AU FIL DES HOMELIES

Photos

HERITIERS DE LA PAROLE DU CHRIST

2 Tm 1, 13-14+ 2 Tm 2, 1-3+ 2 Tm 4, 19-22 ; Lc 10, 1-9
St Trophime - (28 novembre 2003)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


F

rères et sœurs, la tradition considère saint Trophime comme le premier évêque d'Arles, comme le fondateur de cette ville épiscopale. Nous ne savons rien de saint Trophime, et toujours la tradition l'a identifié à un personnage du même nom que nous trouvons dans le Nouveau Testament, vous venez de l'entendre dans la deuxième lettre de Paul à Timothée. Quand il salue son correspondant Timothée, il lui recommande aussi de saluer de sa part les disciples qui se trouvent avec lui, Prisca et Aquilas que l'on connaît par ailleurs, et il dit qu'il a laissé Trophime malade à Milet. On retrouve ce même personnage dans les Actes des apôtres, où l'on nous dit que Paul avait pour compagnon Sopatros, Gaïus, Timothée ainsi que les asiates Tychique et Trophime. D'autre part l'évangile que nous venons d'entendre, suggère que ce Trophime disciple de saint Paul, faisait peut-être partie des soixante-douze disciples que Jésus a adjoint aux douze apôtres et qui participent à leur mission d'évangélisation, vous venez de l'entendre, ils doivent aller guérir les malades, et surtout annoncer que le Royaume de Dieu est tout proche.

       Quoiqu'il en soit de la réalité historique de cette identification du Trophime d'Arles avec celui des Actes des apôtres et de l'épître à Timothée, je crois qu'il y a là quelque chose d'important que cette tradition a essayé de nous dire. Ce que cela signifie, c'est que l'évangélisation ici, d'Arles, et c'est vrai aussi pour beaucoup d'autres villes, cette évangélisation s'enracine dans le Nouveau Testament, et à travers les apôtres et les premiers disciples s'enracinent dans l'enseignement même de Jésus. Ce qui nous a été transmis par ceux qui sont à l'origine de l'évangélisation de nos communautés chrétiennes, ce qui nous a été transmis, c'est la Parole même de Jésus. C'est quelque chose d'analogue que les traditions provençales ont voulu dire en considérant que Lazare, le ressuscité, celui qui était le frère de Marthe et de Marie, a été le premier évêque de Marseille, en disant que sainte Marthe a évangélisé Tarascon, que sainte Marie-Madeleine est venu à la Sainte Baume et beaucoup d'autres aussi, saint Maximin, le premier évêque lui aussi d'après la tradition d'Aix, serait un des personnages de l'évangile. On dit que saint Maximin c'était, je crois le jeune homme qui avait les poissons et les pains au moment de la multiplication des pains.

       Quoiqu'il en soit, que cela ait un fondement historique ou pas, et nous n'en saurons jamais rien, ce que cela veut dire, c'est qu'il y a continuité directe entre la parole de Jésus telle que l'ont entendue les apôtres, et ces soixante-douze disciples dont nous parle l'évangile, cette parole de Jésus est en continuité avec ce qu'ont prêché les apôtres, ce qu'ont prêché les disciples, ce qu'ont prêché les successeurs de ces apôtres; ce qu'ont prêché saint Trophime, saint Maximin et les autres dans toutes les villes, non seulement de la Provence, mais du monde entier.

       Il y a une sorte de fil rouge qui conduit directement du Verbe de Dieu, de Jésus Parole du Père, jusqu'à cette parole qui de génération en génération, a animé toutes les communautés chrétiennes dont nous vivons encore aujourd'hui. Nous ne sommes pas issus de quelque révélation supplémentaire qui se serait produite à un moment ou à un autre, nous ne sommes pas comme les Mormons, des disciples qui auraient été illuminés à un moment donné par l'Esprit Saint en direct, nous sommes les disciples d'une tradition, d'une transmission. Il y a une parole qui a retenti de la bouche de Jésus à l'oreille de ses auditeurs, et que ces auditeurs ont à leur tour transmise, et cette parole, par toutes sortes de chemins est venu jusqu'à nous et notre foi s'enracine dans cette parole.  Nous ne sommes pas les disciples d'une révélation qui se serait passée à un moment ou à un autre, nous sommes les disciples de Jésus-Christ. C'est cela même que Jésus-Christ est venu nous annoncer, à savoir que le Royaume de Dieu est tout proche dont nous vivons encore aujourd'hui, du moins nous sommes vraiment les disciples de cette tradition.

       Etre chrétien aujourd'hui à Aix comme à Arles, c'est entendre dans notre cœur résonner cette parole qui vient directement de Jésus, cette parole qui nous dit : le Royaume de Dieu est tout proche. Nous ne nous en rendons pas compte, nous vivons au jour le jour, nous sommes remplis de soucis, d'événements, de problèmes, mais l'essentiel de notre vie si nous sommes chrétiens, c'est que le Royaume de Dieu est proche de nous, et il ne cesse de s'approcher de nous. Malgré les apparences de ces événements qui nous tiraillent ici ou là, à droite ou à gauche, le fond de notre vie, c'est cela, c'est que Jésus s'approche, Jésus se fait proche. Dieu en Jésus s'est fait proche, et il ne cesse de se faire de plus en plus proche de nous. Tout le sens de ce que nous vivons, c'est le désir de cette rencontre avec un Dieu qui se fait proche. Dans beaucoup de religions, les dieux sont des personnages lointains, transcendants, peut-être terrifiants dans certains cas, bienveillants dans d'autres, mais ce sont des personnages qui habitent un autre monde. Ce qui fait notre foi chrétienne, c'est que Dieu n'est pas un personnage lointain, Dieu est quelqu'un qui se fait proche, qui s'est fait proche de nous, et Il s'est fait tellement proche, Il avait tellement le désir d'être à nos côtés, qu'Il est devenu homme comme nous, Il a partagé notre condition humaine, Il est né sur la terre, nous le célébrerons dans quelques semaines à Noël. Il a grandi parmi nous, Il a parlé parmi nous, Il s'est fait notre ami : "Je vous appelle mes amis, je ne vous appelle plus serviteurs mais amis". Je ne surplombe pas de haut votre vie, j'y rentre, j'y participe, je la fais mienne, je veux être à tout instant, dans toutes les circonstances à côté de vous pour donner un sens nouveau à tout ce que vous vivez.

      Frères et sœurs, laissons-nous approcher par Dieu, acceptons d'ouvrir notre cœur à cette venue, ouvrons-nous à cette présence et que tout ce que nous vivons, les choses les plus ordinaires et les plus quotidiennes, soient transfigurées par cette proximité de Dieu, par cette présence de Dieu qui donne son sens ultime le plus profond, le plus vrai à toute notre vie.

       AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public