AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA FOI DE JOSEPH

2 S 7, 4-14 a +16 ; Rm 4, 13-22 ; Mt 1,16+18-25
St Joseph - (19 mars 2009)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Reims : Saint Joseph

F

rères et sœurs, nous avons dans l'esprit un certain nombre de clichés concernant saint Joseph, en particulier, et la Vierge Marie aussi, qui ne sont pas fondés dans l'Écriture qui ne nous les révèlent pas, mais qui remontent à une forme de littérature des premiers siècles que l'on appelle les "évangiles apocryphes". Ce sont des évangiles qui ne sont pas des récits de la vie authentique du Seigneur Jésus, mais qui nous rapportent un certain nombre de légendes qui ont pour but de combler les trous de la révélation. On ne dit pas grand-chose dans l'évangile sur la vie et l'enfance de Jésus, et l'on comprend que la piété populaire éprouvait le besoin d'en savoir davantage qui et à inventer ce qui n'y était pas.

En effet, on représente habituellement saint Joseph comme un homme d'âge mûr, si pas un vieillard. Cela permet de comprendre sans difficulté que Joseph a été le protecteur de Marie, un père plus qu'un époux. Cela a permis aussi dans ces légendes, de dire que Joseph avait été marié auparavant, qu'il était père d'un certain nombre d'enfants qui se trouvaient par le fait même être les demi-frères de Jésus. Cela permettait d'éliminer la difficulté de certains passages de l'évangile où l'on nous parle des "frères" de Jésus.

Tout cela n'a pas de fondement. Rien ne nous permet de dire que Joseph était âgé, rien ne nous permet de dire que Joseph avait déjà été marié, rien ne nous permet de dire que Joseph avait déjà eu des enfants. La réalité telle qu'elle nous est offerte par l'Écriture est beaucoup plus simple et en même temps, beaucoup plus extraordinaire.

Joseph était vraisemblablement un jeune homme comme Marie était une jeune fille, et ils avaient projeté comme beaucoup de jeunes gens de se marier, de fonder un foyer, d'avoir des enfants, de rendre gloire à Dieu par leur amour. Marie en effet (là aussi c'est une légende), n'avait jamais fait de vœu de chasteté ce qui est tout à fait invraisemblable à cette époque, car cela ne faisait pas partie de la piété juive le moins du monde. Marie, si elle épousait Joseph, c'était vraiment pour avoir des enfants, et non pas pour réaliser je ne sais quel vœu de chasteté qu'elle aurait émis et qui est à l'origine de la fête de la Présentation de Marie au temple, elle aussi fondée uniquement sur des légendes, comme si toute jeune elle avait déjà été consacrée au service de Dieu. Non, Marie et Joseph étaient des fiancés comme il y en a, voulant vivre de cet amour qui est né entre eux et qui est une des grandes richesses de la vie humaine.

La première étape du mariage avait déjà été conclue. Il faut savoir que dans le monde juif comme dans la plupart des mondes anciens, le mariage était précédé de ce qu'on appelle de façon un peu impropre des fiançailles, un accord entre les familles des futurs conjoints pour que la jeune fille soit transférée de l'autorité de son père à celle de son mari, c'est ce qu'on appelle les fiançailles. Juridiquement, c'est la conclusion ferme et claire du mariage, mais cela n'impliquait pas la vie commune, il y avait un délai entre ce moment de la décision juridique et la réalisation. C'était la situation dans laquelle se trouvaient Joseph et Marie, et cela n'a rien d'extraordinaire, c'était le cas de tous les couples qui se mariaient.

C'est à ce moment-là que se produit cet événement, inouï, inimaginable et inimaginée, que ni Marie ni Joseph n'avaient pu penser par avance, cette venue de l'envoyé de Dieu, l'ange Gabriel qui annonce à Marie qu'elle va être la mère d'une enfant sans connaître d'homme, et que cet enfant, par-dessus le marché, serait le Fils même de Dieu. Je ne crois pas que Marie a pu comprendre la portée inouïe de ce qu'elle recevait, mais elle a compris que c'était une volonté de Dieu qui l'emportait bien au-delà de ses projets. Marie donc, devient Mère du Fils de Dieu. Cela balaie tous ses projets et ceux de Joseph, il n'est plus question maintenant de relations conjugales entre eux puisqu'elle est la mère de Dieu. Il n'est plus question de fonder un foyer et d'avoir des enfants, il est question maintenant simplement de concentrer toute leur vie d'amour, car rien ne nous permet de dire que Marie et Joseph ont renoncé à s'aimer d'un amour conjugal, tout cela va désormais être concentré sur la personne du Fils de Dieu qui a fait irruption, dans leurs projets. C'était quelque chose de parfaitement inouï, d'imprévisible et d'imprévu. Cela a demandé à Marie un acte de foi incroyable que de pouvoir dire : "Je suis la servante du Seigneur", j'accepte le projet de Dieu, j'accepte cette chose incompréhensible et inimaginable d'être la mère du Fils de Dieu.

Mais il faut comprendre que Joseph a lui aussi dû faire un acte de foi au moins aussi grand que celui de Marie, car c'était en quelque sorte un acte de foi qui n'était pas le mystère même de sa vie mais le mystère de la vie de son épouse, de celle qu'il aimait. C'est d'une manière indirecte que Joseph se trouvait engagé dans cette maternité de Marie, dans cette maternité du Fils du Père éternel. Joseph a accepté de ne jamais "connaître" au sens biblique du terme, celle qu'il aimait. Il a accepté de vivre auprès d'elle dans le respect, dans l'absolue contemplation du mystère qui se réalisait en elle. Il a accepté d'être le protecteur de Marie, de son mystère et de cet enfant qu'elle porte en elle. Il a accepté de réviser entièrement toute sa vie en fonction de ce mystère.

Je crois que c'est cette foi de Joseph, cette foi si profonde, si totale qui n'a pas de preuve, qui n'a pas de justification rationnelle, c'est cette foi totale de Joseph qui nous est proposée aujourd'hui. Nous aussi nous sommes pris dans un mystère, le mystère même de la venue de Dieu en chair humaine pour nous sauver. Nous sommes pris dans ce mystère, et laissons-nous emporter, même pour quelque chose qui et au-delà de ce que nous pouvons imaginer.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public