AU FIL DES HOMELIES

Photos

SAINT JOSEPH LE JUSTE

2 S 7, 4-14 a+16 ; Rm 4, 13-22 ; Mt 1, 16+18-25
St Joseph, artisan - (1er mai 1980)
Jeudi de la quatrième semaine du temps pascal
Homélie du Frère Jose FABRE

S

 

aint Joseph, que nous célébrons aujourd'hui, a toujours été appelé, de génération en génération : le Juste. De nos jours encore, en Israël, à Nazareth tout particulièrement il est le Juste. On parle de la maison du Juste, du champ du Juste, du tombeau du Juste.

Lorsqu'on dit que Joseph est le Juste, on n'emploie ce mot au sens où l'on dirait qu'une balance est juste. Joseph n'est pas juste selon la justice humaine, selon les lois. Si Joseph avait été juste selon les lois humaines, c'est alors qu'il aurait répudié Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Mais c'est parce que Joseph est juste, selon la justice de Dieu, qu'au contraire, il l'a accueillie, comprise et protégée.

Dans la Bible, le mot justice veut dire sainteté. Nous l'avons entendu tout à l'heure, à propos d'Abraham, cela lui fut compté à justice, cela lui fut compté pour sa sainteté. Quand on dit que Joseph est un juste, c'est qu'il est rempli de cette justice de cette sainteté de Dieu. Il est rempli de cet amour fou de Dieu, de cet amour démesuré du Seigneur, de cet amour que les paraboles de Jésus sont venues nous faire comprendre, de cet amour qui sait donner aux ouvriers de la dernière heure autant qu'à ceux qui ont travaillé toute la journée. Parce que, par-delà la justice humaine, il y a ce qui la dépasse, l'amour sans mesure. Oui, c'est amour qui anime le cœur de Joseph. C'est parce que Joseph est passionnément amoureux de Dieu qu'il a su comprendre ce que le Seigneur lui demandait, dans cet effort personnel, qu'il a su aller à la rencontre de ce que Dieu lui proposait. C'est parce que Joseph était passionnément amoureux de Marie qu'il a su la comprendre, l'aimer et l'accueillir. Joseph est le Juste, et la justice du Juste, c'est justement la démesure.

Mais si Joseph a su se laisser emplir par la justice de Dieu, c'est parce qu'il était un homme de silence. L'évangile nous le montre, en effet, comme le grand silencieux qui n'a dit qu'un seul mot. Joseph, en effet, ne parle pas, ne dialogue pas avec le Seigneur. Si Marie a dialogué avec l'ange de l'Annonciation, Joseph reçoit les ordres de Dieu en songe, et au matin, avec amour et humilité, les exécute. Il n'a eu à dire qu'un seul mot, mais un mot qui engageait, qui était définitif, qui engageait tellement l'histoire de notre salut. C'est lui qui a donné à Jésus son nom. L'évangile nous le dit: "Tu l'appelleras Jésus, c'est-à-dire Sauveur". Et quelques versets plus loin, il est dit : "Marie mit au monde son fils, auquel Joseph donna le nom de Jésus." Dieu ne lui demandait pas de donner la vie à cet enfant, cet enfant qui possédait lui-même la vie en plénitude. Mais Dieu lui demandait de lui donner un nom, de lui donner une lignée. Et lui, Joseph, fils de David, va faire de Jésus, le fils de David. Il va lui donner toutes les richesses d'Israël et permettre ainsi que s'accomplissent les promesses faites à Abraham et à David.

En cette eucharistie, demandons au Seigneur, par l'intercession de saint Joseph, qu'il fasse de nous, non seulement un cœur de juste, un cœur qui ne compte pas, qui ne mesure pas, qui ne pèse pas, mais qui se donne sans limites, et que nous soyons aussi des hommes de silence, capables de nous laisser envahir par la présence de Dieu.

"Lorsque les outils de travail sont rangés, nous dit Claudel en parlant de saint Joseph, lorsque le travail de la journée est fini, lorsque, du Mont Carmel au Jourdain, Israël s'endort dans la paix et dans la nuit, alors, Joseph, avec un grand soupir, entre dans la conversation de Dieu". C'est pour cela qu'il est le Juste.

 

AMEN

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public