AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'URGENCE DE L'ANNONCE DU ROYAUME

Ep 1, 3-10 ; Lc 10, 1-9
St Trophime - (28 novembre 1981)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

 

Arles : Cathédrale Saint Trophime 


 

N

ous venons d'entendre l'envoi en mission des soixante-douze disciples qui a commencé dans les premiers temps de l'Église et qui ne cesse pas aujourd'hui de se répandre à travers toute la terre. C'est pourquoi ces paroles s'appliquent très bien à la mission de saint Trophime en Arles comme à la mission de tous ceux qui évangélisent le monde. Dans ce texte je voudrais souligner trois traits au sujet de cette mission des soixante-douze disciples. 

La moisson n'appartient pas aux disciples qui sont envoyés. Elle appartient à Dieu. Il est le maître de la moisson. Aussi bien n'envoie-t-il pas ses disciples pour faire pousser la moisson, car elle est déjà abondante. Le rôle des envoyés de Dieu est simplement de permettre à cette moisson qui déjà a germé dans le cœur des hommes, d'être rassemblée dans les greniers de Dieu, c'est-à-dire de trouver l'aboutissement de cette œuvre de la grâce dans leur cœur. Ce n'est pas nous qui convertissons nos frères. Nous n'avons pas le pouvoir de changer le cœur de ceux à qui nous sommes envoyés. Nous pouvons seulement récolter ce que la grâce de Dieu a opéré. Le Seigneur dit aux disciples qu'il les envoie "en avant de Lui" partout où Il doit Lui-même venir. Et ce qui est décisif, c'est la venue du Seigneur, c'est le moment où le Christ Lui-même rencontre face à face, ceux dans le cœur de qui Il a déjà fait germer la foi par sa grâce. Les disciples sont seulement comme ses précurseurs qui préparent sa route, qui lui préparent un peuple. 

Les disciples sont aussi des envoyés pour la paix. "En quelque maison que vous entriez, dites d'abord  : Paix à cette maison. Et s'il y a là un fils de la paix, votre paix reposera sur lui." Les disciples sont envoyés pour la paix, mais non pas n'importe quelle paix. Non pas celle que donne le monde, mais la paix que Dieu seul peut donner, cette paix profonde, cette paix du cœur qui est pour ceux qui ne connaissent pax encore le Christ la découverte à leurs yeux émerveillés de l'accomplissement profond de tout ce qu'ils portaient comme désir réel. Cette paix a pour conséquence immédiate que les envoyés sont comme des agneaux au milieu des loups. Parce que le monde n'est pas un monde de paix, mais un monde de guerre, un monde qui se déchire, un monde dans lequel l'égoïsme et l'orgueil luttent sans cesse, ceux qui viennent annoncer la paix avec, en quelque sorte, les mains nues, ne peuvent qu'être des agneaux dévorés par les loups. Il est normal que celui qui est envoyé par le Christ dans le monde soit d'une certaine manière dévoré, c'est-à-dire qu'Il soit refusé, rejeté, méprisé, éventuellement offert en sacrifice. 

Enfin, ce qui explique plusieurs détails de cet évangile, c'est l'urgence de la mission. Quand le Christ dit : "N'emportez pas de bourse, pas de besace, pas de sandales", nous pourrions penser qu'il s'agit d'abord d'un conseil de pauvreté. Certes le vœu de pauvreté des ordres religieux est fondé sur cette parole. Pourtant la première raison qui justifie ce conseil du Christ, c'est que ces envoyés doivent marcher à la hâte, qu'ils ne soient pas en quelque sorte retardés, alourdis par les biens matériels qu'ils traîneraient avec eux. C'est ce qui nous fait comprendre pourquoi Jésus dit : "Ne saluez personne en chemin" ce qui nous semble pour le moins un peu curieux, car c'est manquer aux règles les plus élémentaires de la politesse. Il ne s'agit pas de cela. Ils sont pressés, parce qu'il y a urgence. Ils doivent aller en toute hâte. C'est pourquoi aussi Jésus dit : "Ne passez pas de maison en maison". Ce n'est pas le temps d'aller rendre des visites. Vous n'êtes pas là pour faire des mondanités, pour vous installer. La dernière parole nous révèle la raison de leur présence. La mission est d'annoncer : "Le Royaume de Dieu est tout proche." Oui le Royaume est beaucoup plus près que nous ne le croyons. Il est déjà là dans notre cœur. 

Ce n'est pas un évènement à venir ou lointain, dans un futur plus ou moins vague. Le Royaume de Dieu est là maintenant et c'est cela que les disciples ont à annoncer et c'est pour cela qu'ils doivent se hâter.

Tout cela c'est aussi notre rôle. Nous devons être les hommes de la paix de Dieu, au milieu d'un monde de guerre. Nous devons être humblement ceux qui marchent au-devant du Christ, simplement pour lui préparer son chemin, sans nous imaginer que nous pouvons faire quoi que ce soit car Lui seul par sa grâce peut toucher le cœur des hommes. Mais ce que nous devons dire à nos frères qui nous entourent et le leur dire inlassablement et avec urgence car cela ne souffre pas de délai : L'amour de Dieu est là. Le Royaume de Dieu est déjà tout proche. Il frappe à notre porte. Il est déjà présent dans notre cœur. 

Que Saint Trophime et tous ceux qui ont annoncé ce message du Christ dans notre pays, tous ceux qui nous l'ont transmis nous aident à être, à notre tour, des évangélistes, des envoyés du Christ en toute hâte, car il y a urgence. 

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public