AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ENJEU DE LA CROIX

Ep 2, 12-22 ; Jn 14, 22-26 + Jn 15, 17-27
SS. Simon et Jude - (28 octobre 1992)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

L

es textes de cette fête des apôtres saint Simon et saint Jude nous parlent du cœur de la mis­sion apostolique. Ils tournent autour d'un dou­ble thème, celui du monde et celui de l'Esprit. Et ce thème du monde, à son tour est pris par deux biais en quelque sorte opposés, d'une part la haine du monde, j'entends la haine du monde pour les disciples, les apôtres, et d'autre part l'évangélisation du monde.

Dès le début de cette page d'évangile, la question de l'apôtre Jude, la seule manifestation que nous ayons à son sujet dans tout l'évangile, c'est : "Pourquoi Te manifestes-tu à nous et non pas au monde ?" C'est donc bien de la révélation du mystère de Dieu, du mystère du Christ au monde, c'est bien de l'évangélisation qu'il est question et qui est le souci de Jude. Et à la fin de ce passage d'évangile, nous enten­drons Jésus dire : "L'Esprit sera mon témoin et vous aussi vous témoignerez parce que vous êtes avec Moi depuis le commencement." Le témoignage des apôtres qui est le même que le témoignage de l'Esprit parce qu'ils sont animés de l'intérieur, parce que, précisé­ment, grâce à l'Esprit, le mystère de Dieu leur est ma­nifesté, cette manifestation que donne l'Esprit est celle de Dieu au cœur des apôtres et elle leur est donnée afin que, à leur tour, ils manifestent ce mystère au monde.

Mais le monde, du moins dans un premier temps, ne reçoit pas cette manifestation. C'est le mystère de la haine du monde, parce que le monde ne se reconnaît pas dans les disciples parce qu'ils ne sont pas du monde et ne vivent pas, ne pensent pas, n'agis­sent pas selon les critères du monde. Et le monde, ne se reconnaissant pas en eux, les rejette. Mais, en reje­tant les disciples, c'est-à-dire en les persécutant, en les mettant à mort, et d'après la Tradition, tous les apôtres sont morts martyrs, le monde révèle une haine pro­fonde. C'est la haine de Jésus et la haine du Père. S'ils vous persécutent c'est parce qu'ils M'ont persécuté d'abord. "Et ils ont fait cela parce qu'ils m'ont haï et celui qui Me hait, hait aussi mon Père."

Il y a donc une double attitude du monde par rapport aux disciples et des disciples par rapport au monde. D'une part, comme Jésus, ils sont rejetés par le monde, persécutés, mis à mort, haïs, et d'autre part ils sont pourtant envoyés au monde. "Comme le Père M'a envoyé dans le monde, ainsi Je vous envoie !" Et cette double relation se manifeste dans d'autres passa­ges d'évangile. Dans la prière sacerdotale, Jésus dit : "Je ne prie pas pour le monde," parce que le monde rejette cette prière de Jésus. Jésus dit pourtant aussi : "Le Père a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui." Donc ce monde qui rejette, qui refuse est pourtant celui-là même qui est l'objet de l'évangélisation, qui est le but de l'Incarnation du Christ et de sa Rédemption : sauver le monde. C'est ce monde qui refuse le Christ qu'il faut sauver.

Et c'est pourquoi Jésus a pris comme disciples des hommes de désir, des hommes de force voire même des hommes de violence puisque Simon le Zélote, avant sa conversion au Christ, voulait rétablir par la force, par la violence, voire par le terrorisme, l'indépendance d'Israël. C'est de ces hommes-là que Jésus avait besoin pour s'affronter à ce monde de violence et cependant lui apporter la Parole de Dieu qui est la parole de la paix. Alors il faut que nous comprenions que la lutte du Christ contre les puissan­ces du mal qui se cachent derrière ce mot de monde est une lutte de violence, de force. Mais il faut que la force du désir, la force de l'amour, la force de la vo­lonté d'apporter la lumière et de sauver soit plus grande que la force de destruction qui est en jeu dans le monde et qui lui est insinuée par les puissances du mal et finalement par Satan, le Prince de ce monde.

C'est cela qui est l'enjeu de la croix du Christ et par la suite de la croix des disciples. C'est cela qui est l'enjeu de toute l'histoire de l'Église. Et si l'Église a été persécutée, et elle l'est encore et elle le sera à nou­veau, c'est parce qu'il s'agit effectivement d'un af­frontement immense entre le Mal et l'amour. Il faut que l'amour du Christ, cet amour répandu par l'Esprit au cœur des disciples et dans nos cœurs, soit plus fort que la haine et les puissances du mal, soit plus fort que le Prince de ce monde, Satan qui, sans cesse, veut anéantir le dessein d'amour de Dieu C'est dans cette lutte que nous sommes engagés, que l'Église est enga­gée. Il n'est donc pas étonnant que cela se solde si souvent par la mort des disciples et par la mort des martyrs. Nous ne participons à cette lutte que d'une manière très modeste, très humble mais à travers cette Église dont nous faisons partie c'est bien de cette lutte qu'il s'agit et à laquelle nous participons par notre prière et par notre ascèse. Ne croyons pas que "tout se passera bien". Sachons que, même dans notre vie personnelle, nous sommes au cœur de cette grande lutte. Demandons la force de l'Esprit pour être à la hauteur des enjeux de cette évangélisation et de ce salut du monde.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public