AU FIL DES HOMELIES

Photos

ENVOYÉ À LA MOISSON

Ep 1, 3-10 ; Lc 10, 1-9
St Trophime - (28 novembre 1983)
Lundi de la première semaine d'Avent
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


Abondance de blé

N

 

ous lisons pour la fête de saint Trophime ce passage de l'évangile qui nous paraît connu. On le lit pour tous ceux qui ont accompli une tâche apostolique importante. Je crois qu'il est intéressant de nous attarder quelques instants sur le sens que Luc veut manifester dans ce passage.

En effet, c'est extrêmement remarquable, saint Luc est le seul des évangélistes à distinguer soigneusement d'une part l'envoi des disciples en mission qu'il raconte au début du chapitre précédent et ensuite cet envoi de soixante-douze autres disciples. Il y a donc deux envois. Le Christ, qui est l'Envoyé du Père, envoie deux générations de disciples. Je pense que c'est cela que Luc veut nous dire. Il y a d'abord la génération des disciples qui sont les apôtres, les colonnes de la foi. Tout repose sur eux, et quand le Christ les envoie, Il les envoie dépouillés de tout. Dans l'envoi des douze apôtres le Seigneur leur donne pleins pouvoirs, mais surtout Il leur dit de ne rien emporter. Les apôtres ce sont ceux qui n'avaient rien d'autre dans le cœur que la Parole de Dieu. Ils ont été assimilés, d'une manière tout à fait spéciale, au mystère du Verbe et de la Parole de Dieu. C'est pourquoi, c'est aux apôtres essentiellement que l'on applique cette parole du psaume 18 : "Leur parole a retenti jusqu'aux extrémités de la terre." Le rôle des apôtres c'est d'avoir participé, d'une manière unique, à la Parole de Dieu. Ils en sont pour ainsi dire les hauts parleurs, les résonateurs. Ils font corps avec la Parole de Dieu d'une manière tout à fait unique et spéciale, à tel point qu'ils n'ont besoin de rien d'autre pour partir.

Je ne sais pas si, lorsque Luc rédigeait son évangile, il pensait en parlant de l'envoi des soixante-douze autres disciples que le Seigneur a envoyés sur les chemins pour le précéder, s'il ne pensait pas, au fond, à cette deuxième génération des autres disciples qui sont partis parce que "la moisson était abondante". Lorsque le Seigneur envoie les soixante-douze, la motivation qu'il leur donne pour expliquer qu'Il en envoie d'autres encore, c'est que "la moisson est abondante". En réalité ils sont eux-mêmes enracinés dans le premier envoi, ils sont eux-mêmes enracinés dans la parole des apôtres, mais le Seigneur les multiplie, comme un autre jour Il avait multiplié les pains, à cause de l'abondance même de la moisson. Et c'est cela, si je puis dire, le miracle de l'envoi. C'est le miracle de l'apostolicité de l'Église. C'est que Dieu ne cesse de multiplier les apôtres, ne cesse de multiplier ceux qui proclament la Parole de Dieu. Et il y a sûrement dans le mystère de l'Église un mystère de multiplication de la Parole comme il y a eu celui de la multiplication des pains.

Et saint Trophime qui est un apôtre de la seconde génération est sûrement l'un de ceux-là. Il fait partie de cette génération qui a été envoyée parce que "la moisson est abondante". Et ce que je trouve très beau c'est qu'à ces soixante-douze disciples le Seigneur ne donne pratiquement qu'une seule recommandation. Aux apôtres eux-mêmes Il n'a pas besoin de donner de recommandation parce qu'ils sont associés à son Verbe, à sa Parole. Tout ce qu'ils diront c'est la Parole même de Dieu. Mais ceux de la seconde génération ont une mission plus spéciale que le Christ leur confie : c'est d'annoncer la paix. "Vous direz : Paix à cette maison, et s'il s'y trouve un fils de la paix, votre paix ira reposer sur lui." Les successeurs des apôtres ce sont précisément ceux qui ont pour mission d'annoncer la paix, et si nous fêtons saint Trophime aujourd'hui c'est pour cette unique raison. C'est parce que, dans cette terre de Provence, il a fait advenir la paix de Dieu sur nos maisons, sur notre pays, sur notre communauté chrétienne et sur la communauté humaine dans laquelle nous vivons. Le sens même de l'annonce de l'évangile c'est d'amener la paix, à la fois dans le cœur de chacun d'entre nous, dans la mesure où nous accueillons cette parole, c'est-à-dire où nous sommes des "fils de paix" et en même temps d'amener la paix dans ce monde, dans ce pays où nous vivons, dans cette société dans laquelle nous nous mouvons. Bien entendu, il ne s'agit pas de cette paix des cimetières qui consiste à ce que chacun vit à côté de son voisin sans s'intéresser à lui et à ce qu'il fait. Mais il s'agit de cette véritable paix qui est la paix de Dieu, le fait que nous pouvons vivre aujourd'hui parce que saint Trophime a été le messager de cette paix. Nous pouvons vivre en paix les uns avec les autres, parce que c'est le Christ qui est notre paix. Qu'Il répande en abondance cette paix qu'Il veut donner à tous les hommes. Et si nous avons déjà cette paix dans le cœur, que le Seigneur la fasse fructifier en paix et en concorde avec tous nos frères.

 

AMEN


 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public