit pas le culte de la cité. Il faut bien le dire, les chrétiens vont arriver là-dedans, exactement comme des chiens dans un jeu de quilles. Ils vont renverser le fondement de la religion romaine en disant que ce qui prime dans la relation entre Dieu et l’homme, ce n’est pas un vivre ensemble fondé sur une quelconque utilité, mais c’est la recherche de la vérité jusqu’à la mort, jusqu’au martyre. Le martyre, c’est cela, de témoigner jusqu’à mourir pour Dieu, la foi en Jésus-Christ Fils de Dieu ressuscité.Par conséquent, vous voyez, frères et sœurs, nous avons ici une piste très intéressante pour notre monde contemporain. Certes, en France, mais ce n’est pas le cas dans tous les pays, puisqu’il y a encore des pays où les chrétiens sont persécutés et mis à mort, mais dans notre France actuelle, les chrétiens ne sont pas mis à mort. Mais ce que je trouve très intéressant, dans le comportement de ces chrétiens qui est de dire : l’important, c’est la vérité, et que cette vérité vaut plus que l’utilité et la cohésion de la cité romaine. Dans notre monde actuel il faut quand même bien avouer que nos contemporains ont une relation utilitaire vis-à-vis de la religion. Actuellement, pour nos contemporains, la religion ne sert pas de cohésion pour la cité ou pour l’état français, mais la religion sert de cohésion au niveau de l’individu. Si au moins la religion servait de cohésion pour la cité, on pourrait dire que ce n’est déjà pas si mal et que cela permet un certain vivre ensemble. Mais cette cohésion nous la recherchons non plus au niveau de la cité, mais au niveau de notre propre nous, de notre moi. Ce qui fait qu’on n’est plus tellement prêts à mourir pour la vérité. Oui, actuellement, c’est difficile de préjuger comme ça à l’avance, qui serait prêt à mourir pour la vérité ? La religion n’est plus qu’une sorte de moyen pour affirmer ce que nous sommes, à être mieux dans notre corps, à être mieux dans notre esprit.

C’est là justement que les martyrs de Rome nous dérangent. Ils ont raison de nous déranger car ils nous rappellent que la religion ce n’est pas d’abord une recherche de cohésion, d’un mieux être au niveau de la cité, ou au niveau de notre personne, mais que la religion est véritablement le lien qui se tisse entre Dieu et l’homme et qui est fondé sur la vérité. En prêchant sur les martyrs de Rome, et en parlant de cette vérité, je ne peux pas m’empêcher de penser à cette question que Pilate posait à Jésus : "Qu’est-ce que la vérité ?" Et la réponse de Jésus consiste en sa Passion et en sa mort sur la croix.

Frères et sœurs, que ces martyrs de Rome nous incitent à mieux réfléchir sur notre rapport avec Dieu. Est-ce que pour nous, la religion et Dieu, ce n’est qu’un lien parmi d’autres pour nous sentir mieux ? Ou bien est-ce que nous cherchons véritablement la vérité, même si elle nous dérange et même si elle nous fait mal ?

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public