AU FIL DES HOMELIES

Photos

 FILIATION DAVIDIQUE

2 S 7, 4-14 a +16 ; Rm 4, 13-22 ; Mt 1,16+18-25
St Joseph - (19 mars 2010)
Vendredi de la quatrième semaine de carême
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Arles : l'Annonciation à Joseph

 

F

rères et sœurs, vous le savez, l'histoire des saints est souvent sujette aux fluctuations de la sensibilité d'une société, d'une culture, d'une époque. Je crois que saint Joseph de ce point de vue-là est un excellent exemple. C'est surtout à partir de la fin du seizième et du début du dix-septième siècle que l'on a exalté saint Joseph comme le modèle du père de famille. C'est le début de la dévotion à Lorette qui est un peu la revalorisation de la pastorale familiale après le Concile de Trente, c'est la constitution de cette sainte famille avec Joseph, Marie et l'Enfant. Puis au fil des siècles s'accumulent un certain nombre d'autres valeurs notamment celle du travail parce que Joseph est le "père nourricier", donc à cette époque-là la seule manière honnête de nourrir ses enfants c'est de travailler. Saint Joseph se voit pourvu d'un rabot, d'une varlope, de tous les instruments de l'établi, de l'échoppe du menuisier, du charpentier.

On peut dire que Joseph est une sorte de reflet de la culture du temps. On ne prête qu'aux riches, et l'on prête à celui qui est le père attitré de Jésus toutes les qualités que devraient avoir les hommes, pères de famille, responsables, travailleurs, soucieux d'être fidèles à leur épouse, protecteurs, et toutes les qualités que l'on peut imaginer. Pourtant, il faut bien reconnaître qu'au bout, lorsqu'on a valorisé à l'époque évangélique, la reconnaissance de Joseph, ce n'étaient pas tellement les vertus familiales qui étaient en cause. Il y avait un problème fondamental : quand quelqu'un a une fonction, une mission, cette mission surtout quand elle est importante, se transmet par le père, par l'homme de la famille, même si l'enfant n'est pas l'enfant de ce père. Une réalité comme la royauté davidique ne se transmet pas par les femmes, mais elle se transmet par les hommes.

C'est la raison fondamentale pour laquelle aujourd'hui, fête de saint Joseph, nous écoutons la généalogie des ancêtres de Jésus, qui aboutit précisément à Joseph comme celui qui est l'héritier de David, et c'est pour cela qu'à la fin de ce récit de la généalogie, l'ange apparaît pour rappeler à Joseph qu'il est l'héritier de toute cette descendance davidique, et que par conséquent, il est le seul habilité à transmettre cette identité de fils de David à celui qui va naître de Marie mystérieusement. Contre toutes nos représentations qui associent la transmission du pouvoir à la dynastie selon la chair, ici, les deux réalités ne sont pas nécessairement associées.

A partir du moment où Joseph dans l'acte même d'accueillir Marie, sa femme, chez lui dans sa maison, à partir du moment où il pose cet acte, Jésus devient Messie, roi d'Israël, Fils de David, héritier de la promesse faite à David. Certains théologiens ont essayé de montrer que Marie était aussi de la famille de David, mais en réalité on n'en sait rien puisqu'il n'y a aucune attestation. Ce qui est certain, c'est que pour Matthieu, c'est l'identité de Joseph même comme fils de David qui transmet la dignité messianique à Jésus.

C'est vous dire que dans la tradition théologique, quand on veut désigner Jésus comme homme, participant de notre humanité, c'est le registre de la vierge Marie qui est évoqué. Le Verbe de Dieu s'est fait chair dans le sein de la vierge Marie. Mais lorsqu'on veut parler de sa mission, de sa destinée messianique, c'est par Joseph qu'il la reçoit. C'est pour cela que ce qui fait la force de ce qu'on a appelé la "sainte famille", ce n'est pas le fait d'être un modèle des vertus familiales, d'abord parce que cela ne correspond pas tout à fait, il faut bien le reconnaître, mais c'est le fait que l'un comme l'autre, Marie à travers sa chair, et Joseph à travers sa dignité de fils de David, les deux transmettent à Jésus ce qui est nécessaire pour qu'il assume son rôle. Par l'humanité qu'il a reçue de Marie il est solidaire de tous les hommes, et par la messianité davidique qu'il a reçue de Joseph il est celui qui va exercer la fonction de sauveur de toute l'humanité. C'est dire la grandeur et l'importance du personnage de Joseph puisqu'il est l'articulation entre l'ancien monde, la dynastie davidique, l'histoire d'Israël, et le monde nouveau, celui du Verbe fait chair dans le sein de la vierge Marie, mais qui, héritant de toutes les richesses de la promesse et de l'histoire du peuple de Dieu, maintenant il l'accomplit en tant que Messie et Fils de David et c'est cela que nous proclamons aujourd'hui dans la foi.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public