AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ENJEU D'UNE ÉLECTION

Ac 1, 15-26
St Matthias - (14 mai 1990)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


L

a scène des Actes des apôtres est extrêmement intéressante car nous y voyons d'une façon très concrète la naissance de l'Église, plutôt l'Église, en acte ecclésial au moment de son tout premier surgissement. Nous sommes avant la Pentecôte, entre le départ du Christ au jour de l'Ascension et la venue de l'Esprit. L'Église ne s'est pas encore manifestée au-dehors, l'Esprit n'a pas encore visiblement envahi la communauté chrétienne qui est encore dans l'attente. C'est le moment de l'absence, le Christ a quitté ses disciples. Il n'a pas encore envoyé cet autre Lui-même, cet autre Paraclet, ce consolateur que sera l'Esprit. C'est le temps de l'espérance. L'Église est toute tendue vers ce don que Dieu va lui faire. L'Église agit déjà comme Église. Il est extraordinaire de penser que ces disciples réunis autour de Pierre et sur son initiative se sont sentis le pouvoir et même l'autorité pour choisir un remplaçant à Judas, un douzième apôtre puisque Judas avait déchu de sa charge et de la mission que le Christ lui avait confiée. Matthias n'a pas été choisi par Jésus au cours de sa vie terrestre, comme l'ont été Pierre, Jacques ou André. Mais c'est l'Église, au nom du Christ, qui se sent investie de la possibilité de choisir ce douzième apôtre. C'est dire que cette Église encore à l'état presque embryonnaire, cette Église qui n'est pas encore tout à fait sortie du sein maternel, cette Église se sent déjà le Christ, le Christ continué, agissant en son nom et en qualité du Christ, capable de choisir un apôtre, un envoyé du Christ.

       Ce choix de Matthias nous révèle déjà toute la structure de l'Église. Tout d'abord Matthias est choisi "par grâce", tout vient de Dieu. Ce ne sont pas les douze qui élisent un remplaçant à Judas, c'est par le biais du tirage au sort que Dieu manifeste entre Justus et Matthias, quel est celui qui a été choisi par le cœur de Dieu. Ce procédé de choix par Dieu, c'est Pierre avec les apôtres qui en décide les modalités. Mieux encore les candidats ont été choisis par l'Église elle-même. La communauté parmi tous les disciples, a reconnu en Justus et Matthias des candidats possibles à la fonction apostolique. Mieux encore, c'est la prière de l'Église qui demande expressément à Dieu de désigner parmi les deux choisis qui serait l'apôtre. C'est l'Église aussi qui a fixé les conditions de cet apostolat. Il faut qu'il ait été témoin de la vie du Christ depuis son entrée parmi les hommes jusqu'à sa sortie, depuis le baptême de Jean jusqu'à l'Ascension. Il est remarquable que ces conditions, à la fois enracinent cet apôtre dans les fondements mêmes de l'Église, dans l'histoire de Jésus, dans l'incarnation, la présence de Jésus parmi les hommes et en même temps, Matthias est cet homme neuf, qui est d'après le Christ puisque ce n'est pas le Christ qui l'a Lui-même choisi, mais que c'est l'Église, continuation du Christ qui opère ce choix. 

       Donc c'est tout à la fois œuvre de grâce et œuvre de réflexion de l'Église sous l'inspiration de l'Esprit. Cette réflexion se fait sur l'initiative de Pierre qui joue déjà le rôle de chef du collège apostolique, du chef de l'Église, mais non pas un chef qui s'arroge tous les pouvoirs, non pas un chef qui dit : "Je désigne un tel", mais un chef qui demande à la communauté ecclésiale lequel il faut choisir et comment il faut le choisir. Le rôle très précis de Pierre, comme tête de cette communauté ecclésiale est donc ici clairement désigné. Et celui qui est ainsi choisi, Matthias, vient accomplir l'intégrité de cette Église. Cette Église était comme bancale puisqu'il manquait la douzième fondation comme le dit l'Apocalypse qui voit la cité sainte, Jérusalem bâtie sur douze assises qui sont les douze apôtres de l'Agneau. Il manquait le douzième pour que soit complété le nombre, non pas seulement des apôtres, mais le nombre des tribus de l'Israël nouveau. S'il y a douze apôtres, c'est parce qu'il y a douze tribus en Israël et que l'Église étant l'Israël nouveau, il faut donc que se continuent, en elle, ces douze tribus issues des douze patriarches fils de Jacob. 

       Même avant de recevoir l'Esprit, l'Église retrouve son intégrité compromise par le péché de Judas, par la liberté négatrice de l'homme. Dieu ne force pas l'homme, Il respecte ses choix libres. Par l'Église, par la grâce, Il vient annihiler ce que les choix négatifs de l'homme peuvent apporter comme empêchement à la réalisation du dessein de Dieu. L'Église est déjà l'Église du Royaume. Cette Église naissante c'est déjà l'Église dans son achèvement, dans sa plénitude, dans son intensité. Dès maintenant cette Église inaugure ce que sera la béatitude éternelle. Jésus promet à ses apôtres qu'ils siégeront avec Lui dans son Royaume, sur douze trônes, mangeant à sa table, au festin éternel. Par Matthias c'est aussi l'Église en marche car il est choisi pour témoigner de la résurrection du Christ, pour aller aux extrémités du monde répandre la bonne nouvelle de l'évangile par lequel l'humanité tout entière est convoquée au Royaume où elle doit connaître son achèvement dans les bras de l'amour de Dieu. Dès le départ, l'Église est profondément et solidement structurée, appuyée sur le fait que les apôtres "ont vu le Christ", ont vécu avec Lui, rétablie dans son "unité", autour de Pierre, mais avec la participation explicite de tous les membres de la communauté sous la grâce de Dieu, dans l'intégrité qui annonce déjà le Royaume et conduit vers lui, par la mission qui doit aller jusqu'aux extrémités de la terre. 

       Puisque dans l'élection et le choix de Matthias se manifeste de façon si précise, le mystère de l'Église, du don que Dieu nous a fait de son Église, rendons-lui grâces, pour ce don, et sentons-nous plus profondément que jamais, par la foi, membres de cette Église, de l'apostolicité, de la mission, de la grâce de Dieu, de l'enracinement de cette Église dans le mystère du Christ. 

       AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public