AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE ROYAUME EST TOUT PROCHE

Ep 1, 3-10 ; Lc 10, 1-9
St Trophime - (28 novembre 1984)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

E

 

n Provence, c'est bien connu, on n'accepte pas d'être servi simplement avec des restes. On veut toujours des choses bien fraîches ou de première main. Il en va de même pour l'évangile. C'est pour cela que l'évangile nous a été servi en premier. Les Saintes Maries ont débarqué en Camargue, Lazare est devenu évêque de Marseille, Maximim était évêque ici, donc nous avons des documents absolument authentiques : c'est un évangile servi par des témoins ou des auteurs compétents que nous avons.

Evidemment, on aurait bien voulu, en ce qui concerne l'évangile officiellement proclamé, avoir quelques apôtres. Et dans la foulée on aurait peut-être pu dire que c'était saint Pierre ou saint Paul qui étaient venus nous annoncer l'évangile ici en Provence, qu'ils avaient fait un tout petit détour avant d'arriver à Rome. Mais on a dû sentir que, dans le nord de la France, on n'aurait pas pris la chose au sérieux et l'on aurait dit que nous avions exagéré. D'ailleurs dans le Nord, on ne comprend pas, on aurait taxé cela immédiatement d'histoire marseillaise. Mais on ne comprend pas que, même à Marseille, on ne dit jamais de mensonge, on dit la vérité avec intensité.

Et bien je crois que c'est vrai qu'en fêtant saint Trophime, disciple de saint Paul, disciple immédiat, je crois que nous disons la vérité avec intensité, car nous disons effectivement que l'évangile est toujours servi de première main. L'évangile, même s'il vient par des intermédiaires historiques, est toujours servi de première main. A la limite, on n'exagère peut-être pas en disant que c'est le Christ Lui-même qui est venu nous annoncer l'évangile en Provence, car, au fond, toute terre qui est évangélisée, tout pays qui reçoit la Parole de Dieu, la reçoit évidemment des disciples du Seigneur, par les disciples du Seigneur, mais en réalité la reçoit toujours du Seigneur Lui-même. C'est pourquoi dans l'évangile que nous avons entendu tout à l'heure et qui est fort bien choisi, les disciples, quand ils sont envoyés deux par deux au-devant du Seigneur, n'ont qu'une chose à dire : "Le Royaume de Dieu est proche!" Or le Royaume de Dieu, c'est le Christ Lui-même. Si cette terre a été évangélisée par saint Trophime et quelques autres, nous ne le saurons jamais exactement. Mais ce que nous savons, c'est que cette terre a reçu la proximité du Royaume. Nous savons qu'en réalité c'est le Christ vivant qui nous a été annoncé, c'est le dessein du Christ en plénitude qui nous a été proposé. C'est pour cela qu'en célébrant saint Trophime nous célébrons le cœur même de notre foi. L'évangile, c'est le Christ Lui-même proposé, vécu, partagé dans cette terre, dans cette ville d'Arles, dans cette ville d'Aix-en-Provence. C'est cela notre foi, c'est pour cela qu'on disait que saint Trophime était venu lui-même.

La plupart du temps nous imaginons l'évangile comme quelque chose de lointain. La multiplicité des témoins qui ont dû s'enchaîner les uns aux autres pour nous apporter cette vérité de l'évangile nous fait imaginer que l'évangile nous vient de trop loin et que nous ne sommes plus en contact direct, immédiat avec la vivacité même de la Parole de Dieu Mais il n'en est rien. L'évangile nous est proposé dans la proximité même du Christ, dans l'immédiateté du Royaume. Et aujourd'hui encore c'est le Christ avec saint Trophime, avec les Saintes Maries de la Mer qui nous propose encore l'évangile. Il est aussi neuf aujourd'hui qu'au début de l'Église. C'est sans doute pour raviver cette foi-là, cette foi qui ne s'éteint jamais, cette foi qui doit toujours avoir la force et la vivacité du premier témoignage, que nous célébrons aujourd'hui ce disciple de Paul. C'est encore plus pour notre conversion, pour émerveiller nos yeux devant la vérité de l'évangile que pour attester une sorte de continuité historique qui nous échappera toujours un petit peu. C'est pour nous remettre devant la vivacité et la force de la Parole de Dieu qui nous touche dans la puissance même de l'évangile que nous célébrons ce premier dispensateur de l'évangile qui l'avait reçu auprès de saint Paul.

Que ce soit pour nous l'occasion de laisser renouveler nos regards par la proximité du Royaume de Dieu. Que saint Trophime nous remette devant la nouveauté radicale de l'évangile. Que cet évangile ne soit pas simplement un souvenir ou même un livre que l'on feuillette, mais que ce soit la présence vivante du Christ ressuscité et de son Royaume qui nous soit proclamé aujourd'hui, à nous chrétiens, héritiers de la foi de nos pères.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public