AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ÉVANGÉLISATION AUJOURD'HUI

Ep 2, 12-22 ; Jn 14, 22-26 + Jn 15, 17-27
SS. Simon et Jude - (28 octobre 2004)
Homélie du Frère Yves HABERT

 

P

eut-être que comme moi, vous suivez ce qui se passe en ce moment à Paris, ce fameux Congrès d'évangélisation, le troisième de ce type, qui rassemble un certain nombre d'œuvres d'évangélisation, après Vienne, Bruxelles, et maintenant c'est à Paris, pour une semaine. C'est retransmis sur Cathéo en permanence, et la Croix, le quotidien y fait souvent référence. Cela m'intéresse beaucoup de voir comment aujourd'hui on se pose aussi la question de l'évangélisation dans les villes. Ce n'est pas sans parenté aussi avec le ministère de saint Paul qui faisait ce ministère dans des villes d'une certaine importance déjà dans l'antiquité. Ces villes où la plupart des gens vivent seuls, cette mission qui est proposée comme une manière de rejoindre des personnes et de leur assurer une sorte de visibilité de l'Église. Ce type de mission, de proposition hérite de deux choses qui sont nées, il y a vingt ans : d'une part les écoles d'évangélisation, et aussi les JMJ. Cela tient un peu des deux, d'un côté à une annonce explicite, comme la pratique les écoles d'évangélisation, et en même temps ce côté festif d'accueil de participants, ce côté de rassemblement d'un maximum de personnes, c'est plutôt du côté JMJ. Donc, on s'interroge, il y a des interventions des évêques, et je lisais hier une intervention d'un évêque qui avait comme thème l'articulation entre annonce explicite et témoignage de vie. On est toujours un peu, même si c'est un peu pacifié, on est toujours dans cette dialectique. D'un côté l'évêque, on le sentait bien dans son discours, essayait de calmer les ardeurs des charismatiques, pour faire vite, c'est-à-dire, vous n'avez pas à leur sauter dessus, et d'un autre côté, il essayait aussi de faire droit à toutes les missions de l'AC, de l'enfouissement, du témoignage de vie, de l'enfouissement dans une réalité de vie, et il essayait de jouer sans apporter de solution. Je crois qu'il n'a fait que souligner ces deux axes, cette tension.

Mais l'évangile d'aujourd'hui nous apporte, lui, une réponse justement sur cette articulation entre une annonce explicite et directe du mystère de l'évangile, de la foi, un peu ex abrupto, et une proposition peut-être plus patiente, plus silencieuse, plus discrète, demandant davantage de temps. Dans l'évangile que nous venons d'entendre, il y a une question qui est posée par Jude, pas l'Iscarioth. Je réfléchissais aussi à cela : on dit que Jude est l'apôtre des causes désespérées, parce que Jude se rapproche de Judas, et qu'on a peut-être mélangé les deux. C'est pour cela que parfois on trouve des prières au fond de l'église, adressées à saint Jude et on les retrouve au fond de toutes les églises, et l'on n'aime pas beaucoup cela parce que cela entretient une sorte de superstition et ce n'est pas vraiment dans l'évangile. Mais si on a dit que Jude était l'apôtre de causes désespérées, c'est peut-être à cause de cette proximité avec Judas dans le nom au moins.

Donc, Jude pose une question très intéressante pour notre débat : "Comment se fait-il que tu te manifestes à nous et pas au monde ?" C'est ce que dit le début de l'évangile d'aujourd'hui. On pourrait se dire, il y a le monde, ce monde qui est une réalité complexe dans l'évangile de saint Jean, mais ce n'est pas le monde en tant que Dieu le sauve, puisque "Dieu a tellement aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique", c'est le monde des mondanités, ou le monde en tant qu'il se distrait tellement de Dieu qu'il finit un jour, oubliant Dieu, par finir par haïr Dieu. C'est cette réalité qui tout d'un coup bascule d'une sorte d'indifférence à une opposition. La réponse que fait Jésus à cette question qui est en plein dans notre débat c'est : "Si quelqu'un m'aime". La conviction de Jésus, c'est qu'il y a d'abord l'amour de la part d'une personne, et qui fait qu'elle va manifester un accueil à la Parole de Dieu. Il y a d'abord l'amour dans le cœur d'une personne et qui va rendre cette personne attentive au mystère de Dieu. Je crois qu'on est là dans quelque chose d'extrêmement important pour toute cette réflexion sur l'évangélisation, qui est de considérer qu'il y a dans le cœur de la personne que l'on rejoint, il y a non seulement des pierres d'attente, mais il y a aussi l'amour de Dieu qui est là. La Parole est là en quelque sorte, pour souffler sur les braises. Quelle que soit cette Parole, il y a l'habitation de Dieu dans le cœur de cette personne, il y a une tension qui est mise par Dieu dans le cœur de cette personne, et la Parole d'évangélisation vient répondre à cette tension. La Parole d'évangélisation est là pour donner une parole à cette tension. Parfois cette tension n'est pas articulée, les personnes voudraient bien croire, et n'ont pas eu forcément de témoins, mais elles sont là dans l'attente, mais il leur manque une parole pour articuler cette première semence, cette première graine qui est déposée par Dieu. C'est pour cela que Jésus dit : "Si quelqu'un m'aime". Quand le monde est ce qui s'oppose à Dieu, il ne peut pas y avoir d'amour, à ce moment-là, il ne peut y avoir que la haine. Mais quand le monde est travaillé par Dieu, quand il est saisi de l'intérieur par Dieu, à ce moment-là, la Parole va venir répondre à cette demande qui est là comme sous-jacente.

Peut-être est-ce cela qu'il faut creuser dans l'acte d'évangélisation, se disant que dans tout acte de proposition de la foi, nous avons été précédés par Dieu qui a mis ce désir dans le cœur de la personne. La deuxième attitude qui est concomitante, c'est de croire que ce que Dieu a déposé dans le cœur de cette personne, c'est infiniment précieux, et que nous avons à avoir toute cette délicatesse dans l'acte de proposition de notre foi pour ce qui est déjà l'œuvre de Dieu dans cette personne, parce qu'un acte d'évangélisation qui serait simplement un sparadrap sur rien du tout, ou quelque chose qui n'aurait pas d'écho dans le cœur de la personne, n'aurait aucune chance de parvenir au terme, c'est-à-dire la reconnaissance de la personne qui est évangélisée, de cet amour de Dieu qui la travaille en profondeur.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public